in

Un militant UMP lance à Jeannette Bougrab : « Y’en a marre des bougnoules »

L’ampleur prise par l’affaire DSK relègue d’office tous les autres faits divers à la rubrique des « chiens écrasés », et nous ferait presque oublier les dégâts du racisme ordinaire, qui continue de se propager dans les rangs de l’UMP, après un travail de sape gouvernemental qui a manifestement porté ses fruits.

L’agression verbale sidérante remonte à samedi dernier, lors d’une session régionale de formation des militants UMP à Besançon, fusant de la part d’un militant issu de la vieille garde, à l’encontre de l’invitée d’honneur, Jeannette Bougrab : « Y’en a marre des bougnoules », a lancé le sympathisant de base, qui n’avait manifestement pas sa langue dans sa poche, soutenu en cela par une bonne partie de l’audience.

Devant une assistance, dont un large tiers des quelque 150 participants lui était défavorable, se rangeant derrière le délit de faciès exprimé par l’un des siens, la secrétaire d’Etat, furieuse, a quitté la salle et précipité son retour vers la capitale, après avoir répliqué : « Je suis fille de harki, toute ma famille s’est battue pour la France, je ne peux pas accepter ces propos ».

Les propos intempestifs du local de l’étape, qui en disent long sur la détérioration du climat national, ont emboîté le pas à une remarque d’un autre partisan de l’UMP qui déplorait « la construction d’une mosquée à Strasbourg alors qu’il n’y a pas de crédits pour rénover la cathédrale ».

Poussée vers la sortie par une « lepénisation » des esprits qui contamine l’UMP, et qui sensibilise tous les âges, notamment l’électorat du 3ème âge, Jeannette Bougrab a été confrontée à la France profonde, et aux dommages irréversibles causés par une politique irresponsable de la vindicte et de la stigmatisation. Le député UMP Jean-Marie Binetruy, président départemental du parti, a immédiatement condamné des paroles « inacceptables », après avoir toutefois essayé d’étouffer l’incident, soulignant que l’auteur a « présenté des excuses », mais seulement une fois la ministre partie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DSK, le mauvais client d’Air France, giflé par une hôtesse de l’air

DSK, libéré sous caution, mais inculpé formellement