in

Un imam saoudien veut voiler intégralement les bébés filles

La controverse fait rage en Arabie Saoudite, et pour cause !

Un imam saoudien, Cheikh Abdullah Daoud, défraie la chronique, non pas pour être à l’avant-garde de la réforme théologique, mais pour prendre le leadership de son enlisement dans un obscurantisme consternant, qui se voile la face sur les répercussions désastreuses en terme d’image pour l’islam.

L’histoire ne dit pas quelle mouche a piqué ce dernier pour qu’il décide, un beau matin, de recouvrir les bébés filles d’un voile intégral afin de les protéger contre les abus sexuels, sauf à vouloir montrer à la face du monde que le rigorisme Wahhabite peut toucher le fond, et que les mœurs saoudiennes cachent de sombres secrets.

Offrant la primeur de sa fulgurance à la chaîne de télévision Al-Madj, Cheikh Abdullah Daoud s’est attiré les foudres des savants musulmans, notamment  du Cheikh Al-Jzlana, très inquiet du terrible électrochoc qu’un tel avis peut provoquer à l’échelle planétaire, et du reflet terni qu’il renvoie de l’islam et de la sharia. 

La fatwa a provoqué des réactions en chaîne, au-delà des frontières du royaume via les réseaux sociaux, l’émoi étant considérable. A l’unisson du Cheikh Al-Jzlana, qui considère que forcer les bébés de sexe féminin à disparaître sous un voile est contraire aux enseignements coraniques, nombre d’internautes saoudiens, très offusqués, n'ont pas mâché leurs mots : "la burqa pour les bébés filles, c’est insensé ! Maintenant, ce sont les nourrissons qui vont être condamnés pour les crimes des hommes ! Qu’Allah nous aide à lutter contre l’ignorance !".

D’autres ont exigé que l’imam soit désavoué pour sa fatwa, et un indien musulman s’est même insurgé en ces termes sur son compte Twitter : "Quelle fatwa? Le Cheikh Abdallah Daoud déclare que les bébés filles devraient porter le voile pour éviter les abus. Que diriez-vous d'une fatwa sur les agresseurs à la place ?".

En s’enfonçant dans des ténèbres qui n’ont rien de coranique, le Cheikh Abdullah Daoud aura réussi à déclencher une saine indignation, et c’est bien là la seule petite lumière qui jaillit d’une interprétation du Texte aussi bassement humaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les musulmans australiens s’engagent contre le fléau de la violence armée

Deux policiers américains suspendus en raison de leur conversion à l’islam