in

Les musulmans australiens s’engagent contre le fléau de la violence armée

A l’autre bout du monde, sous des latitudes ensoleillées où l’on croit que l’herbe est forcément plus verte, la violence armée menace et tue à tout instant, dans une escalade effrayante que rien n’a réussi à endiguer au cours de ces dernières années.

Sydney, la métropole la plus densément peuplée d’Australie, ne semble plus résonner que de tirs en rafale qui ont augmenté de 50% en 2011, avec leur cortège de victimes, pas moins de six morts en l’espace de deux mois fin 2012, terrifiant la population impuissante, dont la communauté musulmane australienne qui a décidé de ne plus subir ces fusillades quotidiennes sans avoir pris part à leur éradication. 

Convaincus de l’impérieuse nécessité de créer des synergies dans la lutte contre ce véritable fléau, les dirigeants de la communauté musulmane de Sydney ont décidé de collaborer avec la police : "Je pense que la communauté doit prendre ses responsabilités face à cette hémorragie de violences", a déclaré à la presse locale Silma Ihram, la présidente de l'Association des femmes musulmanes australiennes.

Révulsés par cette violence meurtrière, les leaders musulmans de la capitale de Nouvelle-Galles du Sud s'engagent, pour la plupart, aux côtés des forces de l'ordre, quand d’autres, plus méfiants envers la police, et tout en condamnant ce règne de la terreur dans les rues de Sydney, estiment que son démantèlement incombe aux autorités australiennes exclusivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trois mosquées ont été profanées

Un imam saoudien veut voiler intégralement les bébés filles