in

Un Cheikh de Dubaï et ses 60 drôles de dames de compagnie italiennes…

L’offre d’emploi que certains, en Italie, ont prise pour un beau poisson d’avril, trouvant la ficelle un peu trop grosse en ce 1er jour du mois propice à tous les canulars, était au contraire d’un réalisme confondant, comme l’a confirmé Mauro Belcaro, un directeur italien d’une agence de casting, au quotidien britannique The Guardian.

Il faut dire que l’annonce, très sélective, exclusivement diffusée dans la province de Venise, qui était en quête de 60 perles rares, des dames prétendument de compagnie, fashionista dans l’âme et accros au shopping, âgées entre 18 et 28 ans, rivalisant de charme, d’élégance et de séduction pour complaire à un nabab de Dubaï, pouvait prêter à confusion et laisser croire que cette recherche d’une armée de « personal shoppers » aux faux airs de « harem » n’était qu’une farce de circonstance.

Que nenni ! Mauro Belcaro, contacté par une agence de Dubaï pour dénicher les candidates idéales, a confirmé la véracité de cette demande de casting très spéciale, témoignant de son caractère officiel, à l’heure où le bureau du Cheik Mohammed bin Rashid Al Maktoum, le commanditaire du recrutement, vice-président des Emirats Arabes Unis et Premier ministre de Dubaï de son état, récuse l'authenticité de cette démarche.

"J'ai reçu un appel d'une agence à Dubaï avec qui j’ai déjà travaillé et pour laquelle j’ai organisé des castings de mannequins pour l’industrie de la mode", assure Mauro Belcaro, renchérissant : "Ils ont jeté leur dévolu sur des femmes italiennes en raison de leur goût prononcé pour la mode. Soixante postulantes ont défilé devant des directeurs de casting la semaine dernière, et seulement "une ou deux" pourraient faire l’affaire. Le processus de sélection est rigoureux, comme l’est le jury qui est composé d'un conseiller en image, d’un consultant de mode, et d’un avocat chargé de préserver la transparence du processus et de s'assurer de la rigueur juridique des contrats signés avec le Cheikh."

Cet expert italien des podiums de mode et de leurs coulisses a précisé que la rémunération des recrues du Cheikh se montait à 100 €/jour, leur mission étant de rendre l’escale européenne de l’éminente personnalité de Dubaï la plus agréable possible, en l’accompagnant lors de dîners de gala et d’événements importants, jusqu’à s’envoler avec lui dans son jet privé de Paris, à Madrid, en passant par Londres, Ibiza et Venise.

Si ce casting 100% italien n’avait rien d’une mystification, en revanche c’est peut-être dans l’affirmation que le critère de « l’intelligence » prévalait sur celui de la « beauté » et que la tâche essentielle dévolue à ces drôles de dames de compagnie était d’assister dans leurs achats les nombreuses épouses et filles du Cheikh que se trouve la vaste plaisanterie de ce 1er avril…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anonymous a lancé une cyber-attaque massive contre Israël

Le gouvernement tchèque approuve un projet de sensibilisation à l’islam en milieu scolaire