in

Un article du “Daily Telegraph” sur l’hymne national algérien frôle l’incident diplomatique

Vitrine mondiale de l’idéal olympique pendant une quinzaine exceptionnelle, Londres n’est plus qu’un immense podium, vivant au rythme des cérémonies de remise de médailles, mais aussi la formidable caisse de résonance des hymnes nationaux, dont la musicalité n’avait jamais été en compétition, jusqu’à la brillante idée du Daily Telegraph…

Gagné par la frénésie ambiante des records et des classements, le journal britannique a choisi de se démarquer sur son site internet, en octroyant des points à certains hymnes nationaux, à travers le prisme d’un mystérieux jugement très éloigné de l’impartialité sportive.

Mis en concurrence à leur insu le 26 juillet dernier, 10 chants sur les 205 entonnés lors des Jeux ont donc été soumis à une sélection d’autant plus tendancieuse qu’elle n’a nullement été motivée : il s’agit de ceux de la Corée du Nord, de l’Uruguay, la Grece, l’Espagne, l’Algérie, la Colombie, l’Iraq, le Burkina Faso,  le Kazakhstan et la République démocratique du Congo. 

Grande perdante de cette critique musicale incongrue, qui a fait l’effet d’un couac sonore dans la symphonie bien huilée des JO, l’Algérie s’est vue qualifiée d’une appréciation déplacée : "Kassaman" est considéré comme l’un des hymnes nationaux les plus agressifs notamment à l’égard de la France coloniale", signée des journalistes mués en censeurs du Daily Telegraph.

Si l’objectif était de faire le buzz sur la toile, le journal a surtout fait sortir de ses gonds l’ambassadeur algérien à Londres, lequel a aussitôt élevé une vive protestation auprès du directeur de la publication : "Une démarche sera effectuée auprès des autorités compétentes pour attirer leur attention sur la teneur de cet article qui bafoue l’esprit et l’idéal olympique, porte atteinte aux longues souffrances endurées par le peuple algérien pour recouvrer son indépendance et sa dignité de Nation souveraine et qui attente à son hymne national qui est une conquête immuable de la glorieuse Révolution du 1er-Novembre 1954", a rétorqué ce dernier, hors de lui.

Dans un rétropédalage peu glorieux qui a fini de le disqualifier, The Daily Telegraph s’est confondu en excuses et a retiré l’article censé être de l’humour, mais qui est tombé à plat… Un gros plat, en plein milieu des JO, qui fait un gros flop journalistique, à la limite de l’incident diplomatique, y a pas à dire le Daily Telegraph a d’ores et déjà battu tous les records !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les américains demeurent convaincus qu’Obama est musulman

Interview avec le Dr Al Ajamî. « Que dit vraiment le Coran » (partie 1/2)