in ,

Turquie : un jeune algérien salué en héros pour avoir sauvé une petite fille tombée d’un immeuble

En l’espace de quelques jours, à Istanbul, Fawzi Zabaat, un jeune immigré algérien, est passé de l’ombre à la lumière, du statut de sans-grade à celui de héros du jour, suscitant un extraordinaire engouement sur et en dehors des réseaux sociaux.

Son nom est sur toutes les lèvres, son intervention salvatrice est louée de tous et sa grande humilité force le respect général, au-delà même du Bosphore. Et pour cause !

La semaine dernière, alors qu’il se promenait à Fatih, en plein cœur du vieux quartier historique de la ville, à proximité de l’atelier de charpente où il est employé, l’attention de cet adolescent de 17 ans a été soudainement attirée par une scène inquiétante qui se passait au-dessus de sa tête.

En levant les yeux au ciel, Fawzi Zabaat a aperçu au deuxième étage d’un immeuble une toute petite fille s’approcher d’une fenêtre ouverte, sans aucun adulte à ses côtés, sa mère se trouvant alors dans la cuisine. Pressentant immédiatement le danger, il a traversé la rue pour se positionner sous l’appartement, prêt à parer à toute éventualité, même au pire…

Publicité

Et ce qu’il redoutait est arrivé : la petite fille de deux ans est tombée dans le vide, mais fort heureusement dans ses bras secourables qu’il avait dépliés à temps pour la réceptionner. Grâce à son intuition et son sauvetage providentiel, Fawzi Zabaat a évité qu’un terrible drame ne survienne.

Ignorant qu’il avait été filmé, ce jeune algérien, qui n’en revient toujours pas d’être porté aux nues sur les réseaux sociaux ainsi que dans la presse locale, est aujourd’hui couvert d’éloges en Turquie.

« Je marchais quand j’ai vu la petite fille à la fenêtre. Elle est tombée et, grâce à Dieu, je l’ai attrapée avant qu’elle ne touche le sol. Je pense avoir fait le nécessaire pour l’amour d’Allah », a sobrement déclaré Fawzi Zabaat, ce formidable adolescent qui éclaire chacun de ses actes à la lumière de sa foi en Dieu.

Publicité

N’ayant pas de mots assez forts pour lui exprimer leur infinie gratitude, les parents syriens de la petite fille, avisés de la précarité de sa situation, ont tenu à le récompenser en lui remettant la somme de 35 euros. Il va sans dire que sa plus belle récompense, c’est le Très-Haut qui la lui accordera et au centuple.

Publicité

Publicité

2 commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Enseignements et sens de la sîra

Turquie: l’imam au grand coeur qui accueille au quotidien les sans-abris