in ,

Trois jeunes indonésiennes luttent contre les clichés au son puissant du Heavy metal

C’est peu dire que l’on n’attendait pas trois jeunes indonésiennes, pleines de fraîcheur et revêtues d’un hijab, dans un registre musical décoiffant et très masculin, dont l’intensité sonore déchire le silence : le Heavy metal !

Depuis 2014, ces jeunes filles en fleur, inséparables à la scène comme dans la vie, forment le trio détonnant « Voice of Baceprot », en ne craignant pas de bousculer les mentalités au son de leurs guitares électriques qui envoient les décibels.

Pleinement épanouies sous leur hijab qu’elles sont fières d’arborer, elles font vibrer leur fibre féministe avec une grande virtuosité à chacun de leur concert, à mesure qu’elles conquièrent le cœur d’un jeune public, d’abord scotché, puis très vite emballé.

Les trois adolescentes ne se contentent pas de produire une rythmique puissante, elles l’utilisent sciemment afin d’éradiquer les clichés qui entourent la femme musulmane et de se faire les porte-voix des sans-voix. « Je pense que nous devons soutenir l’égalité des genres, parce qu’on peut explorer sa créativité et être, en même temps, une femme musulmane qui respecte ses obligations », a récemment expliqué la chanteuse du groupe, Firdda Kurnia, 16 ans, à Reuters.

Leur succès grandissant les conforte dans le bien-fondé de leur démarche artistique, les jeunes de leur âge se montrant particulièrement réceptifs à leur style inimitable, aussi détonant soit-il dans le plus grand pays musulman du monde, et à leur Heavy metal engagé.

« Aucune loi n’interdit aux femmes portant le hijab de jouer de la musique hardcore. Puis, ça a aussi à voir avec les droits humains. Si une femme musulmane a le talent pour jouer de la guitare ou de la batterie, devrait-on lui interdire ? », a déclaré un lycéen visiblement enthousiasmé par leur prestation donnée lors d’une soirée de remise de diplômes dans une école à Java, là où elles résident et sont en passe de devenir de vraies stars.

8 commentaires

Laissez un commentaire
  1. La chanson est très bien, c’est amateur mais elles n’ont que 16 ans. J’espère qu’elles vont persévérer et peut-être injecter plus de leur culture locale dans leur chansons comme Sepultura l’a fait avec leur album Roots ou comme Myrath.

    • J’ai posté un message sauf je crois que ont la supprimer , j’ai dis que j’écoute du métal et je n’ai j’amais tué une personne,et ceux qui critique sont plutôt des personnes qui en un esprit faible,Pour les cornes du Diable, ç’est plutôt pour conjurer le mauvais sort. Le signe viens de James Dio. Et je ne suis pas satanique pour un sous , les signes dans le métal et plutôt théâtral,que votre site dur longtemps,Je vous aime. 😊

  2. Que veux-tu Oumma qu’on pense de ça? tu nous as “enrichi” durant 5min30 de ce n’importe quoi?
    On a besoin d’autre chose ce mois béni. Veux qu’on pense que l’islam oriental est ouvert? casse les tabous? ou qu’ il est stérile et n’a pas de style musical, artistique ou encore de mode et c’est pourquoi il SINGE les autres?
    Ittakou Allah

  3. Ce style de musique est fortement connoté sataniste. Elle fait enormement de dégats sur les jeunes. Je pense qu’il fat eviter ce genre de musique qui est- éloigner de l’esprit de l’islam

  4. Si la soeur à gauche savait que le cornuto qu’elle fait avec ses doigts est une adoration à Iblis, elle s’en abstiendrait, tout comme de jouer de cette musique satanique.

  5. moé je dis que ta une vie a vivre tu fait se que toi ta envie de faire oui je sais ila l,école le travail et toute les obligations que tu dois faire et le apres quand tu a du temps pour toi et bien moi je dis que personne peus empeché une personne a joué de la musique celle qui y tente chatée ce que humains désir de s,habiller de jouer ou d,etre se quelle veut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Maroc : la contestation ne faiblit pas dans le Rif

Des musulmans prient devant la Trump Tower