in

Tremblay : Jean Baptiste Debreux propriétaire du restaurant le Cénacle, qui a refoulé deux femmes voilées, se confond en excuses

Pris en flagrant délit d’islamophobie caractérisée par le téléphone portable de l’une de ses victimes, le patron du restaurant le Cénacle, situé à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis), a eu beau faire amende honorable et profil bas, tout au long d’un dimanche où les réseaux sociaux, en effervescence, ont appelé à saisir la justice et à boycotter son établissement, le mal était déjà fait.

Accablantes pour son matricule, les images prises sur le vif de l’accueil d’une hostilité inouïe réservé à deux jeunes femmes voilées, suivi du refus de les servir au motif qu’elles étaient musulmanes, au son d’une généralisation d’une extrême violence « tous les musulmans sont des terroristes », ne plaident certes pas en sa faveur, rendant ses plates excuses, pas inaudibles, mais très insuffisantes pour l’absoudre de cet ostracisme inqualifiable.

Révélateur d’un racisme anti-musulmans à son paroxysme, attisé sans relâche par nos pyromanes de la cohésion sociale drapés dans leur respectabilité institutionnelle, le refoulement inacceptable subi par ces deux malheureuses clientes voilées aura eu pour seul mérite d’amorcer un début de dialogue entre le restaurateur, Jean-Baptiste Debreux, et des jeunes de la communauté musulmane de Tremblay, scandalisés, mais désireux de comprendre les vraies motivations de ce dernier et savoir de quelles influences il se nourrit. (voir vidéo ci-dessous).

Sur le plan judiciaire, le parquet de Bobigny a indiqué avoir ouvert dimanche une enquête pour «discrimination à caractère raciale», tandis que la  ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, Laurence Rossignol, a précisé qu’elle avait saisi la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Dilcra).

De son côté, le Comité contre l’islamophobie en France (CCIF) a annoncé qu’il accompagnerait au plus près les deux femmes victimes d’une exclusion traumatisante, en les assistant psychologiquement et juridiquement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S. Marceau sur le Burkini : “Chacun s’habille comme il veut à partir du moment où il n’y a aucune agressivité”

Grande-Bretagne: une vidéo teste les réactions de baigneurs face à l’acharnement d’un policier contre une femme en burkini