in

Grande-Bretagne: une vidéo teste les réactions de baigneurs face à l’acharnement d’un policier contre une femme en burkini

Au mieux brocardés, au pire vilipendés, le moins que l’on puisse dire est que l’hystérie politicienne hexagonale autour du burkini et les arrêtés discriminatoires qui en ont résulté n’ont pas été encensés de l’autre côté de la Manche, allant même jusqu’à inspirer une expérimentation sociale à l’épreuve du terrain, en l’occurrence une station balnéaire très prisée de l’Essex, Southend-on-Sea, dont la ville de Cannes, où une jeune femme voilée a écopé d’une amende de 11 euros, a plus à rougir qu’à s’enorgueillir.

Reproduisant la chasse aux sorcières honteuse qui a enflammé notre été et sa grave dérive sur le littoral français, la vidéo réalisée par trois britanniques, mettant en scène un agent de police municipale très zélé et une jeune femme en burkini venue se détendre à la plage, visait à tester les réactions des autres baigneurs face à l’humiliation et l’abus de pouvoir policier qui se déroulaient sous leurs yeux, troublant la quiétude des lieux.

Ignorant qu’elles étaient filmées en caméra cachée, ce sont deux femmes noires qui ont été les premières à laisser éclater leur indignation, se précipitant vers le policier pour lui répéter avec force qu’il n’avait pas le droit d’arracher le voile de sa victime toute désignée, avant d’être rejointes par un groupe de femmes, issues de minorités ethniques et voilées, qui ont volé à la rescousse de leur congénère et coreligionnaire.

En moins de 20 minutes, le vrai faux agent de police municipale s’est retrouvé encerclé par des femmes en colère mais aussi bouleversées par la violence de la scène, certaines d’entre elles le menaçant de diffuser leurs images capturées sur le vif sur Youtube, devant d’autres baigneurs restés impassibles, confortablement allongés sur leur serviette de bain.

Le soulagement de ces citoyennes solidaires n’en a été que plus grand lorsqu’elles ont découvert le pot aux roses, des sourires illuminant des visages qui s’étaient crispés sous l’effet de la révolte, une jeune femme voilée essuyant même quelques larmes de joie après avoir cru assister à une terrible injustice.

Force est de constater que ce sont des femmes qui sont l’incarnation même de la diversité britannique qui ont été les seules et uniques personnes à s’interposer, à se dresser contre l’arbitraire et à faire corps avec une inconnue bien tranquille, dont la liberté individuelle fondamentale, mais aussi religieuse, a été brutalement bafouée.

Fait notable, sa présence ne dérangeait, ni n’offusquait personne, avant que le policier fictif n’intervienne et ne soit responsable d’un trouble à l’ordre public. Un comble, qui démontre parfaitement, s'il en était besoin, l’ubuesque de cette chasse aux sorcières devenue la piteuse marque de fabrique de la France !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tremblay : Jean Baptiste Debreux propriétaire du restaurant le Cénacle, qui a refoulé deux femmes voilées, se confond en excuses

Nadiya Hussain, la star britannique voilée de la pâtisserie, à la tête de sa propre émission “Les chroniques de Nadiya”