in

Le traducteur du Saint Coran en langue Maorie s’est éteint au Pakistan

Pendant huit longues années d’études en immersion dans une culture qui le fascinait, il s’était imprégné du dialecte Maori (Te Reo Maori) avec une passion intacte, Shakeel Ahmed Monir, 85 ans, ce professeur émérite de religion islamique né à Monghyr, dans la province de Bihar, en Inde, qui a marqué de son empreinte la première traduction du Saint Coran dans une des langues officielles de Nouvelle-Zélande, a rendu son dernier soupir, le 1er août.

La plume de cet inlassable promoteur de la foi islamique, prêchant la bonne parole dans un vaste monde qu’il aura sillonné au cours d’une existence bien remplie, a cessé de courir sur le papier, après avoir été alerte et bien inspirée pendant les deux décennies requises pour parachever l’œuvre de sa vie : traduire le Noble Coran dans la langue parlée dans le triangle polynésien, commune à Hawaï au nord, l’île de Pâques à l’est, et à la Nouvelle-Zélande au sud-ouest, où il avait élu domicile.

C’est à la fin des années 80 que Shakeel Ahmed Monir, reclus dans son bureau d’Auckland, s’est attaqué, avec l’humilité qui le caractérisait, à ce grand chantier linguistique entièrement financé par ses soins. Son intérêt accru pour un dialecte possédant pas moins d’une trentaine de variantes, selon les archipels, n’avait d’égal que son attachement à la culture maorie, dont il connaissait parfaitement les us et coutumes.

Sa persévérance remarquable pour maîtriser les idiomes et percer tous les secrets de la langue de la famille austronésienne, avec un émerveillement sans cesse renouvelé, a forcé le respect du roi Tuheitia Paki en personne, ainsi que de nombreux autres Maoris appartenant au clan des anciens, et lui a valu l’amitié indéfectible de toute une population.

Shakeel Ahmed Monir s’est éteint à Karachi, au Pakistan, où il a passé les dernières années de sa vie, entouré des siens.

Le roi maori Tuheitia Paki, vénéré par son peuple, saluant Shakeel Ahmed Monir, comme le veut la coutume, l’accueillant comme un hôte de marque et un ami.

A voir ou à revoir, la vidéo courte d’OummaTV rendant hommage à cette figure de l’islam et à l’oeuvre de toute une vie. 

Le Coran traduit en langue maorie

Le Coran traduit en langue maorie

Publié par Oumma.com sur jeudi 2 février 2017

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. C’est une belle oeuvre qu’il laisse derrière lui, qu’Allah la fasse prospérer et que de nombreux maoris deviennent musulmans grace à la lecture de sa traduction.

  2. J’accorde toujours le bénéfice du doute avant de vous accuser d’avoir censurer mon commentaire. Je précise à nouveau que Al Marhoum est un Ahmadi et la photo a été prise dans la Mosquée Baït Al Foutouh UK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Coran, une méditation continuelle

Egypte : le despote Sissi pourchasse les Ouïghours pour le compte de Pékin