in

Tariq Ramadan affirme que «Les Frères musulmans lui en veulent énormément»

 

Dans un entretien accordé hier  au quotidien suisse Le temps , Tariq Ramadan est revenu sur le printemps arabe et sur l’arrivée  des Frères musulmans au pouvoir en Tunisie et en Egypte : "Les Frères musulmans m’en veulent énormément parce que depuis le départ j’étais extrêmement critique. J’étais de ceux qui disaient de ne pas entrer dans les élections. Je ne vois pas leur vision. Quand j’ai dit qu’il fallait dépasser l’islam politique, ils ont pensé que je prônais le soutien de leur opposition. J’ai dit «je suis contre ce que vous faites, je ne pense pas que ce que vous faites est juste"

J’ai été très critique, lorsqu’ils étaient au pouvoir et au moment de leur renversement. Ils n’ont jamais admis l’analyse en amont que je fais et ils n’ont jamais admis mon analyse pendant leur année au pouvoir. Mais ma critique de leur gestion au pouvoir ne me fera jamais admettre le renversement militaire. Tout démocrate doit s’opposer au renversement militaire."

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La crise croisée du printemps arabe: L’équation de l’homo politicus et de l’homo religiosus

La présence chinoise en Algérie (vidéo)