in

Sarkozy provoque l’Algérie

En visite lundi 20 juillet à Tunis, Nicolas Sarkozy a commis un dérapage en s’interrogeant, lors d’un point de presse, sur l’avenir de l’Algérie. « L’Algérie, qu’en sera-t-il dans l’avenir ? De son développement, de sa situation ? C’est un sujet qui, me semble-t-il, doit être traité dans l’Union de la Méditerranée », a-t-il lancé devant la presse locale et internationale.
 
Pour le président des Républicains (ex-UMP, droite), la Tunisie est une véritable démocratie qui est victime de sa position géographique, car coincée entre une Libye « malheureuse » et une Algérie dont l’avenir serait incertain. Des propos d’une extrême gravité pour l’ancien chef d’État de l’ex-puissance coloniale.
 
Pour avoir dirigé la France pendant cinq ans, Nicolas Sarkozy sait que la relation algéro-française est sensible. Ces propos constituent donc une provocation volontaire. Mais dans quel but ? rapporte le site TSA Algérie. En tenant de tels propos sur l’Algérie, Nicolas Sarkozy cherche d’abord à gêner François Hollande. Son successeur à l’Elysée entretient en effet d’excellentes relations avec l’Algérie, devenue le principal partenaire politique de la France dans le Maghreb alors que Nicolas Sarkozy n’a jamais caché sa préférence pour le Maroc. À travers ses propos, Nicolas Sarkozy insinue que Paris mise sur le mauvais cheval au Maghreb.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Turquie : un attentat-suicide près de la frontière syrienne fait 30 morts (vidéo)

L’Iran revient en force sur la scène internationale