in

Rixe en Haute-Corse : il n’y avait pas de burkini sur la plage de Sisko…

A l’heure où de violents courants démagogiques font tanguer la liberté individuelle fondamentale d’aller à la plage entièrement couverte ou pas, il n’y avait pas de burkini à l’horizon sur le sable fin d'une petite crique de Sisko, en Haute-Corse, le week-end dernier…

Alors, comment imputer à un mirage l’altercation qui a dégénéré entre des baigneurs identifiés comme des « arabes et des musulmans » par leurs agresseurs vindicatifs dits de souche, aveuglés à ce point par la haine ?  

En effet, les premiers éléments de l’enquête sur cette journée à la plage qui a viré au cauchemar pour trois familles de Bastia d’origine maghrébine, dont certains membres arrivaient d’Espagne, révèlent l’absence criante de burkini parmi les femmes présentes, les raisons de l’échauffourée étant à chercher ailleurs, certainement du côté d’une islamophobie primaire, desinhibée et sauvage qui s’est notamment exprimée à coup d’insultes et de jets de pierre.

Pas de chance pour le maire PS du coin qui, s’empressant d’emboîter le pas à trois de ses collègues LR, a proscrit à son tour la combinaison aquatique respecteuse de la pudeur musulmane, sans réaliser le grotesque de la situation qui l'a conduit à interdire une illusion d’optique, une hallucination très contagieuse en ce mois d’août bouillonnant !

Et que dire du Premier ministre, Manuel Valls qui, abolissant allègrement le clivage gauche/droite pour la circonstance, a enfourché nerveusement son cheval de bataille anti-voile pour cautionner la décision liberticide des édiles du camp adverse et par-là même leur divagation politicienne ?

C’est à se demander qui va véritablement boire la tasse dans ce nouveau psychodrame estival si typiquement et encore plus tristement français ?!

                                                                                                                                                 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Seigneur, pardonne à la France blanche

Traque du burkini : le CCIF poursuit son action juridique