in

Rimla Akhtar, la première musulmane membre de l’Association britannique de Football, déplore que sa nomination “choque encore les esprits”

Tout à la fois femme, sportive de haut niveau, musulmane revêtue d’un hijab, et membre de l’Association de Football (FA) du Royaume-Uni – ce bastion du conservatisme masculin et blanc, tel que le décrit son président en personne, Greg Dyke – voilà une combinaison hors du commun qu’incarne magnifiquement Rimla Akhtar, l’ancienne capitaine des footballeuses musulmanes de la Couronne britannique, et première femme musulmane à siéger au sein de l’aréopage qui préside aux destinées du ballon rond Outre-Manche.

Une combinaison qui bouscule les schémas de pensée traditionnels, sous les traits d’une footballeuse et meneuse d’équipe chevronnée qui a été élevée, en 2015, au rang prestigieux de Membre de l’Ordre de l’Empire Britannique, non seulement pour son parcours sans faute, mais aussi pour sa volonté inébranlable de faire bouger les lignes, à travers la promotion incessante de l’égalité et de la diversité dans le sport. Parmi ses coups d’éclat qui ont fait date, Rimla Akhtar a exhorté la FIFA à lever l’interdiction du hijab pour les footballeuses.

Lors d’une récente interview radiophonique, celle qui était expert-comptable de formation et a pris les rênes de la Fondation sportive des femmes musulmanes en 2005 a déploré que, même si le sport évolue dans le bon sens et vient à bout de certains préjugés tenaces, sa présence parmi les sages du Conseil de la FA continue de choquer les esprits.

En effet, les plus réfractaires à sa nomination jugent au mieux insolite, au pire incongru, qu’une « femme musulmane et voilée » ait été autorisée à pénétrer dans cette vénérable institution marquée de tous temps par la suprématie masculine.

Depuis la France laïque, voire laïciste, la double consécration monarchique et sportive de Rimla Akhtar, en dépit des réticences et objections qu’elle peut susciter, laisse toutefois rêveur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une campagne d’affichage “BDS”, dans le métro de Londres, s’attire les foudres d’Israël

Royaume-Uni : deux jeunes adultes accusés d’avoir battu à mort un imam