in

Quand les Sarkozy s’envolaient vers le Cap Nègre à bord d’un avion royal marocain

Mais que seraient les hommes de pouvoir sans ces généreux petits prêts qui font les bons amis, et même les meilleurs ami du monde, et qui ne s’embarrassent pas de vulgaires considérations morales pour accorder leurs faveurs princières aux gens de bonne compagnie ?

On ne se lasse pas d’apprendre, rétrospectivement, la kyrielle de petits services qu’a rendus le roi du Maroc à son hôte étranger préféré, ou à tout le moins celui qui compte parmi les plus pourris gâtés du royaume de l’Atlas : Nicolas Sarkozy, who else ?

Des séjours aux petits oignons dans des palais chérifiens de rêve à la récente mise à disposition de l’un de ses avions privés, Mohammed VI aura bichonné, jusque dans la défaite, le président de la dérive droitière et islamophobe, incarnation du «bling-bling» triomphant, puis sonnant et…trébuchant lourdement en mai dernier !

Jouant les grands seigneurs, le monarque, impérial, a fait un beau geste envers les Sarkozy fraîchement déchus après la victoire "Hollandaise", mais nullement dans le besoin, venus se ressourcer dans l’éden de la jet-set internationale, en affrétant l’un de ses jets cossus pour regagner le Cap Nègre, dans le Sud de la France, afin que le couple y poursuive sa bronzette de luxe au soleil.

Le Maroc, c’est décidément royal pour l’ex-souverain agité de l’Elysée, qui y a même déniché son oasis paradisiaque, dans le triangle d’or de Marrakech, pour concilier lobbying et dolce vita, en compagnie de sa Carlitta, elle aussi, pleine aux as ! Les mauvaises langues, toujours aussi triviales, disent même qu’elle est plus pétée de thunes que lui, c’est dire si l'on ne prête qu'aux riches dans ce bas monde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Québec : un maire s’en prend aux origines algériennes d’une candidate en lice pour les législatives

Bahreïn : un défenseur des droits de l’Homme condamné à 3 ans de prison ferme