in

Bahreïn : un défenseur des droits de l’Homme condamné à 3 ans de prison ferme

Terres fertiles de l’or noir, les émirats du Golfe persique sont en revanche peu féconds en matière de démocratie, une vertu qui a force d’être laissée en jachère n’en a pas fait des parangons de tolérance.

Les royaumes autoritaires continuent de creuser leur sillon en laissant des traces indélébiles, à l’image du Bahreïn qui vient de condamner à trois ans de prison ferme Nabeel Rajab, un ardent défenseur des droits de l’Homme. Et l'on peut compter sur la realpolitik pour fermer les yeux avec une belle constance, brillant par une complaisance qui pour être tactique n’en est pas moins déroutante…

Ainsi, ironie de l’agenda, la France recevait presque en catimini, le 2 août dernier (source Nouvel Obs), le souverain du Bahreïn en personne, dans le cadre d’une visite mêlant habilement la dimension économique à celle plus stupéfiante des… droits de l’Homme.  Mais pas de chance, l’esprit lumineux des Lumières n’a manifestement pas encore imprégné le roi Hamad ben Issa al-Kahalifa, qui est resté hermétique au bon usage de la liberté d’expression dans le cas Nabeel Rajab ! 

Comme à l'accoutumée, ce sont les ONG qui s’insurgent aujourd'hui contre le sort injuste réservé à celui qui est qualifié de "prisonnier politique". "Nous espérons que la communauté internationale va condamner fermement cette décision et appeler à la libération de Nabeel Rajab",a déclaré la présidente de la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH), Souhayr Belhassen, dans un communiqué.

De son côté, Amnesty International a appelé mercredi les autorités bahreïnies à libérer M. Rajab :"Comme beaucoup d’autres à Bahreïn, Nabeel Rajab est un prisonnier d’opinion, incarcéré uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression", a dénoncé avec force l'association.

Dans un Etat qui bâillonne la contestation, fait feu sur son propre peuple, comme en 2011, pour mieux réduire au silence ses exigences de réformes, et envoie croupir dans ses geôles un de ses opposants au motif qu’il a pris part à des manifestations «non autorisées», mettre le Bahreïn sur les rails démocratiques sera une vraie gageure pour la patrie des droits de l’Homme, et le gouvernement Hollande du changement en douceur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quand les Sarkozy s’envolaient vers le Cap Nègre à bord d’un avion royal marocain

Hommage rendu par la direction du MRAP à Mouloud Aounit lors de ses obsèques