in

Quand Hillary Clinton reniait sa promesse faite au Maroc, en dépit d’un don de 12 millions d’euros

Emaillée de révélations fracassantes et scabreuses, de coups bas vraiment très bas, et de violentes prises de bec entre les deux principaux duellistes, Trump vs Clinton, c’est peu dire que la campagne présidentielle américaine n’a pas fait dans la dentelle…

Eclaboussés, chacun leur tour, par des scandales privés qui ternissent irrémédiablement leur blason, les deux ennemis jurés ferraillent sans relâche, en tentant de sauver la face devant les turpitudes, manquements ou autres vilenies qui les rattrapent inexorablement à l’approche du verdict des urnes.

Dans l’œil du cyclone pour avoir manœuvré habilement à seule fin de bénéficier de la prodigalité du roi de Maroc (12 millions d’euros, une somme rondelette !), Hillary Clinton a vu, le 20 octobre, ressurgir à la surface, via Wikileaks, une série d’emails en date de janvier 2015, plutôt fâcheux en terme d’image, dont on apprend par le site d’information américain The Daily Caller le grossier subterfuge utilisé pour « obtenir un don de 12 millions de dollars de la part du roi du Maroc Mohammed VI ». Un don qui devait tomber dans l’escarcelle de son ONG, la Fondation Clinton.

Cette correspondance électronique, du plus mauvais effet pour la championne des Démocrates, était échangée entre Huma Abedin, Robby Mook et John Podesta, tous trois chargés de sa campagne électorale.

En contrepartie de cette manne financière prodigieuse, l’ex-First Lady s’était engagée à organiser sur les terres royales de son généreux donateur l’édition 2015 de la Clinton Global Initiative (CGI), l’événement annuel de la fondation qui porte son nom, et surtout à l’honorer de sa présence. C’était la condition sine qua non imposée par le Maroc pour recevoir la conférence, et c’est bien là que le bât blesse cruellement…

La teneur des mails : « La condition à laquelle les Marocains ont accepté de recevoir la conférence était sa participation. Si Hillary Clinton n’en faisait pas partie, la rencontre n’allait pas avoir lieu», ou encore « C’était l’idée de Hillary, notre bureau a contacté les Marocains et ils croient à 100% qu’ils font cela à sa demande. Le Roi a lui-même attribué environ 12 millions de dollars à la fois comme don et pour soutenir la rencontre ».

Mais les paroles s’envolent à l’air libre, et les belles promesses d’Hillary Clinton se sont littéralement évanouies à l’approche de la date fatidique, préférant déléguer son mari à Marrakech à sa place. Une bien maigre consolation pour le roi du Maroc, dont Huma Abedin, conscient de sa nature éminemment offensante, craignait qu’elle ne fasse « beaucoup de dégâts ».

Selon le quotidien marocain Telquel, parmi les donateurs ayant offert entre 500 000 et un million de dollars à l’ONG américaine figure le groupe Akwa, dirigé par le ministre de l’Agriculture Aziz Akhannouch. Des dons destinés «exclusivement aux activités de la CGI comme les adhésions, le parrainage et les frais de conférence», indique le site de la Fondation Clinton. Les antennes marocaines des banques BMCE et Crédit Agricole ont, elles aussi, contribué au financement de l’ONG avec des dons estimés entre 250 000 et 500 000 dollars. Attijariwafa Bank et la Banque centrale populaire ont, elles, donné entre 100 001 dollars et 250 000 dollars à cette même fondation.

Il n’en y a pas un pour sauver l’autre : Hillary Clinton et Donald Trump, c’est bonnet blanc et blanc bonnet, qui peut encore en douter ?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hommage à Zyed & Bouna : Inauguration d’une esplanade

Stop à tous les préjugés ! Le clip qui appelle à dépasser ces préjugés qui n’épargnent personne