in

Le Prince saoudien Turki à la TV israélienne : Netanyahu trompe les Israéliens

Dans une interview sans précédent avec une chaîne de télévision israélienne mercredi, l’ancien chef des renseignements saoudiens et ancien ambassadeur aux États-Unis et au Royaume-Uni a accusé le Premier ministre Benjamin Netanyahu de tromper le public israélien quand il affirme que les relations entre l’État hébreu et de grands pays arabes peuvent se réchauffer sans que la question palestinienne ne soit réglée.

« Il ne faudrait pas tromper l’opinion publique israélienne en lui faisant croire que la question palestinienne n’existe plus, » a déclaré le prince Turki ben Fayçal Al Saoud à la Treizième chaîne israélienne lors d’une longue interview à Londres. « Du point de vue israélien, M. Netanyahu aimerait que nous ayons une relation diplomatique, avant de régler cette question. Du point de vue saoudien, c’est l’inverse. »

Lorsque le journaliste Barak Ravid lui a demandé s’il voulait dire que Netanyahu « trompait le public israélien » en affirmant qu’il peut « se vanter de relations avec le monde arabe peu importe les Palestiniens, » le prince Turki a répondu : « Absolument. Absolument. »

Publicité

Le prince a estimé qu’il faisait cela « dans son propre intérêt. » Il a poursuivi en riant : « C’est un homme qui se présente à des élections avec comme argument ‘regardez ce que j’ai fait pour vous. Je vous ai apporté ça.’ Comme tous les hommes politiques. »

Le prince a confié que l’opinion publique saoudienne avait « une vision très négative de M. Netanyahu à cause de ce qu’il se passe sur le terrain, » et en raison de ce qu’il a appelé « l’attitude orgueilleuse… vantarde » de Netanyahu.

Ironiquement, l’interview a été diffusée quelques heures après unerencontre entre Netanyahu et le ministre des Affaires étrangères d’Omanà Varsovie, au cours de laquelle les deux hommes ont discuté d’une nouvelle ère pour le Moyen-Orient. Netanyahu répète souvent que la préoccupation commune au sujet de l’Iran est l’un des facteurs de réchauffement progressif des relations entre Israël et les pays du Golfe et d’autres de la région.

Publicité

« Nous n’avons pas besoin que M. Netanyahu nous dise quels dangers présente l’Iran, » a souligné le prince saoudien. « Nous le voyons bien sur le terrain. Nous voyons ce qu’ils font au Liban. Ce qu’ils font en Syrie, en Irak, au Yémen, au Bahreïn, et même en Arabie saoudite. Alors pourquoi attendrions-nous que M. Netanyahu souligne ces choses ? Ce n’est pas nécessaire. »

Lorsque le journaliste lui a demandé s’il avait des conseils pour l’administration Trump qui s’apprête à présenter son plan de paix, le prince Turki a simplement répondu : « L’initiative de paix arabe — acceptez-la. Appropriez-la vous. »

Il en a profité pour rappeler que c’est le roi Abdallah qui avait initié le plan en 2002. « En gros, c’est du 50-50 : Israël se retire des territoires arabes occupés, en échange de la reconnaissance arabe de l’État d’Israël, de la fin des hostilités et de relations normalisées. »

Publicité

Il a néanmoins regretté : « Israël n’a jamais réagi » à cette proposition. (En 2015, Netanyahu avait dit qu’il en soutenait « l’idée générale ». Son prédécesseur Ehud Olmert la considérait comme une bonne base de discussion.)

« Avec l’argent israélien et les cerveaux saoudiens, nous pouvons aller loin, » a estimé le prince, ajoutant cependant : « Oui, s’il y a la paix. Malheureusement, » a-t-il accusé, « Israël préfère ignorer tous les efforts de l’Arabie saoudite pour la paix et attend que l’Arabie saoudite serre la main [d’Israël] pour faire des affaires en matière de technologie, de désalinisation de l’eau et autres. Ça n’arrivera pas, » s’est-il exclamé.

« Israël n’a pas été très coopératif pour parvenir à la paix dans notre région du monde, » a-t-il ajouté.

Le diplomate saoudien a tenu à souligner qu’il n’y avait pas de différences entre le roi Salmane et le prince héritier Mohammed ben Salmane en ce qui concerne Israël, rejetant l’idée selon laquelle le roi avait réfréné la disposition du prince héritier à réchauffer les relations entre les deux parties.

Le prince héritier « est un fidèle représentant de la politique saoudienne, » a-t-il assuré, jugeant qu’il s’agissait sans doute « d’un vœu pieu de la part des officiels israéliens. » Le prince héritier « soutient intégralement la cause palestinienne » et n’avait pas de différends avec le roi « sur quel que sujet que ce soit. Il fait ce que le roi lui demande. »

Le prince saoudien a précisé qu’il réalisait l’interview à titre personnel, « je ne représente pas le gouvernement d’Arabie saoudite. » Il a cependant confirmé au journaliste que Ryad était au courant qu’il s’adresserait à une chaîne de télé israélienne, il s’agit pour lui d’une simple question de « courtoisie et de bonnes manières » de leur dire ce qu’il allait faire.

Le journaliste a indiqué que le prince Turki avec rencontre le roi saoudien quelques jours avant l’entretien et que le prince transmettait simplement le message que Riyadh voulait faire passer aux Israéliens.

Lors de son passage au gouvernement, le prince confie qu’il n’a jamais organisé de rencontres officielles avec les Israéliens, sauf avec le président Shimon Peres, lors d’un dîner à Davos. Peres avait ensuite souhaité d’autres discussions, privées et plus substantielles, ¨ce à quoi le prince Turki avait objecté : « Je lui ai dit, Monsieur le Président, rien ne reste secret en Israël.”

Il a fait savoir qu’il s’exprimait à la télévision aujourd’hui car « nous devons faire passer notre message directement aux Israéliens. »

Âgé de 73 ans, le diplomate a confié qu’il ne s’était jamais rendu à Jérusalem et qu’il attendait avec impatience « le jour où il y aura la paix entre Israël et le monde arabe, et que je pourrai visiter ce que je considère non seulement comme un lieu sacré, mais également un lieu qui fait partie de mon histoire en tant qu’arabe et musulman Abraham, notre père, n’est pas que le père des Juifs. C’est le père des Arabes. Je veux voir Jérusalem avant de mourir. Malheureusement, je ne suis pas très optimiste à ce sujet. »

Répondant à une question du journaliste sur la possibilité d’une rencontre de son vivant entre le Premier ministre israélien et le roi saoudien ou le prince héritier, le prince du royaume saoudien a jugé: « De mon vivant — qui ne devrait plus durer très longtemps — je ne pense pas assister à cela. Pas avant que la question palestinienne ne soit résolue. J’ai hâte de voir une initiative de paix israélienne. Je n’en ai pas vu. Comment Israël pense que nous parviendrons à la paix ? »

*Source : The Times of Israël

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

23 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Il remet les pendules à l’heure pour montrer et démontrer que les dirigeants israéliens ne sont que de vulgaires escrocs. Ils font en douce une chose et de l’autre publiquement ils annoncent autre chose.
    Ils ne vivent que de mensonge ces gens là.

  2. Une interview faite par un personnage qui ne parle comme il dit en son nom,donc tout ce qu’il dit ne vaut rien face a la realite du moment et des liens securitaires qui se produisent sous son nez,il y a presque tous les jours des avions qui atterissent en Israel apportant avec eux des personnages du Moyen orient……a suivre…

  3. Assez étonnant d’entendre un prince faisant partie d’une théocratie dictatoriale faire la leçon à Netanyahu. Israël est la seule démocratie avec la Tunisie à dans cette région. Ne me bombardez maintenant pas avec vos commentaires haineux envers Netanyahu, Israël et les Israéliens mais en Israël il y a des élections ne vous en déplaise.

    • Non il y avait, entre autre exemple, la démocratie palestinienne, mais les députés palestiniens élus démocratiquement ont été arrêtés par les forces d’occupation israéliennes à peine élus …Drôle de la conception de la démocratie !!! …de la part d’une ethnothéodémocratie il est vrai. Question : les habitants légalement résidents et expulsés en 1948 des territoires devenus alors israéliens ont ils le droit de vote à la Knesset ??? Poser la question c’est déjà y répondre !!!

      • Pourquoi est-ce que les 1,8 millions d’arabo-musulmans qui sont des citoyens israéliens ne quittent-ils pas Israël pour émigrer dans un pays arabe vu qu’ils sont soi-disant si mal traités? Il y a 22 pays arabes dont seulement la Tunisie est démocratique.

        • Vous plaisantez ou quoi ?vous voulez quand même pas qu’ils laissent leurs terres et leurs maisons pour vous faire plaisir Et alors les 22 pays arabes chacun à son pays. Qui a massacré les juifs, c’est les Européens pas les arbres..
          Pourquoi que c’est les palestiniens qui paye à la place des Européens. C’est vraiment une honte.

          • Doucement: tous les Européens n’étaient pas des nazis massacreurs de Juifs. La majorité des Européens ont par contre souffert du nazisme.Et suite à la seconde guerre mondiale il y a eu 30.000.000 de réfugiés qui eux se sont tous recasés sauf les soi-disant Palestiniens.

          • non en revanche, le droit au retour des Palestiniens expulsés en 1948 a été voté par l’ONU et c’est un droit inaliénable …C’était même à cette condition que l’ONU a reconnu l’Etat d’Israël …Donc que Tel Aviv s’exécute après 70 ans d’atermoiements ! Si des Juifs courant après un mythe religieux estiment avoir droit à vivre en Palestine en prétendant l’avoir quitté il y a 2 000 ans, alors avec 70 ans, cela ne fait que prouver que les sionistes sont très mauvais en logique et en arithmétique.

        • isramerde , ça n’existe pas ,ce pseudo état voyou et terroriste n’est qu’une caserne enkystée sur des terres volées aux autochtones Palestiniens .

        • Steve, convertis toi à l’Islam c’est mieux pour toi. C’est la continuité du judaïsme.

          Quant à la Palestine et Israël, laissons DIEU décider. L’histoire ne reste pas figer, et les injustices ne restent pas impunis.

          A bientôt

      • @baraa
        je suis assez d’accord avec vous, quand vous soulignez la disparition des forces démocratiques en Israël ou en Palestine.
        La gauche israélienne a totalement disparu des écrans, pour laisser progressivement la place à une droite de plus en plus réac.
        C’est bien sous l’influence de cette mouvance orthodoxe, intégriste, sectaire, obscurantiste, qu’Israel est devenu, comble d’ironie, un pays pratiquant le racisme d’état, la discrimination, le déni de justice, en totale contradiction avec la DUDH qui lui a permis de voir le jour et à laquelle beaucoup d’intellectuels juifs avaient apporté leurs concours, lors de son élaboration en 1948.
        Quand à l’espérance Démocratique en Palestine qui la porte aujourd’hui ?
        Entre le Hamas et la Démocratie, on ne peut pas pas parler d’un mariage d’amour, c’est le moins que l’on puisse dire !
        Quels peuvent être les espoirs de paix, entre les religieux fanatisés d’Israel et les F.M du Hamas ?
        difficile de voir un peu de lumière dans cette tragédie, ou les religions apportent un fois de plus la preuve de leur incapacité à créer et maintenir la condition de la paix parmi les hommes.
        cordialement

        • @Etienne

          Je suis tout aussi perplexe que vous face à la politique israélienne, qui me semble fortement inspirée par une vision d’extrême droite.
          Juste au moment où resurgit l’antisémitisme, cette dérive fait désordre. Ou alors, c’est bien le peuple maudit. Je déconne.
          Dans tous les cas, le pronostic de la Palestine est tendance cata. Et celui des juifs pas terrible.
          En revanche, le grand retour de antisémitisme de droite me surprend un peu, bien que je l’aie prévu il y a 20 ans. Je crois qu’il faut toujours être pessimiste. Ca évite les erreurs d’analyse.
          Le réchauffement climatique? Il sera pire que les prévisions des extrémistes du GIEC. La crise monétaire à venir? Pire que ce que l’on est logiquement amené à redouter. La fin du monde? Dans 20 ans.
          Boutin, là, j’ai du pot. Je serai mort.
          Donc, on s’en fout.

          • La politique israélienne est tout d’abord une politique de SURVIE. Il y a là un petit état juif appelé Israël avec huit millions d’habitants, dont 1,8 millions d’arabo-musulmans. Il y a moins de 20 millions de Juifs sur terre mais ils obtiennent bien 33% des prix Nobel octroyés. L’opposition ce sont 22 pays arabes et 380 millions d’Arabes dans le monde.

      • Iran libre et démocratique? Où tout est contrôlé jusqu’à la façon de se vêtir. Où la torture et le viol dans les prisons sont choses courantes. Et où on ne peut voter que pour des ayatollahs chiites (Sunnites s’abstenir) — tous soigneusement présélectionnés par le Guide Suprême.

    • Parce que à vos yeux Netanyahou incarne la droiture, l’honnêteté et que c’est l’homme de la situation ? Vous vous trompez lourdement. S’il disparaîtrait d’y paysage politique, croyez moi Israël s’en porterait mieux. Les autres pays avec.

    • Parce que l’etat d’israel (Palestine occupée), n’est pas une théocratie?
      Le parlement israélien n’a t-il pas aprouvé mojoritairement en juillet 2018, le caractére juif de l’etat ?
      qu’est ce qui empéche d’avoir une constituttion en israel? la loi Juive?
      Qu’est ce qui prévaut en israel le Talmud ou les autres lois?

    • Oui Israël est une vrai democracie si vous êtes de confession juive, pas si vous êtes arabes israéliens. Exemple :si les israéliens de confession juive manifeste, la police les protège et les disperse avec douceur, par contre les israéliens arabes qui manifestent, c’est la matraque voir des balles réelles aucune indulgence pour eux.et pourtant ils sont sur cette terre depuis toujours, contrairement à la major partie des israéliens qui venait d’Europe et de Russie, et surtout ne pas oublier que c’est des simites comme vous . Je vous en supplie ne dites de sottises sur la démocratie

  4. Vous faites toujours de la propagande et abrutir les gens comme d’habitude. Les Arabes du golf entretiennent une relation très chaleureuse avec Israël depuis longtemps,et c’est grâce à Trump que nous le savons tous aujourd’hui .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Written by Saïd Branine

Publicité

Face au blocus, les Qataris jouent la carte de l’ouverture et du débat

Le premier Avocat Général arabo-musulman des Etats-Unis est une femme