in

Pour le Premier ministre algérien, Bouteflika a assuré “la stabilité du pays”

Abdelaziz Bouteflika candidat à un nouveau mandat présidentiel. “Il a fait un parcours plein de réalisations, notamment après le bain de sang qu’on a vécu”

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

8 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Super
    Un président plein d’énergie
    A défaut d’un trône c’est un fauteuil roulant qui lui fait office de trône ambulant
    Une vraie mascarade politique, médiatique,
    Ces escrocs gère le pays comme une mafia
    Il nous parle de stabilité, par contre leur compte suisse en pleine croissance
    La guerre civile on va me faire croire que les généraux sont innocents pendant cette période.
    Bref une vraie mascarade

  2. Il est vrai que Boutéfika a brillamment résolu le problème des GIA.
    En revanche, il n’a rien fait contre l’inertie administrative et la corruption endémique qui freinent les entrepreneurs tout en dissuadant les investisseurs éventuels.
    Rien non plus n’a été tenté pour développer le tourisme, dans un pays pourtant magnifique et attrayant.
    Bref, rien ne bouge; rien ne bougera, et les élites continueront à fuir le pays. (Ou à le saccager)
    Enfin, l’état de santé du président en fait un pantin, ou une marionnette manipulée par des gens au demeurant malhonnêtes. Ca n’est pas l’idée qu’on se fait d’un chef d’état. Bien sûr, il y a pire. Mais bon…

    • Pauvre ignare le GIA était un groupe piloté par les services contrairement a L’AIS.
      C’est un groupe de mafieux complice des massacres et responsables de la guerre civile.
      Le clan boutef est en train de disparaître son frère est aussi vers la fin au jour d’aujourd’hui.

      • Et quelles forces politiques pourraient pourraient prendre la relève alors que le FLN verrouille tout depuis 1962 ?
        Il n’y a même pas de relève possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Written by Saïd Branine

Publicité

Le documentaire espagnol « Gaza » remporte le prix du meilleur court métrage aux Goya

La mort tragique d’un étudiant zimbabwéen, agressé à l’arme blanche, suscite une vive émotion en Algérie