in ,

Pour le grand mufti d’Arabie Saoudite, les attentats suicide sont le fait de « criminels »

Des « criminels qui iront en enfer », le grand mufti d'Arabie Saoudite, Cheikh Abdul Aziz bin Abdullah al-Cheikh, n’a pas eu de mots assez forts pour condamner les kamikazes dont les actes blâmables n’en font pas à ses yeux des martyrs, mais plutôt des bombes humaines qui dévoient gravement les enseignements de l’islam, en se fermant à jamais les portes du plus luxuriant des jardins d’Eden. La loi islamique interdit en effet en toutes lettres et sans la moindre ambiguité le suicide et le meurtre d'innocents.

Cet éminent personnage religieux du royaume wahhabite, chef du Conseil suprême des oulémas ainsi que du Comité permanent pour la recherche islamique et la fatwa, n’est pas à son premier coup de semonce retentissant contre les méfaits du terrorisme, dont il avait dénoncé les meurtres de civils innocents en 2010 en les qualifiant d’antinomiques avec les fondements de la religion musulmane.

En conférence de presse, jeudi dernier, à Riyad, l’une des plus illustres figures d’Arabie saoudite a de nouveau réprouvé avec la plus grande fermeté l’attentat suicide à la voiture piégée perpétré, le 5 décembre, par un commando majoritairement composé de Saoudiens contre un complexe du ministère de la Défense du Yémen. Un carnage qui a tué 56 personnes et qui n’a pas tardé à être revendiqué par Al-Qaïda de la péninsule arabique (AQAP), issue de la fusion de branches saoudiennes et yéménites du réseau djihadiste.

Sans les dédouaner de leurs fautes, le grand mufti d'Arabie Saoudite, qui a été lui-même dans la ligne de mire d’Al Qaïda, compare ces bombes humaines  à des êtres sous influence, à qui l’on aurait « volé l’esprit et l’âme », manipulés par des artisans du chaos au point d’être devenus, entre leurs mains, les outils de leurs desseins mortifères. Mardi dernier, un tribunal saoudien, au diapason de la condamnation du Cheikh, a fait montre de la même sévérité envers un jihadiste d’Al-Qaïda en l’envoyant croupir pendant 16 ans derrière les barreaux pour avoir ourdi un complot visant à assassiner ce grand clerc du royaume et d’autres de tout premier plan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Grenoble : Des femmes se mobilisent contre l’exclusion des mamans voilées des activités scolaires

Les néo-nazis grecs manifestent de nouveau contre le projet entériné de la mosquée d’Athènes