in

Pékin Express en Birmanie, quand la télévision spectacle atteint des sommets d’obscénité

Nouvel opium du peuple, les jeux du cirque télévisuels n’ont manifestement pas encore touché le fond du niveau zéro de la télé-réalité, à l’image de Pékin Express et de sa conception obscène du divertissement qui donne à voir le monde par le petit bout de la lorgnette, en occultant la barbarie à visage humain de certaines contrées traversées, en l’occurrence le génocide des musulmans de Birmanie.

« A la découverte des mondes inconnus » promet M6. Derrière cette accroche qui se veut être une belle invitation au voyage, Pékin Express bat cette année des records de cynisme, avant même de battre des records d’audience, en ayant décidé de sillonner une terre, où l’innommable se passe, avec l’indécence de la télévision spectacle sans foi ni loi qui ne se prosterne que devant le « Dieu » audimat. Une télévision qui, par ailleurs, reflète l’opinion de ses élites, son émotion étant à l’aune de son indignation, effroyablement sélective…

A l'heure de s'inviter dans les foyers français pour divertir le bon peuple, il est essentiel de mettre en lumière un dépaysement qui s'est bien gardé de braquer les projecteurs sur les cieux rouge sang de Birmanie, pas assez télégéniques, et de faire un zoom sur l’épuration ethnique qui martyrise et massacre sans répit la communauté musulmane de l’Etat d’Arakane, notamment les Rohingyas, ces damnés de la terre les plus persécutés au monde selon l’Onu.

Si Pékin Express propose de faire rêver en engourdissant les neurones dans un nivellement par le bas abyssal, voici deux photos qui sont susceptibles de réveiller les consciences les plus endormies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La chanson de Stromae “Papaoutai”, transformée en “Boutefoutai”:

L’écrivain Renaud Camus condamné pour “incitation à la haine” contre l’islam et les musulmans