in

Pas d’école musulmane à Orléans, le maire UMP oppose son veto

Il n’y a pas que l’hostilité au port du voile qui a le pouvoir de transcender tous les clivages politiques, la perspective de voir émerger un établissement scolaire musulman dans le paysage peut aussi produire le même effet puissamment unificateur…

L’association El Amana l’a appris à ses dépens, alors qu’elle récoltait des fonds en vue de réaliser un projet qui lui tenait à cœur : construire une école privée musulmane dans le quartier de l’Argonne, à Orléans. Un projet qui se conjugue désormais au passé, depuis que Serge Grouard, le maire UMP de la capitale du Loiret, l’a rendu caduc en usant de son droit de préemption, brisant ainsi les doux rêves pédagogiques de toute une communauté.

Point d’école confessionnelle, ni de communautarisme, surtout musulman, sur ce terrain-là ! L’édile ne veut pas de ça chez lui, et a sorti l’arsenal juridique idoine pour acquérir le terrain de la discorde (photo ci-dessus), sous l’étendard de la laïcité intransigeante qui occulte la devise républicaine gravée sur le fronton de son Hôtel de ville. 

Dans un entretien accordé au quotidien régional, le premier magistrat de la cité orléanaise y est allé de ses noires prédictions, agitant le chiffon rouge de la laïcité en danger, tout en balayant d’un revers de main le parallèle avec les autres écoles confessionnelles.

Une comparaison inévitable qui, manifestement, est trop dérangeante à ses yeux pour avoir droit de cité : "On m'oppose l'argument des écoles dédiées à d'autres religions. Mais ça n'a rien à voir ! Les écoles catholiques, notamment, sont sous contrat, avec un programme, et une obligation de respect de la laïcité ! Et elles acceptent aussi des enfants d'autres religions, des enfants musulmans. Si l'État accepte et veut la mettre sous contrat, c'est un autre sujet. Mais là, c'est une porte ouverte vers de possibles dérives", s'est-il époumoné.

Et c’est là que la magie républicaine, recroquevillée dans sa frilosité laïque, opère, faisant taire toutes les dissensions politiciennes, même les plus sournoises, au profit de la belle harmonie de l’entente cordiale. L’opposition ne trouve plus matière à s’opposer mais plutôt à se fédérer autour de la décision irrévocable du maire, socialistes et communistes faisant cause commune : pas d’école musulmane dans un quartier si près de chez nous !

Galvanisé par ce beau consensus, Serge Grouard voit même plus loin, jusqu'aux municipales de 2014, et a décidé d'étendre son veto à l’ensemble de son fief de manière autoritaire : pas d’école musulmane dans le quartier de l’Argonne, mais pas ailleurs non plus. Qu’on se le dise, ou pour être fidèle à la pensée de l'élu de proximité par excellence, censé être à l'écoute de tous ses administrés sans exclusive, que les musulmans de la ville se le tiennent pour dit…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérité et Justice pour Saïd Bourarach, battu à mort, le 30 mars 2010

Un rabbin israélien accusé de viol a-t-il trouvé refuge au Maroc ?