in

New York : une touriste iranienne agressée en plein match de basket par des supporters pro-sionistes

Nerdeen Mohsen Kiswani, une touriste iranienne, ne gardera pas un souvenir impérissable de son séjour à New York, mais conservera longtemps les séquelles psychologiques de son après-midi cauchemardesque dans le Barclays Center de Brooklyn !

Venue assister à un match de basketball dans la salle omnisport pleine à craquer qui résonne, chaque semaine, de la ferveur des 18 000 fans qui se bousculent pour remplir ses gradins, l’infortunée jeune femme se serait bien passée d’éclipser les virtuoses des dribbles pour être l’objet de tous les regards, les plus pesants, oppressants et noirs. Il faut dire que l’ambiance survoltée qui régnait pour encourager l’équipe israélienne est devenue électrique à la vue de Nerdeen Mohsen Kiswani, les injures racistes fusant très vite, entre deux hurlements de joie à chaque panier marqué par Israël.

Les choses, aussi insupportables soient-elles, auraient pu en rester là, si de sombres énergumènes n’avaient foncé droit sur l’intruse revêtue d’un hijab, l’insultant et la brutalisant, tandis que ses proches, après avoir tenté en vain de s’interposer, appelaient à la rescousse les forces de sécurité présentes, mais en pure perte également.

Le vif mépris est le sentiment prégnant que Nerdeen Mohsen Kiswani a lu aussi bien dans les yeux de la police que des aficionados et autres sportifs du dimanche restés tranquillement assis, insensibles à la frayeur de la jeune femme et sourds à ses SOS de détresse. 

"J'ai essayé d'obtenir l’aide des forces de sécurité et de la police, mais tout le monde me méprisait tellement en tant que seule femme visiblement musulmane présente dans la salle. J’ai eu très peur, mes proches ont eu très peur, il y avait un tel environnement hostile et raciste, c’était terrifiant", a relaté, traumatisée, Nerdeen Mohsen Kiswani, qui ne doit d’avoir réchappé à ses agresseurs qu’après que ceux-ci aient estimé qu’ils s’étaient suffisamment défoulés contre elle.

Amin Hussein, un avocat américano-palestinien, qui a pris fait et cause pour cette touriste iranienne, décrit une atmosphère de haine, exacerbée par des supporters pro-sionistes chauffés à blanc qui en ont profité pour « casser du musulman ».

A jamais marquée par la sauvagerie de son agression islamophobe, mais aussi par la non-assistance à personne en danger tout aussi violente, Nerdeen Mohsen Kiswani, soutenue par sa famille et ses amis, se tourne à présent vers la justice américaine pour que ce "crime de haine, d’une infinité lâcheté", sur lequel la police a fermé les yeux, laissant les coupables s’enfuir, ne reste pas impuni.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FREE PALESTINE : Premier festival international pour la liberté de la Palestine

Un ex-prisonnier de Guantanamo veut dissuader les jeunes de faire le Djihad (vidéo)