in

Nesci, la marque de la mode modeste, voit le jour aux Pays-Bas grâce à une jeune femme voilée très entreprenante

En proie à une frustration grandissante devant une mode féminine peu conforme à ses attentes, la néerlandaise Enaam Ahmed Ali éprouvait les plus grandes difficultés à trouver son bonheur dans les boutiques d’Amsterdam, traînant sa déception comme une âme en peine à chaque fois qu’elle faisait du lèche-vitrine ou ressortait des magasins les mains vides, jusqu’à ce jour fatidique de 2014 où elle décida de prendre son destin en main.

Poussée à agir par une impérieuse nécessité, la jeune femme voilée qui a toujours eu un goût prononcé pour la mode de l’élégance tout en pudeur, sublimée par de belles étoffes, a refusé de se cantonner dans le rôle ingrat de la cliente éternellement insatisfaite pour se muer en créatrice, inspirée, autonome et comblée, d’une ligne de vêtements « modeste ».

Diplômée en finances et en économie de l’université d’Amsterdam, cette tête bien faite dans une tête bien pleine s’est attelée à l’ouvrage avec ardeur et méthode. Elle a d’abord dressé un état des lieux rigoureux, en concertation étroite avec ses frères et sœurs, mais aussi ses amis proches, dont elle a su conjuguer les talents et les compétences, puis a pris conseil auprès d’une centaine de designers et autres professionnels aguerris de l’industrie de la mode, ainsi que de développeurs de sites web, avant d’élaborer un business plan détaillé et solide qui a débouché quelques mois plus tard sur la naissance de la marque « Nesci » (une abréviation du mot « nécessité »).

Soutenue par son mari Fouad qui a cru dans son projet dès le début, au point que sa famille, convaincue à son tour, ait investi ses propres deniers pour financer sa petite entreprise, Enaam Ahmed Ali a pris les rênes de Nesci avec de l’énergie à revendre, atteignant très vite son premier grand objectif : présenter sa toute première collection, confectionnée avec un minimum de ressources, lors d’un défilé de mode organisé en mai 2015 qui fut à la fois un test concluant et une vraie rampe de lancement.   

« Je n’oublierai jamais ce moment », se remémore-t-elle avec une émotion intacte. « Plus de 250 personnes y ont assisté, parmi lesquelles figuraient un grand nombre de blogueurs. Les médias mainstream ont brillé par leur absence, mais fort heureusement le bouche à oreille a bien fonctionné, et la fabuleuse histoire de Nesci a intéressé plusieurs journaux et magazines après coup. Ce défilé a été un formidable tremplin ! », s’est-elle exclamée, pleine d’enthousiasme.

Près de deux ans après son émergence aux Pays-Bas, la marque Nesci poursuit son développement avec cohérence et constance, ayant désormais à son actif trois collections qui ont trouvé rapidement acquéreuses, musulmanes et non-musulmanes, et s’apprête à dévoiler sa nouvelle ligne Automne-Hiver 2016 pour la plus grande joie de ses clientes déjà fidélisées, voire même accros pour certaines.

C’est avec humilité que Enaam Ahmed Ali prend conscience de l’autre défi de taille qu’elle est en train de relever, celui qui dépasse l’aspect purement stylistique : faire éclore une marque dédiée à la mode « modeste », qualifiée « d’islamique » par ses farouches opposants, sur une terre fertile du multiculturalisme dont le fulminant Geert Wilders, le leader islamophobe du parti d’extrême droite PVV, s’acharne à faire le terreau du racisme anti-musulmans.

Cela relève d'une prouesse dont la jeune chef d’entreprise puise une force insoupçonnée, qu’elle souhaite insuffler aux femmes musulmanes voilées. La nécessaire création de Nesci s’est imposée à elle il y a deux ans, et au-delà du manque criant en matière de mode modeste que son enseigne a réussi à combler, Enaam Ahmed Ali veut aussi, à travers sa griffe, être une source d’inspiration pour ses coreligionnaires en les persuadant qu’il y a « nécessité pour elles d’être actrices de leur vie et de prouver qu’elles sont capables d’entreprendre des choses incroyables ».

Nesci ou la promesse faite à toutes les femmes, et particulièrement aux femmes musulmanes voilées, de leur offrir bien plus que le strict nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BDS : Israël menacé d’exclusion de la FIFA, selon Haaretz

Juppé : “Assez d’amalgames, assez de frénésie” sur l’islam et l’intégration