in ,

Napoléon était-il vraiment un grand admirateur de l’Islam et de son Prophète ?

Peu de gens savent que Napoléon était un admirateur de l’Islam. La volonté d’embrasser l’Islam, ses valeurs et ses adeptes n’est pas nouvelle en Europe. Dès la fin du 18e et le début du 19e siècle, le général et empereur français Napoléon Bonaparte a manifesté un soutien à l’Islam qui alliait idéaux libéraux et pragmatisme politique.

Napoléon a pris le Prophète Mohammed à cœur

Au cours du siècle des Lumières en Europe (1715- 1789),[i] un certain nombre d’auteurs ont présenté le Prophète Mohammed dans une veine similaire, comme un héros anticlérical ; certains voyaient dans l’islam une forme pure de monothéisme proche du déisme philosophique et dans le Coran un hymne rationnel au Créateur. En 1734, George Sale[ii] publie une nouvelle traduction anglaise. Dans son introduction, il retrace les débuts de l’histoire de l’Islam et idéalise le Prophète en tant que réformateur iconoclaste et anticlérical qui a banni les croyances et les pratiques « superstitieuses » des premiers chrétiens – le culte des saints, les saintes reliques – et a écrasé le pouvoir d’un clergé corrompu et avare.

Publicité
Publicité
Publicité

La traduction du Coran par Sale a été largement lue et appréciée en Angleterre : pour nombre de ses lecteurs, Mohammed était devenu un symbole du républicanisme anticlérical. L’ouvrage a également eu une influence en dehors de l’Angleterre. Le père fondateur des États-Unis, Thomas Jefferson (1743-1826), en a acheté un exemplaire chez un libraire de Williamsburg, en Virginie, en 1765, ce qui l’a aidé à concevoir un déisme philosophique dépassant les frontières confessionnelles. (L’exemplaire de Jefferson, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque du Congrès, a été utilisé pour la prestation de serment de représentants musulmans au Congrès, à commencer par Keith Ellison en 2007). Et en Allemagne, le romantique Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) a lu une traduction de la version de Sale, qui a contribué à colorer sa notion évolutive de Mohammed en tant que poète inspiré et prophète archétypal.

En France, Voltaire (1694-1778) a également cité la traduction de Sale avec admiration : dans son histoire mondiale Essai sur les mœurs et l’esprit des nations (1756), il a dépeint Mohammed comme un réformateur inspiré qui a aboli les pratiques superstitieuses et éradiqué le pouvoir du clergé corrompu. À la fin du siècle, le Whig anglais Edward Gibbon (1737-1794), (lecteur assidu de Sale et de Voltaire) présente le Prophète en termes élogieux dans : The History of the Decline and Fall of the Roman Empire (1776-89)[iii] (l’Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain (1776-89)) :

“Le credo de Mahomet est exempt de tout soupçon ou ambiguïté ; et le Coran est un glorieux témoignage de l’unité de Dieu. Le prophète de la Mecque a rejeté le culte des idoles et des hommes, des étoiles et des planètes, sur le principe rationnel que tout ce qui se lève doit se coucher, que tout ce qui naît doit mourir, que tout ce qui est corruptible doit se décomposer et périr. Dans l’auteur de l’univers, son enthousiasme rationnel confessait et adorait un être infini et éternel, sans forme ni lieu, sans issue ni similitude, présent à nos pensées les plus secrètes, existant par la nécessité de sa propre nature, et tirant de lui-même toute perfection morale et intellectuelle… Un théiste philosophe pourrait souscrire au credo populaire des Mahométans : un credo trop sublime, peut-être, pour nos facultés actuelles.

Publicité
Publicité
Publicité

[“The creed of Mahomet is free from suspicion or ambiguity; and the Koran is a glorious testimony to the unity of God. The prophet of Mecca rejected the worship of idols and men, of stars and planets, on the rational principle that whatever rises must set, that whatever is born must die, that whatever is corruptible must decay and perish. In the author of the universe, his rational enthusiasm confessed and adored an infinite and eternal being, without form or place, without issue or similitude, present to our most secret thoughts, existing by the necessity of his own nature, and deriving from himself all moral and intellectual perfection … A philosophic theist might subscribe the popular creed of the Mahometans: a creed too sublime, perhaps, for our present faculties. ]

Mais c’est Napoléon Bonaparte qui prit le Prophète le plus à cœur, se qualifiant de « nouveau Mahomet » après avoir lu la traduction française du Coran réalisée par Claude-Étienne Savary (1750-1788) en 1783. Savary a écrit sa traduction en Égypte : là, entouré de la musique de la langue arabe, il a cherché à rendre en français la beauté du texte arabe. Comme Sale, Savary rédige une longue introduction présentant Mohammed comme un homme « grand » et « extraordinaire », un « génie » sur le champ de bataille, un homme qui sait fidéliser ses adeptes. Napoléon lit cette traduction sur le bateau qui l’emmène en Égypte en 1798. Inspiré par le portrait du Prophète brossé par Savary, général brillant et sage législateur, Napoléon cherche à devenir un nouveau Mohammed et espère que les oulémas (savants religieux) du Caire l’accepteront, lui et ses soldats français, comme des amis de l’Islam, venus libérer les Égyptiens de la tyrannie ottomane. Il a même prétendu que sa propre arrivée en Égypte avait été annoncée dans le Coran, une sorte de Mahdi.

Napoléon avait une vision idéalisée, livresque, du siècle des Lumières, de l’Islam en tant que monothéisme pur : en effet, l’échec de son expédition égyptienne était en partie dû au fait que son idée de l’Islam était très différente de la religion des oulémas du Caire. Pourtant, Napoléon n’était pas le seul à se considérer comme un nouveau Mohammed : Goethe a proclamé avec enthousiasme que l’empereur était le « Mahomet du monde » et l’auteur français Victor Hugo l’a dépeint comme un « Mahomet d’occident« . Napoléon lui-même, à la fin de sa vie, exilé à Sainte-Hélène et ruminant sa défaite, a écrit sur Mohammed et a défendu son héritage en tant que « grand homme qui a changé le cours de l’histoire« . Le Mohammed de Napoléon, conquérant et législateur, persuasif et charismatique, ressemble à Napoléon lui-même – mais un Napoléon qui a eu plus de succès et qui n’a certainement jamais été exilé sur une île froide et balayée par les vents de l’Atlantique Sud.

L’idée de Mohammed comme l’un des grands législateurs du monde a persisté au XXe siècle. Adolph A Weinman (1870-1952), un sculpteur américain d’origine allemande, a représenté Mohammed dans sa frise de 1935 dans la salle principale de la Cour suprême des États-Unis, où le prophète prend place parmi 18 législateurs. Plusieurs chrétiens européens ont appelé leurs églises à reconnaître le rôle particulier de Mohammed en tant que prophète des musulmans. Pour des catholiques spécialistes de l’islam comme Louis Massignon (1883-1962) ou Hans Küng (1928-2021), ou pour le protestant écossais William Montgomery Watt (1909-2006), spécialiste de l’islam, cette reconnaissance était le meilleur moyen de promouvoir un dialogue pacifique et constructif entre chrétiens et musulmans.

Napoléon, qui est-il ?

Napoléon Bonaparte (15 août 1769 – 5 mai 1821) était un chef militaire et politique français. Il s’est fait connaître pendant la Révolution française et a mené plusieurs campagnes victorieuses pendant les guerres révolutionnaires. Sous le nom de Napoléon Ier, il a été empereur des Français de 1804 à 1814, puis à nouveau en 1815. Napoléon a dominé les affaires européennes et mondiales pendant plus d’une décennie, tout en dirigeant la France contre une série de coalitions au cours des guerres napoléoniennes. [iv] Il a remporté la plupart de ces guerres et la grande majorité de ses batailles, construisant un vaste empire qui a régné sur l’Europe continentale avant son effondrement final en 1815. L’un des plus grands commandants de l’histoire, ses guerres et campagnes sont étudiées dans les écoles militaires du monde entier. Il reste l’une des figures politiques les plus célèbres et les plus controversées de l’histoire de l’humanité. [v]

Publicité
Publicité
Publicité

Napoléon a eu un impact considérable et puissant sur le monde moderne, en apportant des réformes libérales aux nombreux territoires qu’il a conquis et contrôlés, notamment les Pays-Bas, la Suisse et de grandes parties de l’Italie et de l’Allemagne modernes. [vi] Il a mis en œuvre des politiques libérales fondamentales en France et dans toute l’Europe occidentale [vii] Son œuvre juridique durable, le Code Napoléon, a eu une grande influence. Napoléon a mis en œuvre un large éventail de réformes libérales en France et en Europe continentale, notamment en Italie et en Allemagne, comme le résume l’historien britannique Andrew Roberts :

« les idées qui sous-tendent notre monde moderne – la méritocratie, l’égalité devant la loi, les droits de propriété, la tolérance religieuse, l’éducation laïque moderne, les finances saines, etc. – ont été défendues, consolidées, codifiées et étendues géographiquement par Napoléon. Il y a ajouté une administration locale rationnelle et efficace, la fin du banditisme rural, l’encouragement des sciences et des arts, l’abolition du féodalisme et la plus grande codification des lois depuis la chute de l’Empire romain ».

[“The ideas that underpin our modern world—meritocracy, equality before the law, property rights, religious toleration, modern secular education, sound finances, and so on—were championed, consolidated, codified and geographically extended by Napoleon. To them he added a rational and efficient local administration, an end to rural banditry, the encouragement of science and the arts, the abolition of feudalism and the greatest codification of laws since the fall of the Roman Empire. “] [viii]

Né Napoleone di Buonaparte sur l’île de Corse peu de temps après son annexion par le Royaume de France, la modeste famille de Napoléon descendait de la petite noblesse italienne. Il a soutenu la Révolution française en 1789 alors qu’il servait dans l’armée française, et a essayé de diffuser ses idéaux dans sa Corse natale. Il a connu une ascension rapide dans l’armée après avoir sauvé le Directoire français au pouvoir en tirant sur les insurgés royalistes. En avril 1796, il entame sa première campagne militaire contre les Autrichiens et leurs alliés italiens, remportant une série de victoires décisives et devenant un héros national. Deux ans plus tard, il dirige une expédition militaire en Égypte (1798-1801) qui lui sert de tremplin vers le pouvoir politique.

Il organise un coup d’État en novembre 1799 et devient Premier consul de la République. En raison de divergences persistantes avec les Britanniques, les Français sont confrontés à la guerre de la troisième coalition en 1805. Napoléon brise cette coalition par des victoires décisives lors de la campagne d’Ulm et par un triomphe historique à la bataille d’Austerlitz du 2 décembre 1805, [ix] qui conduit à l’élimination du Saint Empire romain germanique. En 1806, la Quatrième Coalition prend les armes contre lui car la Prusse s’inquiète de l’influence croissante de la France sur le continent. Napoléon élimine rapidement la Prusse aux batailles d’Iéna et d’Auerstedt, puis fait marcher la Grande Armée profondément en Europe de l’Est, anéantissant les Russes en juin 1807 à Friedland, et forçant les nations vaincues de la Quatrième Coalition à accepter les traités de Tilsit. [x] Deux ans plus tard, les Autrichiens défient à nouveau les Français pendant la guerre de la Cinquième Coalition, mais Napoléon consolide son emprise sur l’Europe après avoir triomphé à la bataille de Wagram.

Espérant étendre le système continental (embargo de la Grande-Bretagne), Napoléon envahit l’Ibérie et déclare son frère Joseph roi d’Espagne en 1808. Les Espagnols et les Portugais se révoltent avec le soutien des Britanniques. La guerre péninsulaire dure six ans, se caractérise par une guérilla brutale et se solde par une défaite de Napoléon. Napoléon lance une invasion de la Russie à l’été 1812. [xi] La campagne qui s’ensuit est marquée par la retraite catastrophique de la Grande Armée de Napoléon et encourage ses ennemis. En 1813, la Prusse et l’Autriche se joignent aux forces russes dans une Sixième Coalition contre la France. Une campagne militaire chaotique aboutit à la défaite de Napoléon par une grande armée de la coalition à la bataille de Leipzig en octobre 1813. La coalition envahit la France et s’empare de Paris, forçant Napoléon à abdiquer en avril 1814.

Dimitri Castali, présente Napoléon dans son ouvrage intitulé : Napoléon sur le divan dans les termes, peu flatteurs, suivants : [xii]

“Elucider chacune des énigmes de la vie de Napoléon reste utopique. Pour autant, poser un regard équilibré sur l’ensemble de son existence, de sa naissance à sa mort, et dévoiler les faits historiques tels qu’ils sont, tantôt grandioses, tantôt glaçants, permet sinon de comprendre, au moins d’expliquer un personnage étonnamment paradoxal et pluriel. C’est en passant au crible les facettes psychologiques du sujet « Napoléon Bonaparte » comme s’il s’’allongeait sur le divan d’un psychanalyste qu’il nous apparait le mieux dans toute sa complexité, insaisissable, véritable caméléon de l’histoire. “

Les Lumières du savoir et de la sagesse et le pragmatisme politique

Napoléon est né à une époque où les Lumières (1715-1789) [xiii] remettaient en question les anciennes valeurs et croyances. Les Lumières avaient mis en avant les idées de tolérance et de diversité, et des écrivains tels que Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) rejetait l’ancien ordre politique et religieux. Dans une certaine mesure, du moins, Napoléon a adhéré aux valeurs de cette époque, admirant dès l’enfance des hommes tels que Rousseau et Voltaire (1694-1778), et soutenant le gouvernement républicain qui a suivi la Révolution française.[xiv]

Il était également un grand pragmatique. Son républicanisme céda lorsqu’un gouvernement fort fut nécessaire et lorsqu’il eut l’occasion de devenir empereur. Il tolérait tout ensemble d’opinions qui ne sapaient pas sa position ou la force de l’État français.

Le pouvoir de l’église catholique en France a été sévèrement affaibli par la révolution. Une grande partie de son pouvoir politique et économique est prise par les gouvernements réformateurs à la recherche de fonds et d’influence. L’expansion a vu les religions concurrentes prendre de l’importance sur le territoire français, à mesure que les parties protestantes de l’Europe étaient absorbées.

Plutôt que de tenter d’imposer une nouvelle idéologie à ces populations diverses, Napoléon entreprend d’intégrer les hiérarchies religieuses existantes dans les structures de pouvoir du nouvel empire. Les dirigeants catholiques, protestants et juifs ont tous trouvé une place dans l’organisation de l’empire de Napoléon. Et comme il cherche à s’étendre vers l’est, l’Islam devient également important, pour ne pas dire très important.

L’importance de l’Orient

Le contrôle du Moyen-Orient revêt une importance stratégique pour les Français. Alors qu’ils dominent l’Europe continentale, il leur reste un grand rival invaincu, un adversaire qu’ils ne peuvent atteindre par voie terrestre : la Grande-Bretagne.

La puissance de la Grande-Bretagne repose sur son empire mondial (1600-1960) [xv] et sur le dos des citoyens de ses nombreuses colonies. L’Inde, en particulier, était une source de richesses et de ressources fabuleuses. Le commerce avec l’Inde était au cœur de la puissance britannique, et ce commerce passait par le Moyen-Orient. En particulier, il passe par l’étroitesse de l’espace entre la mer Rouge et la Méditerranée. Si les Français parvenaient à contrôler l’Égypte et les terres qui l’entourent, ils pourraient étouffer le commerce britannique, limiter les ressources économiques de leur ennemi et tirer profit de la taxation des marchandises qui transitent par là.

En visant le Moyen-Orient, Napoléon avait un autre objectif : contrôler la ville sainte de Jérusalem et, grâce à elle, gagner la faveur des chefs religieux des religions chrétienne, juive et islamique.

Comme la plupart des savants du siècle des Lumières, Napoléon considère que l’histoire est façonnée par les actions des grands hommes. Il cherchait des exemples, qu’il pouvait étudier et suivre. Vu l’importance de l’Islam, le Prophète Mohammed est devenu l’un de ces exemples pour lui.

Il qualifiait le Prophète Mohammed de « grand homme qui a changé la face de la terre« . Il a même rejeté l’opinion d’un autre de ses héros, Voltaire, sur le sujet du Prophète Mohammed, estimant que le philosophe français avait dénigré les réalisations et le caractère d’un grand leader.

Il n’est guère surprenant que Napoléon ait vu en Mohammed une âme sœur, plus que d’autres figures religieuses. Après tout, le Prophète avait uni les Arabes divisés pour déclencher une vague de conquête qui a balayé le Moyen-Orient. C’était le genre de leadership que Napoléon pouvait admirer.

Napoléon, grand admirateur de l’Islam

Napoléon est né à une époque où les Lumières remettaient en question les anciennes valeurs et croyances. Sous son règne, la France domine l’Europe continentale et cherche à s’étendre vers l’est pour contrôler le Moyen-Orient. L’Islam est donc devenu un sujet important à comprendre

Comme la plupart des spécialistes des Lumières, Napoléon considérait que l’histoire était façonnée par les actions des grands hommes. Il cherche des exemples qu’il peut étudier et suivre. S’intéressant à l’importance de l’Islam, le Prophète Mohammed est devenu l’un de ces exemples.

Il qualifiait Mohammed de « grand homme qui a changé la face de la terre« . Il a même rejeté l’opinion d’un autre de ses héros, Voltaire, sur le sujet de Mohammed, estimant que le philosophe français avait dénigré les réalisations et le caractère d’un grand leader.

Il n’est guère surprenant que Napoléon ait vu en Mohammed une âme sœur, plus que d’autres figures religieuses. Après tout, le Prophète avait uni les Arabes divisés pour déclencher une vague de conquête qui a balayé le Moyen-Orient. C’était le genre de leadership que Napoléon pouvait admirer.

Napoléon tente de conquérir l’Égypte et la Syrie lors de la campagne de 1798-1799, l’un de ses rares échecs majeurs. Là-bas, il cherche à mieux connaître l’Islam et à soutenir les chefs religieux locaux, tant qu’ils ne s’opposent pas à lui.

En 1798, une révolte a lieu contre les Français au Caire. Les rebelles armés, dont beaucoup sont basés autour de la Grande Mosquée, proclament leur intention d’exterminer les Français au nom du Prophète Mohammed. Après avoir réprimé une telle révolte, de nombreux commandants auraient puni les imams et les cheikhs qui avaient inspiré ce violent discours religieux. Mais Napoléon s’est bien gardé de les punir, puisqu’ils n’avaient pas pris une part active à la révolte, décapitant au contraire ceux qui avaient mené l’action. Le message est clair : la rébellion est inacceptable, mais les Français ne feront pas de mal aux saints hommes de l’Islam.

Contrairement aux généraux de tant d’armées chrétiennes précédentes en Orient, Napoléon a clairement indiqué que ses soldats ne devaient pas traiter les musulmans différemment des peuples des nations qu’ils avaient conquises en Europe. Citant les exemples d’Alexandre le Grand et des légions romaines païennes, il leur a demandé de traiter toutes les religions sur un pied d’égalité et de traiter tous les chefs religieux avec respect. Le crime de viol, fréquent chez les soldats dans les pays qu’ils considéraient comme barbares, a fait l’objet d’une attention particulière, avec pour instruction que tout soldat qui violerait une femme musulmane serait fusillé.

Certains Égyptiens réagissent en appelant Napoléon « Sultan Kebir« , le Grand Sultan, un titre qui flatte Napoléon. Ayant pris l’habitude d’étudier le Prophète Mohammed, le Coran et la culture islamique, il a compris le compliment que cela représentait.

Bien des années plus tard, alors qu’il était exilé sur l’île lointaine de Sainte-Hélène après avoir perdu les guerres napoléoniennes, il a consigné dans ses mémoires ses réflexions sur le Prophète Mohammed. Puisqu’il n’y avait aucune arrière-pensée concevable à ce moment-là pour qu’il dise de lui ce qu’il ne croyait pas réellement.

Plus tard dans sa vie, Napoléon a déclaré que, s’il était resté au Moyen-Orient, il aurait probablement fait un pèlerinage à La Mecque pour s’agenouiller devant le sanctuaire qui s’y trouve. Il est facile de rejeter cette affirmation, mais le fait de l’avoir prononcée témoigne d’un grand respect pour l’Islam, ce qui était remarquable pour un Européen de son époque, son intelligence et sa stature.

A propos de la fascination de Napoléon pour l’Islam, Marc Fourny a écrit dans Le Point : [xvi]

“ « J’aime mieux la religion de Mahomet, elle est moins ridicule que la nôtre », confia Napoléon au soir de sa vie au baron Gourgaud. Une confession qui fit longtemps gloser sur le réel attrait de Napoléon pour l’islam, même s’il a toujours confessé son appartenance à la religion catholique – sa mère était très pieuse et il assistait encore à la messe lors de son exil à Sainte-Hélène. Mais l’homme a toujours été intéressé par l’islam, comme le développe un chapitre de Napoléon sur le divan, le nouveau livre de Dimitri Casali, grand spécialiste de Bonaparte, qui décortique avec précision la psychologie complexe du personnage. Dès l’adolescence, rappelle-t-il, Napoléon se plonge dans le Coran, et à 20 ans, il écrit une nouvelle s’inspirant de Mahomet, Le Masque prophète, dans laquelle il raconte le destin d’un religieux qui soulève les peuples…“

Embrasser l’Islam

L’impact pratique de tout cela peut être observé dans le comportement de Napoléon en Égypte et en Syrie, qu’il tente de conquérir lors de la campagne de 1798-9, [xvii] l’un de ses rares échecs majeurs. Là, il cherche à mieux connaître l’Islam et à soutenir les chefs religieux locaux, tant qu’ils ne s’opposent pas à lui.

Les tentatives d’impliquer les dirigeants islamiques locaux dans la gestion de la région sont plus mitigées. D’une part, il a essayé d’exploiter les opinions et les structures d’autorité locales en utilisant des conseils consultatifs appelés diwans. D’autre part, l’accès aux connaissances locales se fait par le biais de hiérarchies étrangères à l’Islam, qui placent les dirigeants français au sommet de la pyramide du pouvoir.

Sur ce point Marc Fourny écrit dans Le Point : [xviii]

“Après avoir brisé les mamelouks du sultan Mourad Bey, il prend sans hésiter les atours d’un despote local, raconte l’historien Dimitri Casali. « Napoléon se met à porter le costume oriental, notamment pour la grande fête du Nil, en août 1798, ce qui amuse beaucoup son état-major, notamment ses généraux Murat et Lannes qui éclatent de rire… Le peuple l’appelle rapidement “le sultan El-Kébir”, un surnom qui lui restera longtemps, et le conseil du diwan lui attribue le titre d’Ali-Bonaparte. Lui-même se fait appeler “digne enfant du Prophète” et “favori d’Allah”… » Son attachement aux rites locaux ira même assez loin puisqu’en juillet 1799, le général français proclame quasiment son adhésion à la foi musulmane avec ce qui ressemble à une shahada, une véritable profession de foi : « Il n’y a pas d’autres dieux que Dieu et Mahomet est son prophète ! » affirme-t-il devant les populations locales. “

Plus tard dans sa vie, Napoléon a déclaré que, s’il était resté au Moyen-Orient, il aurait probablement fait un pèlerinage à La Mecque pour s’agenouiller devant le sanctuaire. Il est facile de rejeter cette affirmation, mais le fait de l’avoir prononcée témoigne d’un grand respect pour l’Islam, ce qui était remarquable pour un Européen de son époque.

Napoléon et le Prophète Mohamed

Napoléon a fait du Prophète une sorte de modèle, se considérant comme un nouveau conquérant et législateur marchant sur les traces de Mohammed. Au début de sa campagne, il n’a cessé de s’affirmer comme un défenseur de l’Islam et du peuple égyptien pour renforcer sa légitimité. Il s’est habillé en costume égyptien, a financé et célébré la naissance du Prophète, et a donné cette missive immédiatement après le succès de sa campagne : [xix]

“Au nom du Dieu clément et miséricordieux !

Il n’y a point d’autre Dieu que Dieu et il n’a ni fils, ni associé dans son empire.

« De la part de la nation française, fondée sur la liberté et l’égalité, Bonaparte, le grand général et le chef de l’armée française, fait savoir à tous les habitants de l’Egypte que depuis trop longtemps les sandjaks qui gouvernent le pays insultent à la nation française et couvrent ses négociants de toutes sortes d’avanies ; l’heure de leur châtiment est arrivée.

Mais Dieu, maître de l’univers et Tout-puissant, a ordonné que leur empire finît. Peuple de l’Egypte, on vous a dit que je ne suis venu ici que pour détruire votre religion ; cela est mensonge ; ne le croyez pas ; dites à ces diffamateurs que je ne suis venu chez vous que pour arracher vos droits des mains des tyrans et vous les restituer, et que, plus que les mamelouks, j’adore Dieu et respecte Son Prophète et le Coran.

Dites-leur aussi que tous les hommes sont égaux devant Dieu : la sagesse, les vertus et les talents mettent seuls de la différence entre eux. Or, entre les mamelouks, la sagesse et les vertus, il y a une grande distance ; qu’est-ce donc qui les distingue des autres pour s’approprier l’Egypte et avoir exclusivement tout ce qui se trouve de mieux parmi les belles esclaves, les beaux chevaux, les maisons somptueuses ?

Si la terre d’Egypte est une ferme des mamelouks, qu’ils nous montrent le bail que Dieu leur en a fait. Mais le Maître de l’univers est clément, juste et miséricordieux, et avec Son aide puissante, tous les Egyptiens pourront occuper les plus hautes positions et obtenir les grades les plus élevés. Les plus sages, les plus instruits, les plus vertueux gouverneront et le peuple sera heureux.

Il y avait jadis en Egypte de grandes villes, de larges canaux, un grand commerce. Qui a tout détruit si ce n’est la tyrannie et l’avidité des mamelouks ?

Cheikhs, cadis, imams, chorbadjis et notables de la nation, dites au peuple que nous sommes les vrais amis des musulmans. La preuve en est que nous sommes allés à Rome et avons renversé le gouvernement du pape, qui poussait toujours les chrétiens à faire la guerre aux musulmans.

Nous avons ensuite été à Malte et avons détruit les chevaliers qui prétendaient que Dieu leur ordonnait de faire la guerre aux musulmans.

De tout temps, les Français sont les vrais amis du sultan ottoman (que Dieu éternise son empire !) et les ennemis de ses ennemis.

Les mamelouks au contraire ne sont point soumis au Sultan et se sont révoltés contre son autorité. ils ne suivent que leurs caprices.

Heureux ! heureux ceux des habitants de l’Egypte qui se joindront à nous sans retard. Ils prospèreront dans leur fortune et leur rang. Heureux encore ceux qui resteront dans leurs maisons et seront neutres. Ceux-ci, quand ils nous connaîtront, s’empresseront de s’unir à nous de tout cœur.

Mais malheur ! malheur à ceux qui s’armeront pour les mamelouks et combattront contre nous ! Il n’y aura pas de porte de salut pour eux, ils périront et leurs traces disparaîtront. “

Bien sûr, tout cela a été fait pour légitimer sa cause. L’Islam était moins important pour lui que la légitimité. Sans légitimité, les Français ne pouvaient espérer tenir l’Égypte à long terme. Il a laissé des instructions aux administrateurs français en Égypte, expliquant entre autres que « Il faut prendre grand soin de persuader les musulmans que nous aimons le Coran et que nous vénérons le prophète. Une seule parole ou action irréfléchie peut détruire le travail de plusieurs années« . Cependant, l’admiration de Napoléon pour Mohammed était probablement authentique. Pendant son exil à Sainte-Hélène, Napoléon a appris par cœur ses mémoires, notamment la description de sa campagne d’Égypte. C’est ici que nous pouvons voir son point de vue sur Mohammed en tant que conquérant et législateur. Il écrit : [xx]

“L’Arabie était idolâtre lorsque Mahomet, sept siècles après Jésus-Christ, a introduit le culte du Dieu d’Abraham, d’Ismaël, de Moïse et de Jésus-Christ. Les Ariens et les autres sectes qui avaient troublé la tranquillité de l’Orient avaient soulevé des questions sur la nature du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Mahomet déclara qu’il n’y avait qu’un seul Dieu qui n’avait ni père ni fils, que la trinité impliquait l’idolâtrie. Il a écrit sur le frontispice du Coran : « Il n’y a pas d’autre dieu que Dieu ».

Il s’adressait à des peuples sauvages et pauvres, qui manquaient de tout et étaient très ignorants ; s’il avait parlé à leur esprit, ils ne l’auraient pas écouté. Au milieu de l’abondance de la Grèce, les plaisirs spirituels de la contemplation étaient une nécessité, mais au milieu des déserts, où l’Arabe soupirait sans cesse pour une source d’eau, pour l’ombre d’un palmier où il pourrait se réfugier des rayons du soleil brûlant des tropiques, il fallait promettre aux élus, comme récompense, des rivières de lait inépuisables, des bois odorants où ils pourraient se détendre dans une ombre éternelle, dans les bras de houris divins à la peau blanche et aux yeux noirs. Les Bédouins se passionnèrent pour la promesse d’une demeure aussi enchanteresse ; ils s’exposèrent à tous les dangers pour l’atteindre ; ils devinrent des héros.

Mahomet était un prince, il a rallié ses compatriotes autour de lui. En quelques années, ses musulmans ont conquis la moitié du monde. Ils arrachèrent plus d’âmes aux faux dieux, renversèrent plus d’idoles, rasèrent plus de temples païens en quinze ans, que les disciples de Moïse et de Jésus-Christ en quinze siècles. Mahomet était un grand homme. Il aurait été en effet un dieu, si la révolution qu’il a accomplie n’avait pas été préparée par des circonstances. “

Le Mohammed de Bonaparte est un homme d’État et un conquérant modèle, il sait comment motiver ses troupes et, par conséquent, il a été un conquérant bien plus efficace que Napoléon. Bien sûr, Napoléon croyait que Mohammed promettait des vierges au paradis pour ses troupes, mais c’était pour les motiver, et il avait raison de le faire – ses succès militaires le prouvaient. Il a également décrié les guerres doctrinales sanguinaires du christianisme primitif, avec des querelles sur la nature du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et la prédication de Mohammed a clarifié cela. Il était même prêt à excuser, voire à faire l’éloge de la polygamie. Pourquoi Mohammed a-t-il autorisé la polygamie ? D’abord, explique Napoléon, elle avait toujours été une pratique courante en Orient, Mohammed l’a en fait réduite en permettant à chaque homme un maximum de quatre épouses. De plus, il pensait que la polygamie était un moyen de lutter contre le racisme :[xxi]

“L’Asie et l’Afrique sont peuplées d’hommes de toutes les couleurs : la polygamie est le seul moyen efficace de les mélanger afin que les Blancs ne persécutent pas les Noirs, ou les Noirs les Blancs. La polygamie les fait naître de la même mère ou du même père ; le noir et le blanc, puisqu’ils sont frères, s’assoient à la même table et se voient. Ainsi, en Orient, aucune couleur ne prétend être supérieure à une autre. Mais, pour y parvenir, Mohammed a pensé que quatre épouses suffisaient… Quand nous voudrons, dans nos colonies, donner la liberté aux Noirs et détruire les préjugés de couleur, le législateur autorisera la polygamie. “

Il admirait également les sciences arabes médiévales, et il pensait que Mohammed avait joué un rôle dans leur culture. Il opposait les traditions de civilisation urbaine du Moyen-Orient aux traditions des nomades pastoraux des steppes et des déserts asiatiques qui, disait-il, renversaient constamment les empires sédentaires. Les premiers étaient « ennemis des sciences et des arts« , a-t-il dit, « mais ce reproche ne peut être adressé aux Arabes, ni à Mahomet« . Il poursuit « …La chimie, la distillation, les cadrans solaires, les horloges, nos chiffres contemporains, sont autant d’inventions des Arabes. Rien n’est plus élégant que leurs contes moraux, leur poésie est pleine de chaleur. Mahomet loue surtout les érudits et les hommes qui se donnent à une vie de méditation et qui cultivent les belles lettres. »

Donc, en conclusion, il a admiré le Prophète Mohammed, mais c’était son Mohammed idéal, fortement influencé par ses opinions et l’orientalisme contemporain de l’époque. Le Mohammed de Napoléon est un conquérant et un législateur, persuasif et charismatique, qui ressemble fondamentalement à Napoléon lui-même, mais un Napoléon qui a eu plus de succès et qui n’a certainement jamais été exilé à Sainte-Hélène.

Napoléon et sa perception de l’Islam

Napoléon Bonaparte était l’un des plus grands génies militaires de l’histoire. Il a conquis une grande partie de l’Europe et est devenu l’empereur des Français de 1804 à 1815. Il a centralisé le gouvernement français, créé la Banque de France et introduit le Code Napoléon pour réformer le droit français. Finalement, son armée est vaincue par les forces alliées et il est emprisonné par les Britanniques sur l’île lointaine de Sainte-Hélène, dans l’océan Atlantique. Il y est mort le 5 mai 1821.

Napoléon appréciait beaucoup l’Islam et le Prophète Mohammed. Il a étudié le Coran ainsi que la vie du Prophète et s’est approprié ces connaissances pour réaliser ses ambitions mondiales. Il se convertit à l’Islam et prit le nom d' »Ali Bonaparte« . Il était un étudiant de l’histoire orientale en général et de l’histoire islamique en particulier. Ziad Elmarsafy [xxii] observe que

« Il existe peu d' »applications » plus capitales de l’apprentissage européen de l’islam que l’invasion de l’Égypte par Napoléon… Homme érudit, Napoléon a incarné la relation entre le pouvoir et le savoir des orientalistes. »

Le génie militaire et les succès de Napoléon devaient beaucoup à sa connaissance de l’Orient. Henry Laurens affirme que « Bonaparte n’a rien inventé, mais il a traduit mieux que quiconque certains principes simples de la totalité du savoir oriental de son époque. » [xxiii] M. Laurens soutient aussi que “Napoléon n’est cependant pas un précurseur de Lyautey. S’il fréquente les ulémas et les interroge sur leur religion, il cherche aussi à se présenter devant eux comme un véritable Mahdi des musulmans “. Il fait des discours à la population du Caire où il “marie son culte personnel du destin et de la fortune avec la religion musulmane telle qu’il la perçoit.“ [xxiv]

  1. Laurens s’est demandé, entre autre, si “l’expédition d’Egypte est une simple étape dans la carrière du conquérant ou la volonté de réaliser un rêve oriental depuis longtemps conçu.“ Il remarque que “comme d’habitude chez Bonaparte, le calcul le plus précis et le plus réaliste des rapports de force coexiste avec l’ampleur des projets qu’il sert à réaliser.“ Son expédition en Egypte s’accompagne, à l’adresse des populations locales, d’une propagande “axée sur le fait que les Français sont les ennemis des catholiques et du pape de Rome.“ Il associe, par ailleurs, les ulémas au pouvoir, n’hésitant pas “à proclamer la supériorité de la loi islamique.“ [xxv]

Napoléon a étudié l’Orient, en particulier l’histoire de l’islam et de son prophète, avec un grand enthousiasme. Claude-Étienne Savary (1750-1788), qui a passé trois ans en Égypte (1776-1779) et publié sa traduction du Coran en 1784, est l’une des principales sources de la connaissance de l’Islam par Napoléon. Savary admirait le prophète de l’Islam comme un rare génie aidé par les circonstances. Pour lui, Mahomet était un de ces hommes extraordinaires qui, nés avec des dons supérieurs, se montrent peu souvent sur la face de la terre pour la changer et entraîner les mortels derrière leur char. Quand on considère son point de départ et le sommet de grandeur qu’il a atteint, on est étonné de ce que le génie humain peut accomplir dans des circonstances favorables.

Napoléon voulait être le même génie conquérant du monde. Il voulait être pour les dix-huitième et dix-neuvième siècles ce que Mahomet avait été pour le septième. Il ne pouvait donc accepter le moindre dénigrement du Prophète. Il admirait Mahomet dans les termes suivants :  » Mahomet était un grand homme, un soldat intrépide ; avec une poignée d’hommes, il triompha à la bataille de Bender (sic) ; grand capitaine, éloquent, grand homme d’État, il fit revivre sa patrie et créa un nouveau peuple et une nouvelle puissance au milieu des déserts d’Arabie.  » Napoléon fait ici référence à la Bataille de Badar [xxvi] en mars 624  qui s’est déroulée la deuxième année de la migration prophétique vers Médine.

Le biographe de Napoléon, Emmanuel-Augustin-Dieudonné-Joseph, comte de Las Cases, rapporte que Napoléon était mécontent de la dramatisation et du dénigrement apparent du Prophète Mohammed par Voltaire dans sa pièce « Mahomet« . Napoléon, dans les dernières années de sa vie, a été exilé sur l’île de Sainte-Hélène. Pendant ces longues années d’exil forcé, il a eu l’occasion de réfléchir à une série de questions importantes. Ses conversations et son mémoire ont été enregistrés par un certain nombre de compagnons, dont le comte de Las Cases. En rapportant des conversations faites en avril 1816, le comte de Las Cases écrit : [xxvii]

« Mahomet était l’objet de profondes critiques. « Voltaire », dit l’Empereur, « dans le caractère et la conduite de son héros, s’est écarté à la fois de la nature et de l’histoire. Il a dégradé Mahomet, en le faisant descendre aux plus basses intrigues. Il a représenté un grand homme qui a changé la face du monde, agissant comme un scélérat, digne de la potence. Il a traversé de façon non moins absurde le personnage d’Omar, qu’il a dessiné comme celui d’un égorgeur dans un mélodrame. Voltaire a commis une erreur fondamentale en attribuant à l’intrigue ce qui n’était que le résultat de l’opinion. »

Omar dont est fait ici référence est Omar bin al-Khattab (584-644) qui fut le deuxième calife après le Prophète Mohammed.

Napoléon a rejeté le thème central de la pièce de Voltaire selon lequel Mohammed était un fanatique. Il a observé que les changements sociaux rapides et les victoires politiques que le prophète Mohammed a réalisés en peu de temps ne pouvaient être le résultat du fanatisme. « Le fanatisme n’a pu accomplir ce miracle, car il faut que le fanatisme ait eu le temps d’établir sa domination, et la carrière de Mahomet n’a duré que treize ans. » [xxviii]

Le général Baron Gourgaud, l’un des généraux les plus proches de Napoléon, donne des comptes rendus presque identiques des évaluations de Napoléon sur la pièce de Voltaire.[xxix] Napoléon observe en outre que Mohammed a été accusé de crimes effrayants. Les grands hommes sont toujours censés avoir commis des crimes, comme des empoisonnements ; c’est tout à fait faux, ils ne réussissent jamais par de tels moyens.[xxx]

En 1798, Napoléon débarque en Égypte avec sa forte armée de cinquante-cinq mille hommes pour occuper l’Égypte et perturber la route commerciale anglaise vers l’Inde. Il pensait que celui qui est maître de l’Égypte est maître de l’Inde. En tant que conquérant du monde et législateur en herbe, Napoléon a adopté Mohammed comme modèle et a prétendu marcher sur ses traces. Avant son excursion militaire en Égypte, il a conseillé à ses soldats et officiers de respecter la religion musulmane.

Il s’adresse aux Égyptiens en utilisant le vocabulaire islamique traditionnel de l’unité de Dieu et de la mission universelle du Prophète Mohammed. Il a confessé publiquement être un vrai musulman : [xxxi]

Au nom du Dieu clément et miséricordieux !

Il n’y a point d’autre Dieu que Dieu et il n’a ni fils, ni associé dans son empire.

« De la part de la nation française, fondée sur la liberté et l’égalité, Bonaparte, le grand général et le chef de l’armée française, fait savoir à tous les habitants de l’Egypte que depuis trop longtemps les sandjaks qui gouvernent le pays insultent à la nation française et couvrent ses négociants de toutes sortes d’avanies ; l’heure de leur châtiment est arrivée.

Mais Dieu, maître de l’univers et Tout-puissant, a ordonné que leur empire finît. Peuple de l’Egypte, on vous a dit que je ne suis venu ici que pour détruire votre religion ; cela est mensonge ; ne le croyez pas ; dites à ces diffamateurs que je ne suis venu chez vous que pour arracher vos droits des mains des tyrans et vous les restituer, et que, plus que les mamelouks, j’adore Dieu et respecte Son Prophète et le Coran.

Dites-leur aussi que tous les hommes sont égaux devant Dieu: la sagesse, les vertus et les talents mettent seuls de la différence entre eux. Or, entre les mamelouks, la sagesse et les vertus, il y a une grande distance ; qu’est-ce donc qui les distingue des autres pour s’approprier l’Egypte et avoir exclusivement tout ce qui se trouve de mieux parmi les

Fascination pour l’Islam

« Napoléon le Grand », était fasciné par l’Islam ainsi que par l’Orient. Son admiration pour l’Islam était principalement centrée sur le prophète de l’Islam Mohammed, le créateur des sociétés. C’est ainsi que Napoléon entendait faire de l’Islam une religion universelle en combattant ses ennemis et en faisant abattre les croix des églises et interner les prêtres.

Le pape Pie VII excommunie Napoléon. En retour, Napoléon fit pointer les canons français sur la chambre du pape, qui fut finalement enlevé, emprisonné et interné. Par de nombreux moyens, Napoléon cherche à faire pression sur le pape pour qu’il renonce au pouvoir. Le pape, placé en résidence surveillée pendant six ans, ne rentre à Rome que le 24 mai 1814, après sa libération par les troupes de la coalition au moment de la défaite de Napoléon. Le pape Pie VII intervient pour que Napoléon soit correctement traité à Sainte-Hélène. Il justifie cette volonté en disant : « il ne peut plus être un danger pour personne« .

La signature du Concordat par le Premier consul Napoléon Bonaparte en 1801 ne reconnaît plus le catholicisme comme religion d’Etat de la France. Afin de montrer sa puissance, Napoléon ne se rend pas à Rome pour se faire couronner, comme Charlemagne et les empereurs germaniques l’avaient fait par le passé (jusqu’au XVe siècle), il fait venir le pape à Paris. Napoléon l’accueille sans respect dans la forêt de Fontainebleau, à cheval et en tenue de chasse. Il offense encore plus le Souverain Pontife en lui prenant la couronne des mains et en se couronnant lui-même sous les yeux des mamelouks. Il affirme ainsi sa primauté sur l’église chrétienne.

En Égypte, les 49 sultans de la dynastie mamelouke régnaient sur l’État islamique le plus puissant de son temps, qui s’étendait sur l’Égypte, la Syrie et la péninsule arabique. À Madrid, au moment de la révolte du 2 mai 1808, où les soldats français combattent les Madrilènes révoltés, la France devient une autre cause de la haine espagnole contre Napoléon, car les Espagnols refusent d’être occupés par des combattants musulmans. Les cavaliers égyptiens défilaient régulièrement en tête des parades et des cortèges français. Il est intéressant de savoir que, sous le Second Empire, les Bonapartistes autoritaires étaient appelés « mamelouks ».

Le rapprochement entre Napoléon et l’Eglise n’est que le résultat d’un calcul politique de la part de l’Empereur. Au-delà de la valeur morale d’un sacre religieux aux yeux des catholiques, de la valeur symbolique d’un sacre pontifical rappelant le sacre des empereurs germaniques, Napoléon se place au-dessus des rois européens en tant que successeur de Charlemagne et des empereurs de la Rome antique. La présence du pape au couronnement donne une dimension morale et légitime supplémentaire à l’Empire.

Celui-ci n’est plus seulement le fruit d’une révolution, mais d’un couronnement divin qu’aucun des souverains d’Europe ne peut égaler. Napoléon se place au même niveau que le souverain du Saint Empire romain germanique avant de le surpasser et de devenir le seul empereur d’Europe.

La présence du Pape était donc plus un message aux pays européens qu’un hommage catholique de Napoléon. Napoléon, peu sensible au sort du vicaire du Christ, n’hésite pas à le retenir prisonnier à Fontainebleau. Il souhaite affirmer sa puissance dans le domaine spirituel.

Par contre, beaucoup pensent que Bonaparte a été réellement fasciné par la personne de Mohammed et touché par sa ferveur religieuse. Dans une lettre datant du 28 août 1798, il se confie au Cheikh El-Messiri : [xxxii]

“Le général Kleber me rend compte de votre conduite et j’en suis satisfait. (…) J’espère que le moment ne tardera pas où je pourrai réunir tous les hommes sages et instruits du pays, et établir un régime uniforme, fondé sur les principes de l’Al-coran, qui sont les seuls vrais et qui peuvent seuls faire le bonheur des hommes. “

La conversion de Napoléon à l’Islam ?

Il admirait également Jésus, mais déplorait que le christianisme ait été récupéré par « un groupe de politiciens de Rome » pour contrôler le peuple, et qu’il ait déformé l’unicité de Dieu : « Ils ont alors donné à Dieu des partenaires. Ils étaient désormais trois en un« . Au terme de son raisonnement, l’empereur déchu en est venu à l’islam, qu’il décrit comme tel : [xxxiii]

Puis enfin, à un certain moment de l’histoire, apparut un homme appelé Mahomet. Et cet homme a dit la même chose que Moïse, Jésus, et tous les autres prophètes : il n’y a qu’Un Dieu. C’était le message de l’Islam. L’Islam est la vraie religion. Plus les gens liront et deviendront intelligents, plus ils se familiariseront avec la logique et le raisonnement. Ils abandonneront les idoles, ou les rituels qui supportent le polythéisme, et ils reconnaîtront qu’il n’y a qu’Un Dieu. Et par conséquent, j’espère que le moment ne tardera pas où l’Islam prédominera dans le monde.

Plus tôt, dans le même Journal de Sainte-Hélène, dicté au général Gouraud, on pouvait même lire « Je préfère la religion de Mohamed. Elle est moins ridicule que la nôtre « .

Outre les indices présentés, le 17 juillet 1799, lors de la campagne d’Egypte, quelques jours avant la bataille d’Aboukir, Napoléon Bonaparte fait sa déclaration de foi à l’Islam : « J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors de Dieu et j’atteste que Mohamed est le Messager de Dieu« . [xxxiv]

En islam, l’acte de conversion consistant à prononcer l’attestation de foi, ou chahâda, qui signifie « témoignage » ou « attestation », représente la principale profession de foi en islam. En effet, selon le sunnisme, il constitue le premier des cinq piliers articulant la croyance musulmane.

La chahâda, principale profession de foi de l’islam, est divisée en deux parties semi-distinctes. La première : « Je témoigne qu’il n’y a pas de divinité en dehors de Dieu » fait implicitement référence au concept de tawhîd, un dogme musulman – le premier pilier de la foi musulmane – affirmant l’unicité de Dieu : Dieu est unique, en opposition au polythéisme et au trinitarisme chrétien.  Le second : « Je témoigne que Mohammed est le Messager de Dieu« , fait référence à la mission prophétique du Prophète Mohammed.

Lorsqu’un individu embrasse la foi musulmane, la chahâda doit être récitée. Dans le cas d’un nouveau-né, la coutume musulmane veut que le père, peu après la naissance, récite la profession de foi dans son oreille. C’est ainsi que l’on considère que l’enfant a adopté la foi musulmane et devient musulman.

À l’âge adulte, lorsqu’un individu décide d’embrasser la foi musulmane, dans le cas d’un athée qui devient croyant, tout comme dans le cas d’un croyant d’une autre religion qui décide de changer de religion, on parle de conversion religieuse. Ce converti doit prononcer lui-même la chahâda.

S’il prononce la chahâda ostensiblement, en connaissant son sens, c’est-à-dire sans retenue, car le Livre Saint des musulmans, le Coran, insiste sur un principe :  » il n’y aurait aucune retenue à exercer en matière de religion ou de foi « , on considère que ce dernier a adopté la foi musulmane et est donc devenu musulman.

Cela nous autorise, aujourd’hui, à soutenir  » impérieusement  » que l’empereur Napoléon est mort en tant que musulman. Cette proclamation impressionnante : [xxxv]

« Puis finalement, à un certain moment de l’histoire, un homme nommé Mohammed est apparu. Et cet homme a dit la même chose que Moïse, Jésus et tous les autres prophètes : il n’y a qu’un seul Dieu. C’était le message de l’Islam. L’Islam est la vraie religion »,

ne doit pas passer inaperçu aux oreilles et sans susciter le désir de le comprendre.

Toutefois Marc Fourny doute de la sincérité de Napoléon à la profession de la chahâda il la conçoit plutôt comme un acte d’opportunisme politique : [xxxvi]

“Comment interpréter ces actes ? La shahada se doit d’être sincère pour être effective, et sur ce point, Bonaparte a fait plus preuve d’opportunisme que de conviction… « C’est le prince des caméléons, le génie de la com, rappelle Dimitri Casali. On est alors à la veille de la bataille d’Aboukir, le général a plus que besoin du ralliement et de la confiance des locaux pour faire face aux forces ottomanes qui attaquent l’Égypte, un combat qu’il finira par emporter haut la main. » Quand il revient en France, pour confisquer le pouvoir, il montrera le même pragmatisme pour rallier à lui les catholiques en signant le concordat avec le pape Pie VII en 1801, après les exactions révolutionnaires, puis en se faisant sacrer à Notre-Dame, toujours en présence du pape. Mais quand ce dernier finira par l’excommunier, il n’hésitera pas à l’enfermer pendant cinq ans, preuve que la politique a toujours pris le pas sur la religion. Selon lui, elle n’est qu’un moyen pour asseoir son pouvoir et garantir l’obéissance des citoyens : « Une société sans religion est comme un vaisseau sans boussole », disait-il. “

En effet, pour Dimitri Casali, il décrit Napoléon comme « caméleon » dans son ouvrage intitulé : Napoléon sur le divan : Comme vous ne l’avez jamais vu publié par Flammarion en 2019. [xxxvii]

C’est ainsi que nous vous proposons aujourd’hui une relecture de l’Histoire de Bonaparte puisque nous disposons, par l’intermédiaire de Thierry Rayer, des textes et documents qui sont là comme preuve et sont là comme derniers témoins.

Au sujet des religions, Napoléon considère que les juifs ont eu le tort de vouloir garder le message de Moïse pour le confiner à leur « race d’élus de Dieu ». Par ailleurs, il admire Jésus, mais déplore que le christianisme ait été récupéré par « un groupe de politiciens de Rome » pour contrôler le peuple, et qu’il ait déformé l’unicité de Dieu : « Ils ont ensuite donné à Dieu des partenaires. Ils étaient maintenant trois en un ». A la fin de son raisonnement, l’empereur déchu en vient à l’islam, qu’il décrit comme tel : [xxxviii]

Puis enfin, à un certain moment de l’histoire, apparut un homme appelé Mahomet. Et cet homme a dit la même chose que Moïse, Jésus, et tous les autres prophètes : il n’y a qu’Un Dieu. C’était le message de l’Islam. L’Islam est la vraie religion. Plus les gens liront et deviendront intelligents, plus ils se familiariseront avec la logique et le raisonnement. Ils abandonneront les idoles, ou les rituels qui supportent le polythéisme, et ils reconnaîtront qu’il n’y a qu’Un Dieu. Et par conséquent, j’espère que le moment ne tardera pas où l’Islam prédominera dans le monde.

Plus tôt, dans le même Journal de Sainte-Hélène dicté au général Gouraud, il est même possible de lire « J’aime mieux la religion de Mahomet. Elle est moins ridicule que la nôtre. »[xxxix]

Conclusion

A l’évidence, Napoléon Bonaparte était l’héritier des Lumières et de la Révolution anticléricale, confiant dans le formidable progrès de l’esprit humain. Il s’est toujours très peu embarrassé de religion, et a utilisé l’Eglise catholique à des fins politiques, la forçant à plier devant lui. Son regard sur l’islam est d’autant plus intéressant qu’il n’est pas celui d’un homme religieux mais d’un homme d’Etat pragmatique. Pour lui, le Prophète Mohammed était un grand chef dans une période similaire à la Révolution française de 1789. [xl]

Napoléon Bonaparte était, selon Victor Hugo, « un Mahomet de l’Occident » lorsqu’il apparut sur les bords du Nil. Goethe, lui aussi, avait exprimé son admiration pour Napoléon en l’appelant « der Mahomet der Welt » (Le Mahomet du monde). Bonaparte lui-même se flattait de cette comparaison, voyant dans le Prophète de l’Islam une sorte de modèle: un général brillant, un orateur sans égal, un législateur, bref un «grand homme» qui savait remuer les masses. Si tout cela est connu, un aspect de cette histoire est moins connu : Napoléon en tant que lecteur du Coran. En fait, dans le bateau qui l’a amené en Égypte, Napoléon a apporté avec lui le Coran, dans la traduction que Claude Savary a faite en 1783.

Faruk Bilici souligne avec véhémence que pour Napoléon :[xli]

“…Mahomet est un « chef de peuple », un « grand homme », qui a su adapter son discours aux réalités de son temps. Pour Napoléon, Mahomet s’adressait à des peuples sauvages, pauvres, manquant de tout, fort ignorants ; s’il eût parlé à leur esprit, il n’eût pas été entendu. Au milieu de l’abondance de la Grèce, les plaisirs de la contemplation de l’esprit étaient un besoin; mais au milieu des déserts, où l’Arabe soupirait sans cesse après une source d’eau, après l’ombre d’un palmier qui pût le mettre à l’abri des rayons brûlants du soleil du Tropique, il fallait promettre aux élus, pour récompense, les fleuves de lait intarissable, des bosquets odoriférants, où ils se reposeraient à l’ombre perpétuelle, dans les bras de divines houris, à la peau blanche, aux yeux noirs. Les Bédouins se passionnèrent pour un séjour aussi enchanteur : ils s’exposèrent à tout pour y parvenir : ils devinrent des héros. Ainsi Mahomet est le produit d’une situation historique analogue à celle de la Révolution française “

Il est grand temps d’en finir avec une légende qui, depuis trop longtemps, gangrène certains esprits : Napoléon se serait converti à l’islam et aurait fini sa vie en musulman convaincu. Certes, l’Empereur, amoureux d’Orient, enfant des Lumières, a dit et pensé beaucoup de bien de la religion du Prophète Mohammed, parfois avec exagération, souvent avec intérêt, mais en arriver à la conclusion d’une conversion est d’un tout autre registre, qui nécessite beaucoup de recherche rigoureuse et une meilleure relecture de ses actes et déclarations sans oublier pour autant le contexte historique.

L’intérêt et la fascination de Napoléon pour l’Islam certainement reflète l’esprit des enfants français des Lumières tels : Henri de Boulainvilliers (1658-1722), Claude-Emmanuel Pastoret (1755-1830), Voltaire, Jean-Jacques Rousseau et leur engouement pour sa philosophie et sa finalité. Napoléon s’est grandement intéressé à l’Islam avant sa campagne d’Egypte et je pense que ce n’est pas par intérêt politique parce que si c’était le cas il aurait méprisé cette religion après sa défaite et son retour en France, au contraire dans son exil à l’île Sainte-Hélène il a parlé en bien du Prophète Mohammed et de sa religion, ce qui prouve sa grande sincérité et sa bonne volonté : [xlii]

« L’Arabie était idolâtre lorsque Mahomet, 7 siècles après Jésus-Christ, introduisit un culte du Dieu d’Abraham, d’Ismaël, de Moïse et de Jésus-Christ. Les Ariens et les sectes avaient troublé la tranquillité de l’Orient et soulevé des questions sur la nature du père, du fils et du Saint-Esprit. Mahomet déclara qu’il y avait un Dieu unique qui n’avait ni père ni fils ; que la trinité impliquait l’idolâtrie. “

 

Notes de fin de texte

[i] Le siècle des Lumières (également connu sous le nom de siècle de la raison ou simplement des Lumières) était un mouvement intellectuel et philosophique qui a dominé le monde des idées en Europe au cours des 17e et 18e siècles. Les Lumières comprenaient un éventail d’idées centrées sur la poursuite du bonheur, la souveraineté de la raison et l’évidence des sens en tant que sources primaires de connaissance, et proposaient des idéaux tels que la liberté, le progrès, la tolérance, la fraternité, le gouvernement constitutionnel et la séparation de l’Église et de l’État.

Les Lumières sont nées d’un mouvement intellectuel et savant européen connu sous le nom d’humanisme de la Renaissance et ont également été précédées par la révolution scientifique et les travaux de Francis Bacon, entre autres. Certains datent le début des Lumières à la philosophie de René Descartes de 1637, Cogito, ergo sum (« Je pense, donc je suis »), tandis que d’autres citent la publication des Principia Mathematica d’Isaac Newton (1687) comme l’aboutissement de la révolution scientifique et le début des Lumières. Les historiens français datent traditionnellement son début de la mort de Louis XIV de France en 1715 jusqu’au déclenchement de la Révolution française en 1789. La plupart la terminent avec le début du 19e siècle.

Les philosophes et les scientifiques de l’époque ont largement diffusé leurs idées lors de réunions dans des académies scientifiques, des loges maçonniques, des salons littéraires, des cafés, ainsi que dans des livres imprimés, des revues et des pamphlets. Les idées des Lumières ont sapé l’autorité de la monarchie et de l’Église catholique et ont ouvert la voie aux révolutions politiques des 18e et 19e siècles. Divers mouvements du XIXe siècle, dont le libéralisme et le néoclassicisme, doivent leur héritage intellectuel aux Lumières.

En France, les doctrines centrales des philosophes des Lumières étaient la liberté individuelle et la tolérance religieuse, en opposition à une monarchie absolue et aux dogmes fixes de l’Église. Le siècle des Lumières a été marqué par l’accent mis sur la méthode scientifique et le réductionnisme, ainsi que par une remise en question accrue de l’orthodoxie religieuse – une attitude illustrée par l’essai d’Emmanuel Kant intitulé Répondre à la question : Qu’est-ce que les Lumières, où l’on trouve la phrase Sapere aude (Oser savoir).

 

[ii] Sale, George, 1697-1736. The Koran (Al-Qur’an). First Edition, 1734. (ed. high resolution scans from the Posner Memorial Collection.)

 

[iii] Edward Gibbon. The History of the Decline and Fall of the Roman Empire, Volume 1. W. Strahan; and T Cadell, in the Strand., 1776.

 

———————- The History of the Decline and Fall of the Roman Empire, Volume 2. W. Strahan; and T Cadell, in the Strand., 1781.

 

———————- The History of the Decline and Fall of the Roman Empire, Volume 3. W. Strahan; and T Cadell, in the Strand., 1781.

 

———————- The History of the Decline and Fall of the Roman Empire, Volume 4. W. Strahan; and T Cadell, in the Strand., 1788.

 

———————- The History of the Decline and Fall of the Roman Empire, Volume 5. W. Strahan; and T Cadell, in the Strand., 1788.

 

———————- The History of the Decline and Fall of the Roman Empire, Volume 6. United States Book Company, 1788

 

———————- The History of the Decline and Fall of the Roman Empire, Volume 7. J.J. Tourneisen, 1788

 

[iv] Alexander Mikaberidze. Les guerres napoléoniennes [The Napoleonic Wars. A Global History] Une histoire globale. Traduction en Anglais: Thierry Piélat. Paris: Flammarion, 2020.

 

“L’onde de choc provoquée par la Révolution française puis par l’Empire a longtemps fait oublier que les guerres napoléoniennes qui s’ensuivirent eurent des répercussions mondiales, loin de l’épicentre européen.
Dans cette synthèse magistrale, Alexander Mikaberidze met en lumière leurs incidences politiques, culturelles, diplomatiques et militaires à l’échelle planétaire. Partout, les grandes puissances rivalisèrent pour affirmer leur hégémonie, depuis l’Amérique jusqu’à l’Extrême-Orient.
Par leurs effets, directs ou indirects, ces guerres furent l’agent de transformation le plus puissant que l’histoire ait connu depuis la Réforme. L’ordre international s’en trouva durablement modifié, la carte du monde redessinée.

Richement documentée, précise, cette somme aussi passionnante qu’érudite est tout à la fois une œuvre aboutie en même temps qu’une extraordinaire contribution à notre compréhension de cette époque.

Austerlitz, Iéna, Wagram, Waterloo… Au-delà de ces noms légendaires, l’historien Alexander Mikaberidze invite à porter notre regard hors d’Europe. De l’Amérique à l’Extrême-Orient, les guerres napoléoniennes ont eu des répercussions politiques, culturelles et militaires sur tous les continents. Elles ont bouleversé l’histoire et redessiné la carte du monde. Une synthèse inédite et magistrale. 33

[v] Roberts, Andrew. Napoleon: A Life. London: Penguin Group, 2014, Introduction.

[vi] Grab, A. Napoleon and the Transformation of Europe. Palgrave Macmillan, 2003, Conclusion.

[vii] Il a mis en place un système d’éducation publique, a aboli les vestiges du féodalisme, a émancipé les Juifs et d’autres minorités religieuses, a aboli l’Inquisition espagnole, a promulgué des protections juridiques pour une classe moyenne émergente, et a centralisé le pouvoir de l’État au détriment des autorités religieuses.

[viii] Andrew Roberts, Napoleon: A Life (2014), op. cit. p. xxxiii.

 

[ix] Mélanie Mettra et Thomas Jacquemin. La bataille d’Austerlitz: Le génie militaire de Napoléon face à la troisième coalition (Grandes Batailles). Bruxelles : 50MINUTES, 2014.

 

Dans la nuit du 1er au 2 décembre 1805, les armées de l’empereur des Français, Napoléon Ier, de l’empereur du Saint Empire romain germanique, François II, et du tsar de Russie, Alexandre Ier, se positionnent sur la plaine d’Austerlitz. Au petit matin, le soleil n’est pas encore levé lorsque débute la bataille des trois empereurs, qui redessinera la carte de l’Europe, pour un temps du moins…

 

[x] Document > Traité De Tilsit Avec La Russie (7 Juillet 1807), Auteur : Kerautret Michel. https://www.napoleon.org/histoire-des-2-empires/articles/traite-de-tilsit-avec-la-russie-7-juillet-1807/

 

[xi] Histoire pour Tous de France et du Monde.  La compagne de Russie (1812). Histoire pour Tous de France et du Monde. https://www.histoire-pour-tous.fr/histoire-de-france/4078-napoleon-et-la-campagne-de-russie.html

 

[xii] Dimitri Casali. Napoléon sur le divan : Comme vous ne l’avez jamais vu. Paris : Flammarion, 2019 : 8.

 

“Quel homme Napoléon était-il vraiment ? Était-il raciste ? Homophobe ? Mégalomane ? Pillard ? Islamophile ? Anglophobe ? Restaurateur de l’esclavage ? Génie de la com’ ? Écrivain raté ? Prédateur ? Misogyne ?…

Deux cents ans après sa mort, ce livre passe au crible toutes les facettes du sujet « Napoléon Bonaparte » comme s’il s’était allongé sur le divan d’un psychanalyste. Ainsi nous apparaît-il dans toute sa complexité, insaisissable « caméléon » de l’Histoire.

Notamment illustré par des œuvres exceptionnelles de Picasso, Dalí, Turner, Magritte, cet ouvrage livre un témoignage unique sur ce petit émigré devenu le fondateur de la France moderne, qui fascine toujours autant le monde entier. Napoléon, professeur d’énergie et de volonté, incarnera à jamais l’imagination au pouvoir, le self-made-man par excellence.

 

[xiii] Le siècle des Lumières correspond à un mouvement littéraire et philosophique qui se développe entre 1715 et 1789 dans toute l’Europe. Les philosophes des Lumières ont à cœur de permettre au peuple d’accéder au vrai savoir, à la liberté et au bonheur. Ils remettent en cause les fondements de la religion, contestent la monarchie absolue, et dénoncent les inégalités sociales. Ils combattent également l’esclavage au nom du principe d’égalité. Si Montesquieu aborde principalement le concept de la séparation des trois pouvoirs, Voltaire se soulève contre les injustices juridiques et le fanatisme religieux, tandis que Rousseau parle de souveraineté du peuple. De son côté, Diderot rédige une Encyclopédie universelle pendant vingt ans.

 

Cf. Jacques De Cock. Politique des Lumières. Bordeaux: Fantasques éditions, 2010

 

[xiv] Matthew D. Zarzeczny. Meteors That Enlighten the Earth: Napoleon and the Cult of Great Men. New Castle Upon Tyne, UK: Cambridge Scholars Publishing, 2013.

 

Napoléon a promu et honoré de grands hommes tout au long de son règne. Outre le fait qu’il s’est comparé à de nombreux grands hommes, il a créé la Légion d’honneur le 19 mai 1802 pour honorer à la fois les civils et les soldats, y compris les Français d’origine étrangère. Napoléon ne s’est pas contenté de créer une Légion irlandaise en 1803 et a ensuite décerné la Légion d’honneur à William Lawless et John Tennent. Il a remis à vingt-six de ses généraux le bâton de maréchal de 1804 à 1815 et, en 1806, il a commémoré ses soldats en décidant d’ériger un temple à la gloire de la Grande Armée sur le modèle de l’Antiquité. De 1806 à 1815, Napoléon a fait enterrer plus d’hommes au Panthéon de Paris que tout autre dirigeant français avant ou après lui. Dans les œuvres d’art qui le représentent, Napoléon demande à ses artistes de faire allusion à César, Charlemagne et même Moïse. Bien que les Romains aient eu leurs légions, leur Panthéon et leurs temples dans l’Antiquité et que la monarchie française ait eu ses maréchaux depuis au moins 1190, Napoléon a mélangé les traditions romaines et françaises pour se comparer aux grands hommes qui ont vécu dans les temps anciens et médiévaux et pour reconnaître les réalisations de ceux qui ont vécu à ses côtés au XIXe siècle. L’analyse du culte personnel des grands hommes de Napoléon, en constante évolution, et de sa reconnaissance des grands hommes contemporains qui ont contribué à la civilisation européenne, voire humaine, et pas seulement à la civilisation française, est originale. Si des travaux existent sur les cultes français de l’Antiquité gréco-romaine et des grands hommes avant 1800, Napoléon n’apparaît que fugitivement dans les autres discussions sur le culte des grands hommes. Aucune des historiographies en plein essor ne met suffisamment en perspective la place de Napoléon dans l’histoire de ce culte. Ce livre constitue une nouvelle exploration du culte des grands hommes, notamment de sa place dans l’histoire napoléonienne et européenne et des efforts supposés de ses membres pour éclairer la terre.

[xv] L’Empire britannique est composé des dominions, colonies, protectorats, mandats et autres territoires gouvernés ou administrés par le Royaume-Uni et les États qui l’ont précédé. Il a débuté avec les possessions d’outre-mer et les comptoirs commerciaux établis par l’Angleterre entre la fin du 16e et le début du 18e siècle. À son apogée, il s’agissait du plus grand empire de l’histoire et, pendant plus d’un siècle, de la première puissance mondiale. En 1913, l’Empire britannique exerçait son emprise sur 412 millions de personnes, soit 23 % de la population mondiale de l’époque, et en 1925, il couvrait 35 000 000 km2 (13 500 000 mi2), soit 24 % de la superficie totale de la Terre. En conséquence, son héritage constitutionnel, juridique, linguistique et culturel est très étendu. Au sommet de sa puissance, il était décrit comme « l’empire sur lequel le soleil ne se couche jamais », car le soleil brillait toujours sur au moins un de ses territoires.

 

Cf. Abernethy, David. The Dynamics of Global Dominance, European Overseas Empires 1415–1980. New Haven, Connecticut, US: Yale University Press, 2000.

 

[xvi] Marc Fourny. “Quand Napoléon était le champion de l’islam, “Le Point du 24 novembre 2019. https://www.lepoint.fr/histoire/quand-napoleon-etait-le-champion-de-l-islam-24-11-2019-2349219_1615.php#

 

[xvii] La campagne de France en Égypte et en Syrie (1798-1801) était la campagne de Napoléon Bonaparte dans les territoires ottomans d’Égypte et de Syrie, proclamée pour défendre les intérêts commerciaux français, pour établir une entreprise scientifique dans la région et finalement pour rejoindre les forces du souverain indien Tipu Sultan et chasser les Britanniques du sous-continent indien. C’était l’objectif principal de la campagne méditerranéenne de 1798, une série d’engagements navals qui comprenait la prise de Malte. La campagne s’est soldée par la défaite de Napoléon et le retrait des troupes françaises de la région.

 

Sur le plan scientifique, l’expédition a conduit à la découverte de la pierre de Rosette, créant ainsi le domaine de l’égyptologie. Malgré des victoires précoces et une expédition initialement réussie en Syrie, Napoléon et son Armée d’Orient sont finalement vaincus et contraints de se retirer, notamment après avoir subi la défaite de la flotte française de soutien lors de la bataille du Nil.

 

Cf. Bernède, Allain. Gérard-Jean Chaduc; Christophe Dickès; Laurent Leprévost (eds.). La campagne d’Égypte : 1798-1801 Mythes et réalités (in French). Paris: Musée de l’Armée, 1998.

 

Cf. Mackesy, Piers. British Victory in Egypt, 1801: The End of Napoleon’s Conquest. London: Routledge, 2013

 

[xviii] Marc Fourny. “Quand Napoléon était le champion de l’islam, “Le Point. Op. cit.

 

[xix] « Wikisource – Full text of the Déclaration du général Bonaparte au peuple égyptien, 1798 » (in French). Fr.wikisource.org. Archived from the original on 2010-09-01. https://fr.wikisource.org/wiki/D%C3%A9claration_du_g%C3%A9n%C3%A9ral_Bonaparte_au_peuple_%C3%A9gyptien

 

[xx] Napoléon Bonaparte. Journal de Sainte-Hélène 1815-1818. Paris : Flammarion, 1947, t. 2, partie 28 août 1817, p. 220.

 

[xxi] Ibid, p. 235.

[xxii] Ziad Elmarsafy. The Enlightenment Qur’an: The Politics of Translation and Construction of Islam, Oxford: Oneworld, 2009: 143.

 

Iconoclaste et farouchement rationnel, le siècle des Lumières européen a vu naître la société et la pensée occidentales modernes. La raison était sacro-sainte et, pour la première fois, les croyances et institutions religieuses étaient largement critiquées. Dans ce livre novateur, Ziad Elmarsafy remet en question ces idées reçues et affirme que la religion a toujours eu une grande influence à cette époque. Mais la religion en question n’était pas le christianisme – c’était l’islam.

 

En retraçant l’histoire des traductions du Coran en Europe au 18e et au début du 19e siècle, Elmarsafy montre qu’un certain nombre de personnages clés du siècle des Lumières – dont Voltaire, Rousseau, Goethe et Napoléon – ont puisé leur inspiration et leurs idées dans le Coran. Plaçant de manière controversée l’Islam au cœur des Lumières européennes, cet ouvrage lucide et bien argumenté est une fenêtre précieuse sur l’interaction entre l’Orient et l’Occident à cette époque charnière de l’histoire humaine.

 

[xxiii] Henry Laurens. Orientales I. Autour de l’expédition d’Égypte. Paris : CNRS Éditions (Coll. Moyen-Orient), 2004, 306 p.

 

[xxiv] G.A. “Une conférence de Henry Laurens Napoléon et l’Islam : des rapports inégaux, “L’Orient-Le Jour du 25 mars 1998. https://www.lorientlejour.com/article/264228/Une_conference_de_Henry_Laurens__Napoleon_et_lIslam_%253A_des_rapports_inegaux.html

 

[xxv] Ibid.

 

[xxvi] La bataille de Badr, du nom d’une vallée située entre La Mecque et Médine, est la première bataille décisive de l’Islam, et marque le début des confrontations armées entre les Musulmans et les polythéistes mecquois. Cette bataille se déroula le vendredi 17 Ramadân de l’an 2 de l’Hégire (mars 624 de l’ère chrétienne).

 

Cf. Richard A. Gabriel. Campaigns and commanders, vol. 11: Muhammad: Islam’s first great general. Norman, Oklahoma, US: University of Oklahoma Press, 2007.

 

[xxvii] Auguste-Dieudonné comte de Las Cases. Memorial de Sainte Hélène: Journal of the private life and conversations of the emperor Napoleon at Saint Helena, Volume 1, Part 1 – Volume 2, Part 4: Boston: Wells and Lilly, 1823: 46.

 

[xxviii] Ibid. p. 46.

 

[xxix] General Baron Gourgaud. Talks with Napoleon at St. Helene. translated by Elizabeth Wormeley Latimer. Chicago: A. C. McClurg and Co., 1903: 255-256.

 

[xxx] Ibid, p. 262.

 

[xxxi] « Wikisource – Full text of the Déclaration du général Bonaparte au peuple égyptien, 1798 » (in French). Op. cit.

 

[xxxii] Lettre au Cheikh El-Messiri (11 fructidor an VI), Correspondance de Napoléon Ier, Napoléon Bonaparte, éd. H. Plon, 1861, t. 4, partie Pièce N° 3148, p. 420.

 

Cf. aussi https://citation-celebre.leparisien.fr/citations/103469

 

[xxxiii] Correspondance de Napoléon 1er – Journal inédit de Sainte Hélène, de 1815 à 1818 (Gal Baron Gourgaud), Napoléon Bonaparte. Lille : Comon et cie, 1847, t. 5, Affaires religieuses, p. 518

 

[xxxiv] Napoléon Bonaparte. Journal de Sainte-Hélène 1815-1818.Op. cit., p. 226.

 

[xxxv] Correspondance de Napoléon 1er – Journal inédit de Sainte Hélène, de 1815 à 1818 (Gal Baron Gourgaud), Napoléon Bonaparte. Lille : Comon et cie, 1847, t. 5, Affaires religieuses, p. 518.

 

[xxxvi] Marc Fourny. “Quand Napoléon était le champion de l’islam, “Le Point. Op. cit.

 

[xxxvii] Dimitri Casali. Napoléon sur le divan : Comme vous ne l’avez jamais vu. Op. cit.

 

[xxxviii] Correspondance de Napoléon 1er – Journal inédit de Sainte Hélène, de 1815 à 1818 (Gal Baron Gourgaud), Napoléon Bonaparte. Op. cit., p. 518.

 

[xxxix] Napoléon Bonaparte. Journal de Sainte-Hélène 1815-1818. Op. cit., p. 226.

 

[xl] Napoléon Bonaparte. Campagnes d’Égypte et de Syrie. Présentation de Henry Laurens. Paris : Imprimerie nationale, 1998 : 13-14.

 

[xli] Faruk Bilici, « L’Islam en France sous l’Ancien Régime et la Révolution: attraction et répulsion », Rives nord-méditerranéennes [Online], 14 | 2003, Online since 15 November 2005, connection on 17 April 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/406 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.406

 

[xlii] Napoléon Bonaparte. Journal de Sainte-Hélène 1815-1818. Op. cit., p. 220.

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Très intéressant (même si l’idée d’un attachement sincere de Napoléon à l’islam est un faiblarde) mais sans ces très nombreuses répétitions, l’article partir être bien plus court. Un peu d’organisation dans les idées y aiderait.

  2.  » Après tout, le Prophète avait uni les Arabes divisés pour déclencher une vague de conquête qui a balayé le Moyen-Orient »

    Mais voilà enfin une religion de paix ! Et on ne peut qu’aimer cette religion qui s’étend par la guerre.

    Le même procédé a été utilisé pour tourner les Berbères fraîchement conquis, aussi pillards et guerriers que les Bédouins, vers la péninsule ibérique.

    J’aime bien la naissance de l’empire islamique, parce tout est embelli, alors que derrière, il y a avait beaucoup de pillages et de coups de sabre.

    De toute façon, à cette époque illettrée, qui avait lu le Coran, non encore écrit ? C’est l’unité pour le pillage qui comptait, non ?

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Algérie : un iftar solidaire pour les plus démunis

Libération révèle la vidéo d’un tir de LBD visant Adnane Nassih, 19 ans, mutilé à l’œil droit alors qu’il ne présentait aucun danger