in

Municipales 2014… Sociologie d’une élection

Au-delà de l'analyse générique du constat de la montée du FN, du retour de la droite et du recul de la gauche, les commentateurs en ont oublié un aspect très intéressant et passé inaperçu.

Les analyses politiques au lendemain des municipales 2014 (1) font la part belle aux résultats « surprenants » du FN et au déséquilibre du schéma politique bicéphale. C’est pourtant cette surprise, si elle n’est feinte qui est surprenante. Le score inédit des Bleu Marine qui se retrouvent en position d’arbitre entre les habituels caciques de la République était pourtant tellement prévisible.

Et ces mêmes analystes continuent à se fourvoyer en négligeant  les combats qui ont eu lieu dans les périphéries et les victoires remportées dans les scrutins par les listes citoyennes issues de ces banlieues d’où rien de bon n’était censé émerger.

N’oubliez pas que les grands partis avaient mis les quartiers dans l’assiette politique avec à la main gauche la fourchette et à la droite… le couteau. Ils ne s’attendaient certainement pas à voir leur filer entre les doigts ce cheptel électoral.

L’islamophobie institutionnalisée et croissante a bien entendu éveillé les consciences et pousse ces "nouveaux français " issus d'ailleurs à assumer leur rôle dans notre République. Car oui les Franco-africains sont des républicains et aux orties la discrimination positive et la "diversité marchande". Les électeurs de nos quartiers sont en fin de compte de fins gourmets, des bio-politiques n'en déplaise au Franco-roumain Jean Francois Copé et son "pain au chocolat" ou au Franco-espagnol Manuel Valls qui voulait  "plus de white dans sa ville".

Municipales 2014 : un vent de fraîcheur venu des quartiers

Alors juste un survol  de ces nobles faits d’armes, de cet engouement et de ce vent de fraîcheur venu des quartiers. Coup de chapeau à Nasser Lajiri pour ses 13,51% à Gennevilliers, à Abdel Yassine pour ses 15,56% à Fleury. Bravo à Othman Nasrou (18,23%), Mohamed Kamli (9,68%) et Slimane Bousanna (8,23%), tous les trois à Trappes avec en cumulé un score de 36,23%. A ce compte là, aux prochaines élections municipales ils prennent la mairie !

Bravo aussi à Nabiha Rekkala et Samir Kherouni qui a la Courneuve sont élus avec respectivement 7,91% et 6,92%. Bravo à Kaddour Metir qui va chercher 10,87% à Fresnes. Que dire des 14,47% de Abdekrim Aïchi à Persan et d'Hicham Boulhamane qui arrive en seconde position avec 25,25% à Creil devant le trop médiatisé Aziz Senni et ses 4,62% qui sous les couleurs de l'UDI est venu s'aventurer loin de ses terres de Mantes la Joly, comme quoi le parachutage politique ne réussit pas non plus "en diversité ".

Quant à Orly le décollage de Brahim Messassi avec 28,54% le fait atterrir au second tour en toute beauté. Je félicite aussi Mehdi Ben Chebbi (1,93%) dans le 4ème arrondissement de Lyon et Saîd Abouramane (1,97%) dans le 1er arrondissement de Marseille ou Zoubida Meguenni dans le 8ème de la même ville avec 5,47%.

Je vais m'arrêter là, car comme on dit dans le jargon Sarkoziste " quand il y en a un ça va, mais quand il y en beaucoup…" En tous les cas à tous… Respect.  Et surtout ne soyez pas tentés par les sirènes de "l'industrie politique" qui elle va certainement être tentée de vouloir vous labelliser, et leur démarche ne sera ni très catholique et encore moins… Hallal.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’actrice américaine du film anti-islam exige des sanctions accrues contre Google

Le ministre marocain des Affaires étrangères soumis à un contrôle tatillon à Paris