in

Moussaoui entre le dîner du CRIF et le pardon à Guéant

Plus le ministre de l'intérieur Guéant choque les musulmans par ses déclarations controversées sur la religion musulmane, plus le CFCM et son président s'empressent de lui pardonner sans exiger  de sa part d’excuses.  Dans une interview hallucinante  accordée à Europe 1, Mohamed Moussaoui affirme tranquillement que la "polémique Guéant est close". C'est à peine si Moussaoui ne présente pas ses excuses au nom de des tous les musulmans à ce même Guéant  injustement  vilipendé pour ses propos sur la différence entre les civilisations.

Dans cet entretien, Moussaoui semble  également ravi de s'être rendu au dîner du CRIF, sans dénoncer le caractère communautaire de cette réception (voir à ce sujet la position de Bayrou) à laquelle se rendent tous les politiques, y compris le Président de la République, dont  Moussaoui a tenu au passage à  rendre hommage pour son discours  prononcé à cette occasion.

Complètement amorphe tout au long de cette causerie  avec le journaliste Elkabach,  Moussaoui s'est contenté de réponses insipides pour ne froisser personne,  afin d'apparaître comme un musulman accommodant,  si prompt à pardonner tous les délires islamophobes. On  y apprend également que le CFCM , compte reprendre à terme l'organisation de sa "chorba annuelle" (équivalent d'un sous-dîner du CRIF, mais durant le mois de Ramadan)  sans toutefois attirer des ténors politiques,   mais plutôt  des politiciens et des personnalités  de troisième zone, à la recherche d'un exotisme made in babouches  en plein coeur de Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

“J’veux m’intégrer” une réponse en chanson aux propos de Claude Guéant

De l’islam symbolique ou médiatique aux citoyens réels