in

Mélenchon impute à Macron la disparition du français sur les billets algériens… qui remonte à plus de quarante ans

La Banque d’Algérie a émis mardi de nouveaux billets avec du texte en anglais. Mais contrairement à ce qu’a affirmé le chef de file de La France insoumise, l’absence du français n’a rien d’une nouveauté, l’institution n’émettant plus de billet en français depuis 1977.

«Ceci est un billet algérien. La langue commune ne l’est plus. Tristesse.» On doit ce tweet désolé à Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France Insoumise, à propos d’un billet de 2000 dinars, monnaie algérienne. Le message, publié mercredi 2 novembre, est accompagné d’une photo d’un billet algérien où l’on lit la mention, en anglais, «two thousand dinars». Déplorant la disparition du français, Mélenchon en impute la responsabilité à Elisabeth Borne et Emmanuel Macron, qui s’étaient rendus en Algérie pour réconcilier Paris et Alger après des mois de tensions«Macron Borne ont échoué en tout et pour tout.»

Publicité
Publicité
Publicité

Après plusieurs mois de tensions entre Paris et Alger au sujet des questions mémorielles sur la guerre d’Algérie et la colonisation française, les présidents Emmanuel Macron et Abdelmadjid Tebboune avaient signé fin août une déclaration commune pour un «partenariat renouvelé»Elisabeth Borne avait poursuivi ce rapprochement en se rendant à son tour en Algérie au mois d’octobre.

Le français disparu des billets algériens depuis 1977

Le français remplacé par l’anglais sur la monnaie algérienne ? A l’origine de cette affirmation : l’agence de presse turque Anadolu, qui indiquait mercredi que «l’anglais remplace le français sur le nouveau billet de 2000 DA». Une affirmation reprise également sur Sud Radio où le chroniqueur Philippe David a dénoncé les intentions du «régime militaire algérien au pouvoir», qui aurait pour but de «remplacer la langue française» par l’anglais.

Publicité
Publicité
Publicité

Lire la suite dans Libération

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Franchement je ne vois pas le problème. Chaque état est libre de faire figurer ce qu’il entend sur ses billets de banque. De mon point de vue l’Etat Algérien serait bien inspiré de faire figurer sur ses billets des mentions dans sa langue. Mais ça n’engage que moi.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Tours : faute de place dans un carré musulman, un enfant attend dix-sept jours pour être enterré

Origines de l’islam : le tabou musulman ?