in

Paris: Marche pour l’annulation de la tenue de l’élection présidentielle du 12 décembre en Algérie

Appel à une marche citoyenne à Paris le dimanche 1er décembre 2019 à 14h (départ Place de la République)

– Pour l’annulation de l’élection présidentielle du 12 décembre
– Pour la libération des détenus politiques et d’opinion
– Pour une justice indépendante et le respect des droits humains et des libertés
– Pour un processus constituant indépendant du système
– Pour un Etat de droit démocratique et social, et l’avènement d’une nouvelle République

Depuis le 16 février dernier, le formidable coup d’accélérateur donné par le peuple algérien à l’Histoire a pris la dimension d’une révolution pacifique d’ampleur nationale et internationale.
En ce sens, le peuple algérien a métamorphosé le sens de la révolution en lui attribuant les vertus du combat pacifique et en offrant au monde une belle création de son génie : la silmiya !

Le contre-sens de l’Histoire serait d’ignorer ce mouvement, de réduire le processus révolutionnaire pacifique engagé par le peuple algérien à un fait de quelques “éléments”, comme tentent de le faire accroire le chef de l’état-major de l’armée, d’une part, et l’assourdissant silence politico-médiatique des “démocraties” occidentales d’autre part.

Publicité

Né d’une conspiration contre la révolution algérienne, le pouvoir actuel n’a d’autre préoccupation que de tenter de se régénérer en organisant un simulacre d’élection présidentielle. La dissidence citoyenne a permis de déjouer toutes les manœuvres et les provocations de ce système autoritaire.

La mobilisation unitaire du peuple a pu empêcher à deux reprises – en avril et en juillet derniers – la tenue de l’élection présidentielle sous la même administration et avec les mêmes symboles du régime. Pris de panique et en proie à des convulsions ravageuses, le régime s’est retrouvé englué dans le piège tactique initial “d’accompagner le peuple” pour permettre à l’état-major de l’armée de substituer une succession clanique à l’impératif d’une transition démocratique indépendante du système.

Pour faire illusion de sa capacité à contrôler la situation, masquant son coup d’Etat contre le peuple, le régime instrumentalise la justice en multipliant les arrestations et les condamnations arbitraires, dont l’objectif est de tenter de provoquer l’essoufflement du mouvement populaire.

Pis encore, l’emprisonnement du moudjahid Lakhdar Bouregaa, ancien commandant de l’ALN, est un exemple emblématique de l’obsession du régime à vouloir bafouer les mémoires collectives et tout ce qui rattache l’Algérien à son histoire, notamment celle du combat pour sa souveraineté.

Publicité

Cherchant à se faire admettre auprès des chancelleries étrangères et, surtout, auprès des multinationales qui servent d’instruments de domination à l’oligarchie mondiale, le pouvoir s’est
empressé de faire adopter une loi sur les hydrocarbures qui trahit les intérêts de la nation et du peuple algérien.

Ce faisant, la capacité de résilience et de renouvellement dont a fait preuve la société algérienne, conjuguée à l’incapacité du régime à se renouveler, donne possibilité à la naissance d’une nouvelle Algérie.

Nous, signataires de cette déclaration, rejetons – dans le fond comme dans la forme – le simulacre de l’élection présidentielle du 12 décembre imposée par le régime.

Le peuple réaffirme chaque jour, et désormais chaque nuit, son désir de changement radical et son rejet de tout simulacre d’élection, dans les différentes régions de la nation, et à travers les pays où vivent ses enfants.

Publicité

Nous appelons les Algériennes et les Algériens résidant à l’étranger à rejeter activement ce scrutin, et à agir pour une transition démocratique indépendante du système, à même de lancer un processus constituant afin de restituer la souveraineté au peuple.

Nous appelons également l’ensemble des Algériennes et Algériens en France à une marche citoyenne le dimanche 1er décembre 2019 à Paris, et nous appuyons toutes les initiatives de la diaspora à travers le monde qui vont dans ce sens.

Tous ensemble, la révolution citoyenne en Algérie vaincra.

Vive la révolution pacifique du peuple algérien.
Vive l’Algérie libre et démocratique.
Gloire à nos martyrs.

Les organisations signataires (par ordre alphabétique) :

 Action Citoyenne pour l’Algérie (ACA),
 Action pour le Changement et la Démocratie en Algérie (ACDA),
 Alliance des Démocrates de la Diaspora Algérienne – (ADDA)
 Association Communauté algérienne à l’étranger (ALCAEE),
 Collectif Algérien pour la Deuxième République (CA2R),
 Collectif des Amis du Manifeste Pour une Algérie Nouvelle (CAMAN),
 Comité de Citoyens Algériens en France Pour l’Assemblée Constituante
Souveraine (CCAF-PACS),
 Collectif Arts Visuels,
 Collectif Libérons l’Algérie,
 Jeunes engagés,
 Jil Jadid Europe,
 Dzayer 2.0,
 Étudiants Nord Algériens en France (ENAF),
 FFS France Nord,
 Humanistes DZ,
 Inter collectif pour la transition démocratique,
 Les amis de l’académie berbère,
 Les Progressistes,
 Ligue de la Défense Algérie (LDA),
 Mouvement pour la Jeunesse et le Changement (MJC),
 Mouvement BTYKAR Section France,
 Propositions Citoyennes Algérie (PCA),
 Pour Une Nouvelle Algérie (PUNA),
 Révolution du Sourire, “du rejet au projet”,
 Réseau Algérien Contre la Répression et pour la Libération de détenus,
 Riposte Internationale,
 Sawt E’Chaab,
 Union pour le Changement et le Progrès France (UCP France),
 Union des Étudiants Algériens de France (UEAF),

Liste des organisations qui soutiennent la marche de Paris 1 décembre
2019

 Appel-Egalité,
 Collectif Debout l’Algérie,
 Collectif ”Pour Une Algérie Libre et Plurielle” de Belgique
(Bruxelles),
 Collectif Roubaisien de soutien et de solidarité à la révolution
Algérienne,
 Collectif “pour une Algérie libre, unie et démocratique” PALUD France
Sud,
 Collectif solidarité Algérie Rennes,
 Collectif du soutien à la lutte du peuple Algérien (Lille)

Publicité

10 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Nous voulons tous d’une Algérie libre et prospère. Mais le hic, c ‘est que les citoyens qui se sont soulevé en Syrie rêvaient eux aussi d’une Syrie libre. Et voilà aujourd’hui où se retrouve la Syrie, un pays détruit. La même chose en Irak et en Lybie. Les chants de sirènes envoutants peuvent nous emmener nous Algériens au même sort. Le soutien de l’UE au hirak en est une preuve. C’est d’ailleurs l’intervention des pays occidentaux au nom de la démokhracie et des droits de l’homme dans les pays sus-cités qui a envenimé le cours des événements. En Algérie, l’armée d’aujourd’hui a changé, et c’est une première au monde que l’armée se range au côté du peuple et mettent les oligarques qui ont pillé le pays en prison. Alors, ceux qui se dressent contre l’armée et qui manipulent les citoyens ne peuvent être que des néo-harkis qui continuent la politique néo coloniale et l’exploitation de leurs peuples pour le bien être de leurs Maîtres. Notre cas n’est pas isolé, car au vu de ce qui se passe en Afrique, en Bolivie, au Chili, au Venezuela…..c’est que ce qui intéresse l’oligarchie mondialiste, ce sont nos richesses et non le bien être des peuples.

  2. Que dire des citoyens du Hirak, des endormis et des manipulés.
    De leurs propres mains ils sont en train de faire couler leur pays et de le mettre à genoius et à la merci de pays occidentaux.
    Voici un commentaire posté par un citoyen.

    Posté par Karim le 02/12/2019 07:57 | Alerter

    Un bras de fer se joue autour de la présidentielle… et ce n’est pas la déclaration de ce nouveau BHL qui est importante : «Cette piste, lit-on dans la contribution suivante est celle de l’Accord de libre-échange entre l’UE et l’Algérie. Cet accord signé en 2005 prévoyait le démantèlement total des barrières douanières 12 ans «maximum» après sa signature, c’est-à-dire en 2017… le pouvoir a été forcé par les forces patriotiques de reculer en 2014 et de négocier un nouvel échéancier de 6 ans… Cet échéancier se termine… en 2020
    La France et ses relais prirent alors en main le Hirak et s’acharnèrent sur l’option d’une «période de transition» juste pour éviter l’élection d’un président afin qu’avant la date d’entrée en vigueur de cet accord désastreux, aucune autorité «légitime» ne puisse l’abroger… Vous avez compris maintenant pourquoi nous vivons ce terrible bras de fer entre partisans d’une élection présidentielle même tirée par les cheveux avant 2020 et partisans d’une période de transition qui doit laisser le pays sans tête officielle au moins jusqu’à 2020
    Maintenant que vous savez que l’enjeu n’est ni votre liberté de culte ni votre liberté d’expression ni la démocratie ni la liberté de la presse ni la dawla 3askariya ni la dawla madania ni la dawla islamiya ni l’arabisation ni les questions identitaire ni le sort du commandant Bouregaâ mais seulement l’application d’un accord qui vous mettra sous la botte d’une Europe qui n’a pas d’autre alternative que de faire de votre pays sa profondeur stratégique et économique pour survivre à l’éclatement.»

    L’analyse du Professeur CHITOUR – Barrons la … – L’Expression
    https://www.lexpressiondz.com › barrons-la-route-a-l-aventure-317110

  3. Ridicule c’est complètement naze au lieu de monter des boites de crédit pour les FRANCAIS d’origine algérienne en galère ils montent des associations dont tout le monde se fout j’ai jamais entendu parlé de toutes ces associations bidons elles servent à rien, retournez au bled dans ce cas qu’est ce que vous foutez là ils ont raison les français de vous prendre pour des rigolos, Paris capital de la France et non d’Algérie.

  4. La junte militaire ne connait que le sang et la politique diviser pour régner.

    La junte militaire a frappé les islamistes par les laïques, les laïques par les nationalistes et les nationalistes remplacés par les opportunistes et les bni oui oui.
    La junte militaire a frappé les berbères par les arabes et les arabes par les berbères.

    Cette révolution est un front contre les généraux, pas de représentant, pas de partis politiques, uniquement des citoyens.

    Pendant trente année, on a créé le terrorisme clef en main pour dire : sécurité ou liberté, jamais les deux.
    L’imposteur Bouteflika avait blanchi les généraux de toute poursuite judiciaire pour les massacres des années 90.
    Il a ensuite fait du pays un satellite, détruit l’économie du pays.

    Comme disait Abdelhamid Mehri, décédé,
    C’est l’époque de la médiocratie, et la médiocratie a ses hommes.

    Le mot administration ne veut pas dire politique du fait accompli.

    Un administrateur ne veut pas dire un homme ou une femme, dont la demande doit être ratifiée par l’IRG,
    Parce que les services de sécurité n’acceptent que des ministres hommes et femmes qui ont des choses à cacher, pour bien les tenir et foutre le pays en l’air.

    Pas de changement dans la continuité.
    Pour faire un virage de 180 degré, on doit arrêter la machine et redémarrer.

  5. Je soutiendrai et marcherai malgré mes conditions physiques actuelles.
    Une Algérie libre et démocratique égale justice,prospérité, et moins d’immigration en Europe.
    Une Algérie démocratique et développée égale plus d’union du Maghreb et la formation des états unis de l’Afrique du Nord avec plus de 100 millions d’habitants et une croissance à deux chiffres dans les 5 prochaines années.
    Toute l’Afrique en profitera et aucun africain ne risquerai sa vie pour venir en Europe. Il y’aura mois d’immigrés en Europe et moins de haine entre les peuples.
    L’Afrique est le continent le plus jeune au monde par ses habitants et le plus riche par ses matières premières.
    Que ALLAH exauce mon rêve de voir de mes propres yeux ce projet en réel.

  6. Dans quelle contrée du monde , dans toute l’histoire de l’humanité , à nos jours , un vice-ministre de la défense , et ce ministre de la défense est inexistant , se permet-il d’organiser des élections présidentielles ? Ce Gaïd a perdu la raison et doit être interné ….il risque de conduire le pays à la catastrophe …à Allah ne plaise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Londres : l’assaillant est un ex-prisonnier déjà condamné pour terrorisme

Irak : les manifestants inflexibles malgré la démission annoncée du Premier ministre