in

Manœuvres électorales : les cas de Macron, Mélenchon et Zemmour

Comme chacun le sait parmi ceux qui suivent la vie politique française, un président en exercice œuvre fréquemment à sa réélection pour un second mandat. Lapalissade médiatique, renforcée par l’avènement, en 2002, du quinquennat qui eut l’inconvénient de raccourcir le temps de l’action présidentielle ? Pour la confirmer, il suffit de se rappeler du dialogue surréaliste entretenu pendant cinq ans entre, d’une part, les journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme, et, d’autre part, François Hollande (‘’Un président ne devrait pas dire ça…’’, Editions Stock, 2016).

L’ancien chef de l’Etat y confessait volontiers, en faisant montre, il faut l’admettre, d’une vision politique aiguisée, que sa promesse affichée d’inverser la courbe du chômage découlait de l’élaboration d’un récit devant favoriser sa réélection pour 2017. Quand l’on sait que ce pari fut pris lors d’un JT à forte audience dès septembre 2012, c’est-à-dire quatre mois seulement après son arrivée au pouvoir, il y a de quoi être interloqué. A peine élu, François Hollande se projetait déjà sur la prochaine présidentielle, à laquelle, finalement, il avait dû renoncer à cause d’une impopularité record (alimentée d’ailleurs par son échec à résorber le chômage, qui toucha plus de 500 000 personnes supplémentaires entre 2012 et 2017, même si l’inversion de la courbe tant attendue se sera réalisée à la toute fin de son mandat).

Autre lapalissade, les présidents candidats à leur réélection ne sont évidemment pas les seuls à fourbir leurs armes en vue de la confrontation électorale. Tous ceux qui aspirent à la magistrature suprême se prêtent à des manœuvres similaires.

Publicité

Les candidats, présidents en exercice comme prétendants à leur succession, s’ils inscrivent leurs discours à l’intérieur d’un spectre acceptable pour leur famille politique, répondent généralement à des buts électoralistes. Il s’agit pour eux, aiguillonnés par le mouvement impétueux des sondages, de s’arrimer aux ondes de choc qui électrisent l’opinion publique, pour voguer, par le changement ou le maintien de leur cap, vers la terre promise de la victoire finale.

Mais les hommes et les femmes politiques, aidés par un monde médiatique qui ne les questionne que rarement sur le sujet, échappent à la clarification de leurs motivations. Sans doute, cette méconnaissance de leurs arrière-pensées politiciennes sera réduite, comme tous les cinq ans, grâce à la ribambelle de documentaires et reportages qui ne manqueront pas de sortir après l’élection. Il nous est néanmoins possible d’essayer de les déchiffrer dès aujourd’hui, afin d’aider à la construction d’un avis citoyen éclairé en vue du vote du 10 avril.

Emmanuel Todd, que nous retrouverons dans le fil de notre démonstration, justifie, en l’absence de statistiques, la poursuite de son travail d’analyse par le fait que cette absence ne doit pas suspendre le travail du chercheur, mais l’obliger à faire avec en vue de l’élaboration de ses théories et découvertes (Les Luttes des classes en France au XXIe siècle, Editions du Seuil, 2020). En prônant une position similaire, ne subsiste, pour effectuer une tentative d’accouchement des motivations des candidats, que l’action d’émettre des conjectures, qui sont bien différentes de ce qui serait le fruit d’un accès de complotisme, prédisposition d’esprit qui éloigne de l’impartialité inhérente à l’observation journalistique de la vie politique. Seront examinés ici les cas d’Emmanuel Macron, de Jean-Luc Mélenchon et, plus succinctement, d’Éric Zemmour, bien qu’une telle production aurait pu être pratiquée sur la majorité des autres candidats (Valérie Pécresse et Marine Le Pen seront toutefois évoquées également).

Publicité

Quand Emmanuel Macron « emmerdait » les non-vaccinés

Le 4 janvier, au moment où les vagues cumulées d’Omicron et de Delta s’abattaient sur une France tiraillée à propos du passe vaccinal, Emmanuel Macron avait scandé au sujet des non-vaccinés qu’il avait « très envie de les emmerder ». La plupart des commentateurs de la vie publique y avait vu un coup politique servant à diviser la droite et à embarrasser la gauche sur les mesures présentées par le Gouvernement en vue de lutter contre la propagation du covid- 19. Ils avaient également pointé le risque d’écornement, à quatre mois de l’élection présidentielle, de l’image du chef de l’Etat, alors même qu’il venait d’exprimer des regrets sur quelques-unes de ses paroles jugées blessantes. Ces mots avaient enfin accentué la violence, déjà perceptible, des débats parlementaires sur le passe vaccinal.

Il faut se souvenir que pendant ces débats, le puissant mouvement des « antivax », qui s’était constitué à l’occasion de l’entrée en vigueur du passe sanitaire, était fort actif, notamment sur les réseaux sociaux. Parallèlement, près d’un mois plus tôt, un sondage avait donné Valérie Pécresse, fraîchement désignée lors de la primaire des Républicains, gagnante de l’élection présidentielle face à Emmanuel Macron.

Comme la réélection du président ne pouvait se réaliser, toujours à l’appui des sondages, que dans le cas d’une nouvelle confrontation face à un candidat de l’extrême-droite, il lui fallut, c’est une supposition que livre ce texte, imaginer un stratagème pour éviter de se retrouver face à la représentante des Républicains au second tour de la présidentielle.

Il est possible qu’Emmanuel Todd, dont les tableaux électoraux présents dans ses ouvrages rendent compte des évolutions socio-culturelles des différentes régions françaises, lorsqu’il analysera la période 2021-2022, établira un coefficient de corrélation appréciable entre soutien au mouvement des antivax et vote en faveur de l’extrême-droite. Autrement dit, l’extrême-droitisation, qui touche aujourd’hui environ un tiers des Français, aura probablement trouvé dans l’opinion une nouvelle source de développement grâce au mouvement des antivax.

En affichant qu’il emmerdait les non-vaccinés, Emmanuel Macron avait peut-être tablé sur l’idée « pré-toddienne » qu’antivax et partisans de l’extrême-droite représentaient, en fait, la même chose. Et parié qu’en les attaquant verbalement, il intensifierait par réaction la capacité de persuasion des groupes qui afficheraient, dans les réseaux sociaux animés par nombre de trolls en ces temps de campagne, leur soutien pour Marine Le Pen et Éric Zemmour. Or, selon les prévisions, ces derniers, vers le 4 janvier, se tenaient dans un mouchoir de poche avec Valérie Pécresse, autour de 15%. D’où le risque de défaite pour Emmanuel Macron, si la situation perdurait.

Publicité

Valérie Pécresse, elle-même présente dans le segment de la culture de responsabilité pour traiter le covid-19, ne s’y trompa guère. Elle tenta bien de ne pas tomber dans le piège macronien, quand, dès le lendemain de la sortie présidentielle, elle promit de « ressortir le Kärcher de la cave » pour « nettoyer les quartiers ». Il faut imaginer ses « spin doctors » la convaincre, au soir de cette sortie, de la justesse de chasser sur les terres de l’extrême-droite en prévention de la montée en puissance prévisible des concurrents Le Pen et Zemmour sous l’influence des antivax. Au vu de l’évolution de son score dans les intentions de vote, elle n’y sera pour l’instant pas parvenue. Quant à Emmanuel Macron, il aura réussi son coup, mais pas dans le sens indiqué par la plupart des médias.

Quand Jean-Luc Mélenchon refusait de qualifier de « génocidaire » la répression chinoise des Ouïghours

Sur proposition du groupe socialiste, l’Assemblée nationale fut invitée, le 20 janvier, à se prononcer sur la répression chinoise des Ouïghours musulmans. La résolution mise au vote, sans être contraignante, définissait l’action de l’Etat chinois dans son « Far West » comme relevant, entre autres, d’un « caractère génocidaire ».

Les débats qui eurent lieu alors mirent au jour deux positions, notamment représentées par LREM et LFI. Alors que la première soutenait le texte, la seconde se refusait à employer le terme de « génocidaire », tout en reconnaissant la véracité des exactions chinoises qu’elle condamnait. A plusieurs reprises, Jean-Luc Mélenchon avait explicité la position de son groupe parlementaire, par exemple dans une interview à Thinkerwiew : « La Chine reconnaît qu’elle a mis des Ouïghours dans des camps de travail. On peut pas être d’accord avec ça, je le condamne. Mais pas d’hypocrisie : si on parle de ‘’génocide’’, il faut intervenir pour l’arrêter. Or, ceux qui ont voté cela n’en feront rien ». Et de dénoncer « l’hypocrise de la classe politique » sur le sujet, qui ne pourra, face à une grande puissance comme la Chine, intervenir comme cela avait été le cas « en Serbie, au Rwanda ».

Comment expliquait ces contorsions sémantiques ? Pour comprendre, les données à notre disposition sur l’existence supposée d’un vote musulman sont utiles. D’après Libération, qui s’appuie sur « un sondage Ifop publié par l’hebdomadaire catholique Pèlerin », 54 % des musulmans avaient voté au premier tour pour un candidat de gauche à l’élection présidentielle de 2017 (37 % pour Jean-Luc Mélenchon, 17 % pour Benoît Hamon). Emmanuel Macron avait recueilli 24% parmi ce groupe. Au second tour, celui-ci avait réuni sur son nom 92% du vote musulman, face à une candidate d’extrême-droite qui avait suscité un appel généralisé des associations musulmanes à lui faire barrage. Leur soutien en faveur de François Hollande fut tout aussi massif en 2012, puisque les votants musulmans lui donnèrent 93% de leurs voix pour l’élire face à Nicolas Sarkozy. Quand l’on sait que l’Ifop estimait leur effectif à 3,5 millions de personnes en 2012, sans que l’on en connaisse le nombre exact d’inscrits sur les listes électorales, il n’est pas faux de dire que la captation de leur vote est stratégiquement cruciale, au premier comme au second tour.

En refusant d’offrir au PS et à LREM le cadeau d’une dénonciation consensuelle du « caractère génocidaire des violences politiques systématiques ainsi que des crimes contre l’Humanité actuellement perpétrés par la Chine à l’égard des Ouïghours », tel que le stipule la résolution finalement adoptée, Jean-Luc Mélenchon ne souhaitait pas prendre le risque de perdre les dividendes politiques qu’il pensait sans doute avoir déjà engrangés dans l’électorat musulman. Pour rappel, au sortir de l’élection de 2017, il avait progressivement adopté une ligne politique visant à attirer sur son nom le vote musulman. Cette ligne s’était notamment manifestée lors de sa participation à la Marche contre l’islamophobie tant décriée du 10 novembre 2019.

Ses objectifs dans ce refus de jouer le consensus sur la question ouïghoure ? Rogner sur la part de l’électorat de ce groupe qui risque de se déporter d’Emmanuel Macron en réaction à la loi contre le séparatisme qu’il a critiquée. Et récupérer dans son escarcelle le vote musulman en faveur de Benoît Hamon, qui, s’il représentait le PS en 2017, était beaucoup plus proche en termes politiques de Jean-Luc Mélenchon que d’Anne Hildalgo, la candidate de ce même parti à l’élection présidentielle de cette année. Une semaine après son rejet de la résolution sur le génocide des Ouïghours, en apparaissant plus que frontal face à Éric Zemmour lors d’un débat sur C8, Jean-Luc Mélenchon avait persisté dans sa ligne, en affectant de s’afficher comme le rempart le plus sûr contre l’islamophobie d’Etat que risquerait de mettre en place l’extrême-droite si elle arrivait au pouvoir.

Quand Éric Zemmour changeait de position sur les réfugiés ukrainiens sans réussir à inverser sa chute dans les sondages

Depuis le début de la guerre en Ukraine, Éric Zemmour multiplie les atermoiements au sujet des réfugiés ayant fui les combats (en substance : non aux réfugiés ukrainiens, puis oui aux réfugiés ukrainiens, mais pas aux étudiants étrangers d’Afrique qui profiteraient de la guerre pour pénétrer dans l’espace Schengen). C’est qu’il tente désespérément de freiner sa chute dans les sondages, et de provoquer le retour dans son giron des électeurs qui l’ont quitté pour s’en aller vers Marine Le Pen.

Lui aussi certainement lecteur d’Emmanuel Todd, il a dû puiser chez l’essayiste l’une de ses suppositions prédictives, selon laquelle l’électorat de l’extrême-droite se diviserait potentiellement en deux parties, l’une populaire et égalitaire (qui échappe en majorité à Éric Zemmour depuis le début de sa campagne), l’autre socialement plus élevée et soumise, au détriment de sa fausse conscience, par la culture de l’inégalité : « l’arabophobie, populaire égalitaire dans sa motivation, et l’islamophobie, bourgeoise inégalitaire, sont deux choses très différentes » (Qui est Charlie ?, Sociologie d’une crise religieuse, Editions du Seuils, 2015). C’est cette dernière partie qui semble porter sa candidature, même si elle ne le fait pas de manière exclusive. D’où sa préférence initiale pour le rejet de l’accueil des réfugiés, afin de retrouver la position prépondérante qu’il détenait de manière incontestée sur cet électorat autour du Réveillon. Dans cette logique, les hésitations d’Éric Zemmour ne seraient que la résultante de son échec à inverser les mauvais sondages. De même que la distinction entre islam et islamisme, opérée avec succès par Marine Le Pen si l’on en croit les sondages actuels qui la place en deuxième position, tirerait sa raison d’être du fait que l’électorat lepéniste, en majorité égalitaire selon la terminologie de Todd, serait réfractaire à l’islamophobie et privilégierait un vote social de « lutte des classes ».

Quand François Hollande prévoyait l’avenir politique du pays

Les trois séquences présentées ci-dessus nous permettent de penser qu’il n’est pas impossible d’expliciter les arrière-pensées des politiques. D’autres candidats auraient mérité que l’on s’attèle au même exercice.

Etablissons pour finir que François Hollande, dans l’ouvrage cité en introduction, avait identifié, à la suite des attentats de Charlie, les trois France qui se partageraient la majorité du champ politique, se rapprochant du spectre de chacun des camps abordés ci-dessus, sans les recouper parfaitement : « Il y a la France qui était dans la rue. La France des Blancs – pas simplement des Blancs d’ailleurs –, des hommes et des femmes qui mettent les principes par-dessus-tout et qui voulaient se soulever par rapport à ce qu’avait été l’attentat et ce qu’il représentait. Il y a une deuxième France, qui est la France des ‘’je ne suis pas Charlie’’, des classes populaires des quartiers qui disent : ‘’Insulter le prophète ne justifie pas de tuer ceux qui font cette caricature, mais en même temps, on n’est pas solidaires de Charlie’’. Ça fait quand même du monde, ça… Et il y a une troisième France qui dit : ‘’Mais nous, ce qu’on veut, ce ne sont pas des valeurs, des principes… Aujourd’hui, les quartiers nous menacent’’. C’est le Front national, il n’était pas dans la manif le Front national. »

C’est comme si, en plus des ouvrages d’Emmanuel Todd, les candidats à la présidentielle avaient lu ‘’Un président ne devrait pas dire ça…’’, dont ils considéreraient les minutes, riches d’enseignements, comme les véritables mémoires de François Hollande sur son bilan à la tête de l’Etat.

Adel Taamalli

Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Détermination de Ramadan, calendrier lunaire ou calendrier solaire : de la “perversion du calendrier hégirien” ?

L’Arabie saoudite subit une nouvelle série d’attaques des rebelles yéménites