in ,

Londres: un médecin musulman meurt du Covid-19, après avoir alerté Boris Johnson sur la pénurie d’équipement médical de protection

Le 18 mars dernier, neuf jours avant que le Premier ministre britannique, Boris Johnson, révèle au grand jour qu’il était lui-même atteint du Coronavirus, Abdul Mabud Chowdhury, un urologue renommé de l’hôpital Homerton, à l’est de Londres, alertait le 10 Downing Street sur la pénurie criante d’équipement de protection individuelle (EPI) pour le personnel soignant.
Ce praticien connu et reconnu par ses pairs, qui avait vu le jour au Bangladesh en 1967, s’était alors illustré par un vibrant plaidoyer auprès de l’ancien maire de Londres, dont chaque mot était lourd de sens. Sous sa plume anxieuse, ses expressions soigneusement choisies traduisaient la gravité de l’instant.
Moins d’un mois après s’être fendu d’une missive marquante, qui provoqua la prise de conscience fébrilement escomptée chez son prestigieux destinataire, Abdul Mabud Chowdhury n’est plus. Le médecin aguerri, mué en lanceur d’alerte, qui avait fendu l’armure en quelques lignes poignantes, a été foudroyé par le Covid-19.

L’annonce de son décès, au terme d’un placement en soins intensifs long de 15 jours, a suscité une immense émotion de l’autre côté de la Manche, que ce soit au sein du corps médical, de la classe politique, ou de la communauté musulmane dont il était l’une des personnalités éminentes et attachantes.
Philip Glanville, le maire travailliste de Hackney où résidait son désormais célèbre et regretté concitoyen, a salué sa mémoire en l’érigeant au rang de « héros ». Un héros du quotidien, qui a sacrifié sa vie pour sauver celle de ses semblables, et dont l’édile craint fort qu’il ne soit décédé précisément à cause du manque cruel d’équipement de protection qu’il avait dénoncé quelques semaines auparavant.
Très affectée également, l’Association des médecins musulmans du royaume a rendu hommage à l’homme en blouse blanche, qui est mort au combat derrière les murs de son hôpital aux airs de forteresse retranchée, et au père de famille comblé, qui laisse derrière lui une épouse et deux enfants éplorés.
« Nous sommes profondément attristés par la mort du Dr Abdul Mabud Chowdhury, urologue au sein de l’hôpital Homerton, après s’être battu pour sa vie contre le Covid-19. Toutes nos pensées et nos prières vont vers sa femme et ses deux enfants. Trois semaines avant sa mort, il avait adressé un courrier au Premier ministre afin de le presser à agir pour fournir des équipements de protection médicaux appropriés. Qu’il repose en paix », a écrit l’association sur sa page Facebook.
Et de conclure avec une profonde consternation : « Le Dr Abdul Mabud Chowdhury vient, malheureusement, allonger la liste des médecins britanniques de confession musulmane, d’origine arabe ou sud-asiatique, qui ont été frappés mortellement par le coronavirus ».

 

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. C’est regrettable, mais malheureusement, le problème est le même partout, des médecins meurent tous les jours, et dans tous les pays, et de toutes confessions, pour les mêmes raisons . Le décalage des politiques, surpris, par la rapidité, et violence de ce virus, les a complètement restabilisés !

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Bien accueillir le mois de Ramadan

L’intérêt méconnu pour le Coran de T. Jefferson, un des pères fondateurs de l’Amérique