in

L’islamophobie violente est montée en flèche en Espagne en 2015

Le fléau de l’islamophobie n’épargne aucun pays européen et frappe notamment l’Espagne avec une violence décuplée, qui se mesure à l’aune de la hausse alarmante des agressions anti-musulmans recensées en 2015, une année noire comme l’a déploré publiquement Mounir Benjelloun, président de la Fédération espagnole islamique.

Les attaques contre les citoyens de confession musulmane, les mosquées, les centres islamiques et autres commerces halal ont fait un bond notable et effrayant au cours des douze mois passés, insultant, menaçant et brutalisant des hommes et des femmes, vandalisant et profanant des édifices et enceintes sacrées jusqu’à onze fois plus qu’en 2014, à la consternation générale.

Mounir Benjelloun, l’air grave, a divulgué mardi le triste record enregistré sur le territoire espagnol, au cours d'une année 2015 de tous les débordements racistes : 534 actes islamophobes y ont été en effet répertoriés, laissant loin derrière eux les 48 incidents visant des musulmans qui avaient émaillé 2014.  

Confrontée à une véritable hémorragie de l’islamophobie violente dont les autorités espagnoles tendent à minimiser l’ampleur, en occultant le fait que la plupart des victimes rechignent à porter plainte et que les agressions, aussi sauvages soient-elles, sont rarement qualifiées de « crimes de haine », ainsi que l’a rappelé opportunément le président de la Fédération islamique, la communauté musulmane d’Espagne a pris connaissance avec effroi de ce bilan chiffré source d’un profond accablement.

"Ce type d'agression augmente à chaque fois qu'il y a un acte de violence dans un pays européen", a souligné Mounir Benjelloun, en étant pleinement conscient que l’hydre hideuse de l’islamophobie désinhibée et brutale surgit partout et sévit désormais sans trêve.

·          

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Crise au Burundi : comment sortir de cette impasse ?

Le chanteur Bono plaide à Washington pour un “Plan Marshall” destiné au Moyen-Orient