in ,

Pourquoi l’islam est-il un sujet passionnel et complexe?

Pourquoi l’islam est il un sujet passionnel et complexe?

Sortir des caricatures sur l'islamJacques Huntzinger est l’invité de l’Esprit d’actu à l’occasion de la parution de son livre «Initiation à l’islam » (éditions du Cerf). Ancien ambassadeur de France ,professeur des facultés de droit, haut fonctionnaire aux Nations unies, Jacques Huntzinger est également directeur de recherche au Collège des Bernardins.

Publié par Oumma.com sur mercredi 15 mars 2017

Jacques Huntzinger est l’invité de l’Esprit d’actu à l’occasion de la parution de son  livre  «Initiation à l’islam » (éditions du Cerf). Ancien ambassadeur de France ,professeur des facultés de droit, haut fonctionnaire aux Nations unies,  Jacques Huntzinger est également  directeur de recherche au Collège des Bernardins.

9 commentaires

Laissez un commentaire
  1. De bonnes intentions, mais essentiellement à côté de la plaque.
    D’abord, nous sommes en 2017, on évite la terminologie orientaliste, on ne dit pas “Mahomet”, mais Mohamed. Ensuite, le Prophète Mohamed (saw) n’a jamais été “roi de Médine”. Quant à la schisme avec les chiites, il ne date pas de Karbala, il a commencé lorsque des illuminés ont voulu monter Ali (ra) contre les autres compagnons du Prophète (saw). La bataille de Karbala, elle, illustre simplement la fourberie chiite, puisque Hussein (ra) fut effectivement trahi et tué par des chiites de Koufa. Enfin, il faudrait cesser de proposer des analyses sur l’islam contemporain avec cette fixation sur le “wahabisme”, comme on agite un chiffon rouge. Un peu de connaissance sur le sujet serait le bienvenu et éviterait le visions binaires et réductrices entre “bons” et “mauvais” musulmans.

  2. Que monsieur Huntzinger ne dise pas Muhammad, rien d’étonnant. Car il n’est pas musulman.
    Quant au wahabisme, le fondateur Abdel Wahab n’était pas reconnu par les Ulama, d’autant plus qu’il n’avait pas reçu natija ou l’agrégation de ses pairs. Du coup, par ressentiment il a fondé sa doctrine litteraliste… et les Saoud se sont alliés à ce courant sectaire pour légitimer leur pouvoir, suite à l’alliance qu’ils ont fait avec les anglais. Et d’ailleurs, ils en paient le prix aujourd’hui: bases américaines implantées sur le hijaz.
    Pas étonnant que parmi ces incultes, beaucoup ne reconnaissent pas les 4 grandes écoles juridiques ou les Oulama du consensus de la jamaa wa Sunna, courant majoritaire sunnite.
    Cette schizophrénie et cette duplicité a engendré le salafisme, dont le mot Salaf qu’on retrouve très peu dans le Coran, signifie ancêtres. Et cela désignant aussi bien les peuples anciens vertueux que les pervers (Sodome et Ghomorre). Du coup, ils rajoutent Salaf Salih (ancêtres vertueux).
    Sauf que sidna Ibrahim ou même le prophète Muhammad (saws) se définissent comme Muslim (cf, Coran et hadith).
    Donc, tout comme le chiisme ou le soufisme, le salafisme est un courant sectaire qui utilise une autre terminologie pour se démarquer et participer de la Fitna.
    Je vous invite à relire le Coran et les hadiths, la religion est l’islam et les croyants sont les musulmans, et non pas la salafya.
    Cordialement.

    • @Pierre
      Ignorance quand tu nous tiens…
      Cher M. Les Savants “wahabites” sont majoritairement de rite hanbalite !
      Au cas où vous l’ignorez, salaf salih fait référence aux 3 premiers générations qui se suivent y compris celle des compagnons du prophète (SAW) …
      Puisque vous connaissez si bien les Savants musulmans, au point de décréter qu’Ibn Abdel Wahab n’en fut pas un vous nous direz ce qu’a dit sur lui le grand savant du Yémen qui lui était contemporain !
      Sans parler des grands savants que ce “courant” a produit et d’autres qui ont émigré en Arabie même de nos jours

  3. En écoutant ce tas d’inepties je n’ai pu que quitter vers la moitié. J’ai aussi voulu laisser un commentaire mais mes propos sont déjà dans des commentaires précedants et ca me rejuit de ne pas être le seul à capter les imprecisions qui on été dites : Ma-houmid au lieu de Muhammad; roi de Médine, immobilisme durant 10 siècles de l’Islam, religion qui, d’après lui s’oppose à “la modernité”…. C’est juste un conglomérat d’opinions personelles purement fantaisistes et erronées.

    Aussi je suis curieux de commaître sa description de modernité à laquelle faudrait il aller en quittant d’abord l’Islam. Les mathématiques, astronomie, médecine…Ou alcohol, théorie du genre, guerres mondiales en continue et mensonge politique en série.

    Oumma trouvez nous d’autres interlocuteurs.

  4. Ce Monsieur n’a absolument rien compris à l’Islam !
    Il ne fait que répéter, en se voulant sympathique, tout le mépris qu’on peut avoir contre cette religion. En disant que l’islam n’a jamais été moderne, il oublie un tout petit peu que la science a été transmise par les musulmans aux occidentaux quand ces derniers vivaient dans l’obscurantisme total. Si aujourd’hui nous sommes dans la situation que nous connaissons, c’est tout simplement parce que les Arabes n’avaient pas voulu d’une société qui devenait de plus en plus matérialiste en raison justement des progrès scientifiques qu’elle faisait. Les Occidentaux ont fait le choix tout a fait opposé, mais je ne suis pas sûr que ce soit le meilleur choix pour l’humanité !

  5. je trouve que le fait que, comme ici, les non musulmans ne connaissent pas tout et se trompent ici ou là quand ils parlent d’islam est plutôt réjouissant car sinon …ils auraient dépassé les musulmans en savoir sur l’islam …qui, à lire les commentaires sectaires et plein de mépris de certains takfiristes, sunnites, chiites ou autres, n’en connaissent eux aussi pas beaucoup plus sur leur propre religion, à part quelques slogans tirés de leurs “savants” préférés et exclusifs. Conception holistique du monde, l’islam est une dynamique, et une dynamique est par la force des choses, à la fois proposition sociale, économique, idéologique, religieuse et politique. Et une dynamique, cela passe par une pluralité d’opinions et une émulation entre courants tendant vers la vérité mais n’ayant pas la possession de la vérité absolue. Donc? Vive l’islam ! vive les écoles sunnites, vive le chiisme et ses branches, vive l’ibadisme, et vive la fraternité de tous les descendants d’Adam ! Dans leur respect mutuel et dans l’humilité qui doit marquer tout homme de science devant l’infini du savoir. Le Coran est un guide, une miséricorde, une incitation à penser de façon critique, et à aimer aussi, mais ce n’est pas un manuel technique, encore moins une école de formation militaire. …et le monde n’est ni une machine à laver ni une mitrailleuse. “Mahomet” n’était pas un “Roi”, Muhammad ibn Abdallah était l’autorité morale et décisionnelle mutuellement acceptée par différentes communautés constitutives de Médine, suite à des négociations et à l’établissement d’une constitution fondatrice en résultant. C’était donc plutôt, comme le dit Jacques Berque par exemple, une république, islamique et pluraliste, fonctionnant sur la base de la consultation et du consensus. Les pays post-modernes gagneraient à s’inspirer, entre autre, de la longue expérience politique plurielle de l’islam pour inventer de nouvelles structures politiques permettant de sortir d’une post-modernité qui n’en finit plus de mourir parce qu’ils ont oublié et les religions et les principes des Lumières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Syrie : la guerre sans fin

Arrêt cardiaque : les gestes qui sauvent