in

L’indignation de Tawfik Mathlouthi après le décès du Président de l’association des Ivoiriens de Tunisie: “Je n’accepte pas le Racisme dans mon pays!”

Le destin de Falikou Coulibaly, le président de l’Association des Ivoiriens de Tunisie, s’est brisé tragiquement dimanche dernier, au cours d’une soirée funeste à la Soukra, une localité située dans la banlieue nord de Tunis. Il a été en effet mortellement touché par les coups de couteau que lui ont portés des malfaiteurs.

Selon une source proche de l’enquête citée par MosaïqueFM, l’une des radios tunisiennes à forte audience, la victime se serait opposée à une tentative de braquage, lorsqu’elle a été poignardée à mort.

Alors que l’on apprend que six individus ont été interpellés par les unités d’intervention du district d’El Gorjani, Tawfik Mathlouthi, le fondateur de la célèbre marque Mecca Cola et fin connaisseur des problématiques politiques et économiques de la Tunisie, a choisi Oumma, où il nous a fait l’honneur d’animer plusieurs émissions dont « Tunisie Politique », pour faire part de sa profonde indignation et infinie tristesse à l’annonce de ce drame.

Publicité

” Depuis que j’ai appris la terrible nouvelle de l’assassinat hier, à la Soukra, de M. Falikou Coulibali, Président de la communauté Ivoirienne de Tunisie, je suis submergé de honte, de dégoût et d’indignation.

Non, je n’accepte pas le Racisme dans mon pays, 
Dans ma société, 
Trop c’est trop !

Exigeons une peine exemplaire contre ces barbares répugnants !
Pour qui se prennent-ils, alors qu’ils sont la lie de la société ?
Un crime raciste dans le premier pays d’Afrique à abolir l’esclavage. Une vraie descente aux enfers.

Depuis 2011, je n’ai eu de cesse d’alerter plusieurs hauts responsables tunisiens sur ces dérives racistes intolérables et inacceptables.
Aucune réaction, hormis certaines remarques qui m’ont été faites, toutes minimisant la gravité des faits : « Tu exagères Tawfik ! », ou pire encore, « C’est pas une priorité du moment. Nous avons plus urgent à résoudre ».

Publicité

Je suis écœuré, moi qui connais bien les pays d’Afrique noire et l’amour qu’ils nous portent.
Je ne sais plus comment leur dire :
Excusez-nous, notre pays est à la dérive.
Excusez notre peuple qui se déshumanise.

Le racisme anti-Noirs n’est que la partie apparente de notre rejet de l’autre.
Nous sommes profondément racistes, sectaires, intolérants, prétentieux et arrogants.
Gare aux conséquences irréversibles ! 

Mobilisons-nous sans plus tarder.
C’est plus important que le manque de moyens, que les problèmes économiques.
Car il y va de notre âme,
De notre humanisme, sans lequel nous basculons dans l’horreur et la barbarie.

Non, je ne trouve aucune excuse ! J’ai beau chercher, je n’en trouve pas.
Et je dis à ceux qui minorent les faits, faites attention !
Aujourd’hui, c’est le président de l’AIT qui en a subi les conséquences tragiques,
mais c’est aussi votre conscience et votre humanité qui en ont été affectées.

Publicité

Le châtiment doit être rapide et exemplaire,
Sans pitié et sans louvoiement.
Ces criminels doivent être exécutés et au diable les foutus droits de l’homme et les militants anti-peine de mort !

Dissuader, Éduquer, ce n’est qu’au prix de tels efforts que nous pourrons peut-être ramener ces sauvages de nouveau dans l’humanité.

Allah yarham à ce frère Ivoirien. Que Dieu Accorde la patience nécessaire à sa famille.

Il serait Grand, Juste et Équitable que Carthage et la Kasbah s’expriment, condamnent, dénoncent, mais aussi rassurent les Noirs de Tunisie, les Noirs en Tunisie et leur demandent PARDON.

Au nom de mes principes, de ma croyance, de mes valeurs, je vous demande Pardon.
Je suis triste pour vous, triste pour mon pays.
Je suis profondément bouleversé et inconsolable.

Je suis en Deuil pour cette énième victime de la haine et de la barbarie.
Mais aussi si triste pour mon pays que je ne reconnais plus.”

Tawfik Mathlouthi

Publicité

7 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Cher Tawfik,

    Tout ce que vous exposez dans votre commentaire serait tout à fait exact s’il s’agissait effectivement d’un crime raciste. Or, rien ne nous l’indique.
    En effet, la victime se serait “opposée à une tentative de braquage”.
    Il s’agit donc plutôt d’un acte de banditisme que d’un acte raciste.
    Cependant, la condamnation est totale et absolue et la peine de mort est la seule réponse à des actes aussi barbares et criminels.
    Pour revenir sur le problème du racisme chez nous, en Tunisie, c’est un problème énorme qui a plus ou moins été passé sous silence et traité avec légèreté.
    Il est urgent de s’en occuper réellement et efficacement (législation, éducation et mosquée).
    Je ne comprends pas très bien ce “hors sujet” volontaire ou involontaire qui sème la confusion.
    Les Africains sont en Tunisie chez eux. Nous sommes nous-mêmes en Afrique chez nous. Nous sommes tous des panafricains.
    Je présente mes sincères condoléances à sa famille.

  2. D’abord paix à l’ âme de ce courageux et respectable responsable de l’association des Ivoiriens de Tunisie.
    Mais les propos de l’article sont en décalage, il ne s’agit pas d’un crime raciste mais d’un meurtre au cour d’un braquage dont c’est mêlé ce pauvre monsieur.

  3. les musulmans vivent mieux leur religion dans des pays soit disant mecreants que dans les berceaux de l islam ,quand un fils est mieux traite dans une famille etrangere que dans sa famille ,voila se qui arrive
    Les tunisiens ont votes pour hennarda he bien qu ils se debrouillent maintenant,ils n ont pas compris que le diable a de multiple visages.

  4. Bonjour
    Un crime raciste?!?!
    D’après vos écrits il s’agirait d’un crime crapuleux.
    Quel est le mobile du crime?
    La sentence c’est la peine de mort dans la loi islamique dans tous les cas.
    En France les vrais crimes racistes on leur trouve des circonstances atténuantes et ceux originaires d’Afrique N comme S des terroristes…. Breiwiks ou germanwings plus de 200 morts à eu 2 seulements des pauvre petits qui ont eu une enfance difficile dans un milieu très aisé. La dépression donne le droit de tuer mais ce ne sont pas des terroristes eux non…

    • Quel que soit le mobile du crime, il a raison, les sociétés Maghrébines souffrent de racisme, de déshumanisation et d’arrogance et ça s’est un vrai problème, quand on considère les autres comme des inférieurs ou des nocifs de par leur couleur, leur croyance, ou leurs moeurs, on va dans le mur.
      Certes les sociétés maghrébines sont loin d’être les seules et d’autres sociétés les dépassent largement, en Europe, en Amérique, au Moyen Orient. Ce n’est pas une raison pour rester passif, l’humanité et ce que Dieu nous a donné de plus cher et nous assistons à sa fragilisation à travers le monde sans piper mot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Qatar: règlements de comptes à la tête de l’émirat

L’usine de la Kiswah, à La Mecque, comme vous ne l’avez jamais vue