in

Lettre ouverte à mes frères juifs

 

La marche contre l’islamophobie qui a traversé les rues de Paris a démontré que, face à la haine, les musulmans ne se laisseront pas faire. Elle a également démontré que des franges progressives de notre société sont prêtes à soutenir les musulmans dans leur combat légitime contre la haine. Cette haine a connu son sommet avec un attentat à Bayonne, au cours duquel ni le Président de la République, ni le Premier ministre ne se sont déplacés.

Pendant cette marche du 10 novembre, certains ont cru utile de distribuer des étoiles jaunes avec un croissant de lune à certains manifestants, laissant supposer un parallèle entre l’Holocauste et ce qui se passe actuellement avec les musulmans en France. Plusieurs confrères avocats, journalistes, essayistes et parfois polémistes se sont saisis de cette occasion pour salir une marche qui s’était pourtant conclue avec une Marseillaise chantée en chœur par tous les manifestants.

Publicité
Publicité
Publicité

Je voulais profiter du moment médiatique où la polémique s’installe pour écrire à mes frères juifs. Je suis un musulman et je conçois parfaitement que cette image ait pu heurter certains d’entre vous. Mais le message qu’il est nécessaire de faire passer est très clair : nous avons tiré les leçons de notre Histoire. Lorsque des frères juifs s’exclament « plus jamais ça », ils n’ont pas décidé d’adjectiver ou de personnaliser cette phrase.

Cela créé de fait une union entre les musulmans et les juifs. Il ne faudrait, mes chers frères, qu’à force de banaliser les discours islamophobes (ou anti-musulmans, appelez-les comme vous le souhaitez), on en revienne à la situation des juifs des années coupables, à force d’amalgames entretenus, de tous les maux de la terre. Et, au-delà de l’union, cela créé de fait un devoir de loyauté des uns envers les autres. 

On le voit bien, lorsque l’islamophobie augmente, l’antisémitisme augmente et vice versa. Nous devrons donc, comme le rappelait Luther King, apprendre à vivre ensemble ou nous allons mourir diviser comme des idiots. Nous devrons nous respecter et respecter les combats de chacun, même s’il existe parfois des choses contestables entre nous.

Publicité
Publicité
Publicité

Nous devrons également apprendre à nous découvrir des combats communs et il faudra accepter que les musulmans soient des cibles de choix. Ils sont les premières victimes du terrorisme mondial mais également les victimes de l’extrême droite, voire même, aujourd’hui, d’une certaine gauche dont le discours est proche de l’extrême droite.

Nos relations devront évoluer à la lumière de toutes les mutations que subit notre société. Cette relation ne peut pas aller dans le sens de la division. Nous avons toujours su vivre ensemble, et ce sont ni des terroristes fanatiques appartenant à l’extrême droite ou encore des terroristes fanatiques qui se revendiquent de l’islam qui arriveront à bout de notre unité. 

Je ne voudrais pas que du voile on en vienne à demander l’interdiction des prières, puis des mosquées, puis des musulmans tout court. Car la surenchère ne mène nulle part et ouvre simplement des boîtes à pandore. Si le Sénat vote cette proposition de loi, où irons-nous ensuite ? Mes frères juifs, ne laissons pas l’émotion dépasser nos actions constructives. Restons unis et faisons de la fraternité française un exemple pour le monde entier. 

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Irak : la guerre des ponts

Alger : un bus se retrouve coincé sous une trémie