in

Les twittos les plus actifs au monde sont les Saoudiens et les Koweïtiens

Sur la planète Twitter, qui grouille de commentaires plus ou moins bien inspirés, dégoulinant souvent de haine, particulièrement expéditifs et vite expédiés, les Koweïtiens et les Saoudiens brillent par leur activité intense, rivalisant de clics très réactifs au point de damer le pion à toutes les autres nationalités.

Passés au crible de six analystes de l’Université Northeastern de Boston, 380 millions de tweets, postés entre octobre 2010 et mai 2012, par le truchement de la célèbre ruche bourdonnante aux 500 millions de twittos, ont permis de localiser leur provenance et de quantifier leurs expéditeurs, au nombre de 6 millions répartis dans 191 pays.

Faisant manifestement peu de cas des critiques virulentes formulées à l’encontre de Twitter par le Grand Mufti du royaume wahhabite, Sheikh Abdul-Aziz al-Cheikh d'Ar, qui avait décrié, en mai 2013, un réseau social fédérant un « conseil de clowns », sur lequel seule une parole « injuste, indécente, malveillante, et incorrecte » se libère, les Saoudiens sont toujours aussi accros à la virtualité de messages qui sont tout sauf de la grande littérature, plus de 3 millions d’entre eux envoyant 50 millions de tweets en moyenne chaque mois, distançant en cela les utilisateurs du monde entier.

Alors que la liberté de tout dire a souvent franchi la ligne jaune sur Twitter, en France et en Europe, au Koweït elle peut se retrouver bâillonnée par un pouvoir qui ne badine pas avec la liberté d’expression et toute forme d’exutoire électronique. Dans ce bruissement de gazouillis à la forte résonance cosmique, la toute-puissante Chine fait figure de grande absente, hermétique à ce média de conquête américain, basé à San Francisco, à son influence transgressive et son accoutumance.

En immersion dans une plate-forme tentaculaire et non moins très populaire, les chercheurs ont également établi un lien entre le PIB par habitant et l'usage de Twitter, découvrant, au détour de statistiques qui leur ont réservé bien des surprises, que le néerlandais y est une langue très usitée et que l’Inde, qui pourrait détrôner la Chine en 2050 sur la première marche des pays les plus peuplés au monde, est une puissance émergente, jeune et en plein boom économique, qui y est étonnamment sous-représentée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un bébé sur dix est de confession musulmane en Grande-Bretagne

Le sang-froid extraordinaire d’un savant musulman lors d’une caméra cachée (vidéo)