in

Les Suédoises de toutes confessions revêtent le voile de la solidarité contre la violence islamophobe

« Jugez-moi sur ce que j’ai dans la tête, et non sur ce que je porte sur ma tête ». La puissance destructrice des préjugés qui rongent nos sociétés n’est plus à démontrer, et l’on se plaît à imaginer le slogan percutant qu’aurait pu concevoir Einstein devant la résurgence cyclique d’un fléau funeste et sa capacité à plonger les peuples dans le crépuscule de l’oubli, qui lui faisait écrire en son temps : « Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé ».

L’immense émotion qui a étreint la Suède en août dernier, et notamment la banlieue de Stockholm, à l'annonce de la terrible agression d’une femme voilée enceinte, laissée pour morte sur le trottoir après avoir été rouée de coups, son hijab violemment arraché, n’est pas retombée sous l’emprise du quotidien, mais au contraire s’est matérialisée en une grande chaîne de la solidarité féminine qui ne cesse de s’élargir et de voir de nouveaux maillons, de souche et de toutes confessions, venir la consolider.

La journée du hijab a ainsi vu le jour, et c’est sous cette bannière résolument fédératrice, qui flotte toujours au vent et fait des émules sur les réseaux sociaux, que l’indignation des femmes suédoises, musulmanes et non-musulmanes, s’est manifestée et exposée aux yeux de tous, pour dire stop à l’escalade de la haine et se dresser contre le règne de la terreur.

Tandis que la communauté musulmane de Suède ne cesse d’exhorter le gouvernement à agir urgemment pour atomiser la violence islamophobe, avant que sa fureur ne pulvérise les valeurs cardinales du pays, le port du hijab fait, lui, fureur sur le Net ! Toutes en hijab, voici ces Suédoises du terroir et venues d’ailleurs qui n’ont pas hésité à enfiler le voile de la solidarité et de la protestation, laissant une photo d’elles sur Twitter afin d’opposer une mosaïque de visages radieux à la face hideuse de l’islamophobie. Loin d'être un intrus, un visage masculin s'est glissé pour la bonne cause dans cette fresque d'images qui entend abolir toutes les frontières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le seconde épisode de la vie de Muhammad (SAWS)

Des défenseurs du système prostitutionnel aux pourfendeurs du foulard dit islamique