in

Les musulmans allemands organisent un grand rassemblement pluriconfessionnel contre l’Etat Islamique

Deuxième plus grande communauté musulmane d’Europe juste après la France qui, une fois n’est pas coutume, dame le pion au poids lourd européen, les Allemands qui s'éclairent à la chaude lumière des préceptes coraniques ont impulsé un grand rassemblement pluriconfessionnel afin de répondre au totalitarisme de l’Etat islamique par une position nationale unifiée, empreinte de tolérance, de respect et de paix.

En ce vendredi 19 septembre dédié à l’accomplissement de la prière collective, les hauts dignitaires religieux de l’islam Outre-Rhin, en collaboration étroite avec d’influentes associations et avec l’assentiment du ministère de l’Intérieur, ont décidé de mobiliser et d’ouvrir au plus grand nombre plus de 2 000 mosquées disséminées dans différents lands, de Berlin à Hambourg, en passant par Mölln, Bielefeld, Oldenburg, Francfort et Stuttgart, afin d’opposer au radicalisme de l’ISIS l'humanisme et l'universalisme des enseignements de l'islam.

En présence du maire de Berlin, Klaus Wowereit, et de bien d’autres personnalités de toutes confessions et sensibilités, la mosquée de Berlin donnera le coup d’envoi de cette opération inédite qui, en plus de rappeler à la jeunesse musulmane les précieux fondements de sa religion pour mieux la dissuader de rejoindre des « djihadistes » qui les piétinent sans état d'âme, conviera tous les citoyens, de toutes origines et obédiences, à pénétrer dans ses lieux de culte et à assister à la grande prière rituelle.

"Nous ne voulons pas que ces terroristes et criminels s’arrogent le droit de parler en notre nom et au nom de l'islam. Ils ont foulé aux pieds les commandements de notre religion, et ils n'ont pas leur place dans nos rangs, ni dans notre religion", a clamé haut et fort le chef du Conseil central des musulmans, Aiman ​​Mazyek, dans un entretien accordé à Reuters.

"Nous appelons tous les musulmans à faire entendre leur voix contre le racisme, à se serrer les coudes pour dire non à toutes les formes d'extrémisme" s’est exclamé Ali Kizilkazya, le porte-parole du Conseil de coordination musulman (KRM). "Ce sont nos jeunes. Chaque jeune musulman qui se fourvoie dans cette aventure guerrière et mortifère n'est pas seulement une perte pour les musulmans, c'est une perte pour la société dans son ensemble. Nous espérons que l'exemple d'une vie paisible en Allemagne enverra également un signal fort aux zones de conflit dans le Moyen-Orient", a renchéri ce dernier, qui se veut résolument positif en dépit de l’inquiétude grandissante qui l’habite depuis que cinq mosquées ont été récemment la proie des flammes, par des mains criminelles à ce jour non identifiées qui peuvent sévir à tout instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Carrefour a été condamné pour avoir licencié une salariée voilée

Le sénateur américain McCain reconnaît avoir des relations constantes avec l’Etat Islamique