in

Les jeunes musulmans de France et le combat pour la défense de la République

rencontre annuelle des musulmans de france

Malheureusement, la perspective funeste de voir arriver au pouvoir l’extrême-droite islamophobe au lendemain des élections législatives, dont le premier tour est prévu le 30 juin prochain, n’est plus une simple vue de l’esprit.

De nombreux politiciens sont montés au créneau pour dénoncer la décision du président Emmanuel Macron de dissoudre l’Assemblée nationale, la jugeant irresponsable et aventuriste. Mais la décision a été prise sans possibilité de marche-arrière. Au demeurant, une République réduite à se défendre uniquement à coup de calculs politiciens ou de procédures à caractère administratif pourra difficilement assurer son avenir.

L’élan républicain, qui a suivi l’électrochoc de la victoire de l’extrême-droite aux élections européennes et qui a vu les gauches s’unir au sein du Nouveau Front Populaire, est de bon augure.

Si les estimations des sondages qui accréditent ce Front de près de 30% des suffrages se confirment, il sera difficile à l’extrême-droite, même si elle est soutenue par les partisans de Ciotti, de prétendre à la majorité qui lui permettra de briguer le gouvernement.

Certes, le prix à payer pour un tel barrage à l’extrême-droite sera très élevé sur tous les plans (politique, économique et social ), dans la mesure où on voit mal comment le Nouveau Front Populaire pourra gouverner sans le soutien du camp présidentiel et de la droite républicaine. Mais cela en vaut la peine.

Une victoire de l’extrême-droite constituerait une catastrophe pour l’ensemble des forces populaires, et plus particulièrement pour les musulmans de France, dont l’écrasante majorité appartient aux catégories sociales les plus touchées par les réformes libérales de ces dernières années.

Il ne faut pas s’y tromper. Le discours nationaliste et populiste de l’extrême-droite française ne doit faire oublier ni son nationalisme à géométrie variable, ni son adhésion pour l’essentiel au programme économique libéral défendu aussi bien par le camp présidentiel que par la droite dite républicaine.

Le nationalisme de l’extrême-droite a ceci de particulier qu’il est dirigé exclusivement contre les « étrangers » ( essentiellement les musulmans maghrébins ou d’origine maghrébine et en particulier les Algériens). Il n’est pas dirigé contre le capitalisme américain et la Commission européenne qui constituent les véritables maîtres d’œuvre de la déstructuration de l’économie et de la société françaises.

Le populisme de l’extrême-droite française ne dépasse guère le seuil de la rhétorique à visée électoraliste, dans la mesure où  elle reste pour l’essentiel prisonnière de la doctrine économique libérale dont elle cherche à tempérer les conséquences sociales en écartant les « étrangers » du filet social. Un simple coup d’œil sur les statistiques générales prouve que même en expulsant une partie des « étrangers au chômage », la société française n’en finira pas avec les méfaits de la globalisation économique.

Les géants du CAC 40 ont généré plus de 145 milliards d’euros de profits en 2023, alors que les allocations dont bénéficient l’ensemble des chômeurs en France (et pas seulement les « étrangers »)  ne dépassent guère les 45 milliards d’euros.

Nul doute que le slogan de la « préférence nationale » brandi par l’extrême-droite fera beaucoup de mal à de larges couches de la population issue de l’immigration, même si l’histoire a montré que quand on bafoue les droits d’un segment de la société – transformé à l’occasion en un bouc-émissaire –  il faut s’attendre à ce que les droits de tous risquent tôt ou tard d’être la cible des apprentis sorciers qui croient régler des problèmes sérieux avec des recettes primaires qu’ils vont chercher dans les égouts d’une histoire qu’on a cru à jamais révolue.

Les jeunes musulmans de France, dont une partie non négligeable a choisi jusqu’ici l’abstention en croyant à tort que tous les politiciens se ressemblent, sont appelés à un sursaut d’intelligence salutaire.

Certes, le Nouveau Front Populaire est une sorte d’auberge espagnole, dans laquelle on trouve côte à côte des hommes et des femmes politiques respectables soucieux de défendre des valeurs républicaines, démocratiques et sociales, à la hauteur des défis posés, mais aussi des représentants de courants qui continuent d’adorer les valeurs fétiches d’une social-démocratie acquise depuis longtemps à l’économie de marché, à l’Europe technocratique et à l’atlantisme.

Les prises de positions scélérates du PS et du PCF par rapport à ce qui se passe à Gaza auront fini de montrer que le républicanisme mâtiné de laïcisme, derrière lequel se cachent ces partis, n’est tout au plus qu’une version soft du « choc des civilisations » cher aux néo-conservateurs américains.

Publicité
Publicité
Publicité

Mais les jeunes musulmans de France doivent retrouver, en ces heures sombres, la patience et la lucidité que leur enseigne leur religion dans pareilles circonstances.

Comme dans un match de boxe, il faut d’abord esquiver les coups de l’adversaire. Barrer la route à l’extrême-droite, c’est éviter d’encaisser des coups supplémentaires qui risquent de vous mettre KO.

Voter pour les listes du Nouveau Front Populaire ne signifie pas être dupes des véritables intentions et orientations idéologiques et politiques de la gauche caviar. Voter pour les listes du Nouveau Front Populaire, c’est avant tout voter pour la sauvegarde des acquis républicains et démocratiques, sans lesquels il sera difficile de lutter demain pour l’extension de ces acquis à toutes et à tous, non seulement en France, mais partout dans le monde où l’injustice continue de faire souffrir des êtres humains, comme en Palestine occupée et en Afrique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicité
Publicité
Publicité

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Défendre la France, c’est défendre sa terre natale, sa patrie. la patrie a un sens dans l’islam.
    Les musulmans du monde n’ont pas tous la même patrie.

    Défendre la république, c’est défendre une idéologie (science des idées), ceci est une histoire de gout dans l’islam. Rien à voir avec la patrie.

    En Algérie, que dieu protège la république , dit l’imam et je dois dire amen, sinon je ne suis pas musulman.

  2. Pourquoi le rassemblement national ne sera pas à la hauteur pour gérer la question sécuritaire et migratoire.

    Ce parti politique est celui qui prendrait la question sécuritaire et migratoire le plus au sérieux. Pourquoi pas ? Pourtant, être incollable sur des statistiques et des chiffres ne signifie pas que l’on possède forcément les solutions adéquates. Ne nous trompons pas.

    Ce mouvement politique ne sera pas à la hauteur du défi, j’en suis convaincu, si leurs solutions étaient convaincantes, je serais peut-être le premier à voter pour eux, mais ce n’est pas le cas.

    Je serais disposé à voter pour eux, si leurs discours était plus clair, plus nuancé sur les étrangers, s’ils arrivaient à faire la part des choses sur ces populations diverses, sur ces quartiers divers. Serait-il capable de reconnaître que les mouvements migratoires font partie du renouvellement des civilisations depuis l’aube des temps ? Seront-ils honnêtes pour demander aux 2.5 millions de ressortissants français vivant à l’étranger de rentrer en France et de cesser d’envahir les autres pays ?

    Auront-ils la lucidité de comprendre que la question migratoire est un problème qui doit se régler au niveau mondial et nécessite obligatoirement d’accélérer l’accompagnement du développement des pays pauvres ? Sans cela, les exodes ne s’arrêteront pas. C’est une pure naïveté que de croire le contraire.

    Concernant l’insécurité, hormis accentuer le contrôle de la société, ont-ils l’intention d’impliquer les parents, et pas seulement les sanctionner ? Et l’éducation, la culture, le sport ? La tolérance ? L’ouverture d’esprit ? Le civisme ? La citoyenneté ? Cela intéresse-t-il le rassemblement national ?

    Ce parti ramena la France au moyen-âge, c’est une réalité.

    Et l’environnement ? L’énergie ? L’aménagement des territoires ? L’industrie et l’économie ? Quand fera-t-il ?

    Ce mouvement a besoin de grandir, c’est certain. Je pense surtout que ce désintérêt des autres sujets s’explique par le fait que ce groupe a conservé l’ADN du front national, car ce qui l’importe, c’est le rejet de l’étranger dans le pire des cas, dans le meilleur des cas, contrôler celui qui a la nationalité française. La diversité reste nécessaire pour s’enrichir culturellement , afin d’être bousculé aussi dans ses convictions, dans notre vison du monde. Alors pourquoi ne pas choisir une immigration plus hétérogène, et non homogène ? Comme par exemple des individus d’Amérique du sud ou du nord, d’Europe du nord, des anglais, ou même de l’Asie ? Que nous méconnaissons ?

    Rappelons aussi que l’accueil de migrants doit se justifier seulement par une situation de guerre. Est ce toujours le cas ? Le RN, fait il cette distinction ? encore une fois , pas du tout. Les seules candidats pouvant demander l’exil sont les ukrainiens et les palestiniens à mon sens. Et pour une raison politique et économique ? Non, car ces combats doivent être menés dans la société en question.

    Sur le plan de la politique internationale, l’animosité à l’égard de la France ira crescendo. La France rejoindra la liste des pays fascistes . Avoir une politique migratoire nécessite donc d’avoir une vision de celle-ci et se résume pas à une simple phrase “chacun chez soi”

    Je pense sincèrement qu’un Jordan Bardella pourrai faire un bon ministre de l’intérieur, mais ça s’arrête là. Soyons sérieux un instant. Il n’a sûrement pas l’étoffe ni d’un premier ministre, ni d’un président, si l’envie lui prend..

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Législatives : Voter pour Benjamin Sigoura, c’est la promesse d’avoir… des milices armées ! Mais que fait la République ?!

Roulant et intelligent, le fauteuil extraordinaire créé par quatre jeunes ingénieures tunisiennes