in

L’enseignement spirituel du Prophète (partie 1)

Si on est loin de tout connaître du Muhammad historique, son enseignement spirituel reste présent et de façon bien réelle dans la mémoire et les cœurs des croyants. Comment cet héritage a-t-il été transmis et vécu à travers les siècles ? Que nous apprend-il de la figure spirituelle de cet être, auquel restent attachés des milliards de croyants à travers le monde ?

C’est ce dont rend compte Denis Gril, professeur émérite à Aix-Marseille Université, dans son dernier ouvrage intitulé Le Serviteur de Dieu paru aux éditons du Cerf (2022). Si ce recueil de contributions scientifiques s’inscrit en dehors du champ de la démarche historico-critique, il ne revêt pas moins un caractère historique en ce qu’il retrace, à travers les siècles, les étapes d’une doctrine et d’une pratique axée sur la réalité humaine du Prophète.

La portée de la première partie d’ouvrage, intitulée « Le Prophète dans le Coran », est dans ce sens inédite : recentrer les enjeux sur la réalité spirituelle d’un homme en quête de Dieu et dont la manifestation apparaît comme la « cause et l’accomplissement de l’humanité ».

Publicité

Introduction

Muhammad apparaît dans le Coran comme un homme chargé de transmettre le message divin, parmi de nombreuses autres missions dont enseigner par son exemple la voie à suivre. Le discours qui lui est adressé s’actualise à chaque révélation et se renouvelle à chaque lecture suivie par le croyant. C’est une parole universelle et universalisée : « le récitateur et le lecteur attentif sont à l’écoute et la transmission est actuelle »1.

Publicité

Le Prophète est ainsi doublement présent par l’impératif « dis » (qul) qui introduit de nombreux versets. Les histoires des prophètes se trouvent de même entremêlées, voire confondues avec le propre vécu de Muhammad. Il a été envoyé au même titre que les autres prophètes. Il s’inscrit ainsi dans un prolongement qu’établit l’articulation de leurs récits. Les vies de tous les prophètes se croisent et se réfléchissent comme dans un miroir.

Un homme ordinaire

Dans une première partie, Denis Gril expose la simplicité humaine du Prophète, dont rend compte le Coran. Il est un homme ordinaire, un mortel comme les autres, qui est témoin de ses propres limites : il ne détient pas les « clés du mystère »2, « les trésors de Dieu »3 et la « connaissance du jour de l’Heure »4. Il a ses faiblesses et n’est responsable que de sa propre âme. Et c’est bien par sa condition ordinaire, semblable à celle de l’humanité que celle-ci peut s’identifier en lui.

La simplicité de sa condition tranche en ce sens avec le dogme de l’impeccabilité (‘isma), forgé plus tard par les théologiens musulmans. Il lui est enjoint de « demander pardon pour ses péchés »5. Des péchés que Dieu promet d’absoudre. Il est exposé à la tentation et à la séduction des êtres humains6 et de Satan contre lequel Dieu, s’adressant au Prophète, appelle à demander protection7.

Et c’est précisément cette faiblesse humaine qui rend son humanité familière aux croyants et qui rend possible une identification8.

1 Gril, D. Le Serviteur de Dieu, Paris : Cerf, 2022. p. 22

Publicité

2 Coran : 6,59

3 Coran, 6,50

4 Coran, 7,187

5 Coran : 47, 194-106 ; 40, 55.

6 Coran : 17, 74-75

7 Coran : 7, 200-201

8 Coran : 46, 9.

A (re) lire : l’entretien passionnant que Denis Gril a récemment accordé à Oumma :

Entretien avec l’islamologue Denis Gril : le Prophète, ce grand « Serviteur de Dieu»

Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Ces trois scientifiques égyptiennes qui tordent le cou aux préjugés

Pour Marine Le Pen : la kippa Oui, le voile Non !