in

Le repentir, Attaouba

Traduction Moussa Allem

Je me protège auprès d’Allah contre Satan le lapidé, Au Nom d’Allah, Clément et Miséricordieux, et que la paix et la prière d’Allah soient sur notre Prophète Mouhammad sur sa famille et ses Compagnons jusqu’au jour du Jugement dernier.

 

Aujourd’hui, incha’ Allah, je consacrerai l’essentiel de la leçon et des prêches précédant la prière du vendredi à une question qui m’a été posée sur le repentir et sa signification en islam.

 

Tout d’abord, un hadith du Prophète nous dit : « Tout fils d’Adam est pécheur et les meilleurs des pécheurs sont ceux qui se repentent. »

 

L’être humain se bat, en effet, toujours entre la pratique de sa religion et l’oubli de Dieu. Dans quelques principes énoncés par le Coran, surtout sociaux, Allah nous dit :

Les faits, comme l’oubli, sont nombreux et l’Homme doit toujours se repentir. Les théologiens disent que si le repentir existe c’est pour qu’Allah pardonne les fautes. Certains parmi ces savants disent : « quelles que soient les fautes ! » ( à part le chirk, l’associationnisme, NDLR).

Nous allons voir aujourd’hui quelques points parmi les dix à quinze moyens qui aident, renforcent le repentir :

1) Les ablutions :

C’est la purification pour la prière. Selon un hadith, celui ou celle qui fait ses ablutions, ses fautes s’égouttent avec l’eau, par ses ongles, ses pieds, ses yeux (pour ce qu’ils ont vu d’illicite ) par tous les membres d’où coule l’eau des ablutions. Les docteurs de la loi disent qu’il est bon d’aller à la mosquée implorer Allah lors de prières surérogatoires (nafila).

 Le Prophète nous enseigne que ceux qui font leurs ablutions, en suivant son exemple, puis font deux raka’ates ( cycles de prière ) en pensant à leurs fautes, leurs péchés précédents leur sont pardonnés.

Si ces raka’ates sont faites avec une concentration pieuse, avec sincérité, ils auront ce qui leur est écrit, c’est-à-dire le paradis.

 Dans une autre tradition, il est dit : « Celui qui dit après ses ablutions, j’atteste qu’il n’y a d’autre divinité qu’Allah et Mouhammad et Son Prophète ( Chahada ), les huit portes du paradis s’ouvrent à lui et il entrera par celle qu’il voudra ! »

On peut rajouter à la chahada : Allahouma dj’ilni minattaouabine oua minal mouttatahirine ! »

C’’est-à-dire : « Allah comptes moi parmi les repentants et les purifiés. »

 Le repenti est aimé par Allah, car il reconnaît ses fautes, et Allah aime ceux qui se purifient.

Le Prophète s’adressant à ses compagnons leur dit : « Vous dirais-je avec quoi Allah vous efface vos fautes et vous élève en degrés ? »

– Oui, répondirent-ils. « Renouvelez vos ablutions ! » ( même si vous les avez )

 2) La prière :

Rapporté par Al Boukhari et Mouslim, un hadith nous apprend que lorsqu’un musulman (ne) prie après avoir bien fait ses ablutions, avec abandon sincère en Dieu, en faisant comme il se doit la génuflexion et la prosternation, sa prière est expiation pour les méfaits commis précédemment.

Selon Abou Houreïra ( l’un des Compagnons du Prophète, qu’Allah les agrée tous ), Le Prophète a dit : « Que diriez-vous si un fleuve passait devant chez vous et que cinq fois par jours vous y plongiez. Seriez vous encore sale ? ( de poussière, sueur, etc…).

Non, répondirent-ils. Alors il rétorqua : « il en est de même pour les cinq prières quotidiennes ! »

 Et surtout la prière en assemblée (djama’a) qui dépasse, en mérite, de 27 degrés celle accomplie individuellement (hadith rapporté par Ibn Omar) ou de 25 degrés selon une autre version.

Encore un hadith dans lequel il est dit que d’une prière du vendredi à l’autre, d’un jeûne de Ramadhan à l’autre, est pardonné ceux qu’i y a entre les deux ! En effet, entre deux vendredis, les péchés de sept jours sont absous. Et un autre hadith affirme que celui qui se purifie, s’habille et va à la mosquée pour la prière du vendredi, non seulement lui sont excusées ses fautes d’un vendredi à l’autre mais l’on y rajoute trois jours ce qui fait dix jours au total.

3) Le jeûne :

Obligatoire ou facultatif. En effet, celui qui jeûne le mois de Ramadhan, avec foi et sincérité, ses fautes passées lui sont pardonnées nous dit un hadith. Certains savants disent tous les péchés, y compris les grands ( Al Kabaïr ) d’autres disent les petits uniquement.

 Jeûner le jour de Arafat (veille de Aïd-al-adha ou Aïd-al(kabir), Achoura, les vendredi 14 et samedi 15 avril prochains) car le Prophète a dit, selon Ibn Abbas : « Si je suis encore en vie l’an prochain, je jeûnerai sûrement le 9ème jour de Mouharram. »

4) Le pèlerinage

Nous tenons du Prophète que celui qui accompli le pèlerinage, comme il se doit, sans commettre de méfaits ( propos futiles, actes blâmables ) rentre chez lui, pur, comme au moment de sa naissance. Donc chers pèlerins, préservez cette pureté qu’Allah vous accorde !

D’une Omra ( petit pèlerinage ou visite pieuse ) à l’autre, les péchés sont pardonnés.

Le pèlerinage agrée n’a pour seule récompense que le paradis !

5) La demande de pardon (al istighfar)

Demander pardon, c’est déjà reconnaître ses fautes. Et Allah est Al Ghafour, Al ‘Afou, Celui qui pardonne. Arrahim, Celui qui fait Miséricorde.

 Dans un hadith quodossi ( Saint ), une parole que Dieu a dite au Prophète mais qui n’est pas dans le Coran, Dieu dit, en ce sens, : « Ô fils d’Adam si tes péchés atteignaient les cieux, et si tu reviens à Moi, repentant et sans rien M’associer, Je te pardonnerai. »

Allah dit aussi, dans le Coran : Les armes du croyant étant les invocations ( do’a ), invoquez Dieu sincèrement ! Et espérez qu’Il vous contente car il n’est pas bon de douter de son pardon.

Est-il dit dans le Livre Saint.

Et si nous lisons bien le Coran, nous nous rendrons compte que Dieu a châtié certaines communautés, les peuples de Chou’aïb ( Jethro ), Loth, Moussa ( Moïse ) par exemple, pour leur perversité.

Cependant la communauté Mouhamadienne n’ a pas subi la colère de Dieu, car elle détenait deux choses : la présence du Prophète et la demande de pardon. Or, le Prophète ayant disparu, il reste l’istighfar.

Les théologiens disent que la demande de pardon accroît les biens et les dons de Dieu ( subsistance (rizk), enfants, pluie….)

Heureux ceux qui pratiquent l’istighfar car Dieu leur ouvre les portes du bien !

 Le Prophète apprit une invocation à Chadad ibnou A’ous : « Dieu, Tu es mon Dieu, il n’ y a de Dieu que Toi, Tu m’as crée, je suis Ton serviteur et je crois en Ta promesse !

Je Te demande pardon, je reviens à Toi et implore Ta grâce ! »

 Celui ( ou celle ) a dit le Prophète, qui dit cette invocation le matin et meurt le soir, entrera au paradis. S’il ( ou elle) le dit le soir et meurt le matin suivant, il ira au paradis également.

6) Le rappel d’Allah ( Dhikr )

Selon un autre hadith : « Celui qui, après la prière, dit :

 Trente-trois fois Soubhanallah ( Gloire à Dieu )

Trente-trois fois Al hamdoulillah ( Louanges à Dieu )

Trente-trois fois Allahouakbar ( Dieu est Le plus grand )

 Et complète la centième fois en prononçant la chahada ( profession de foi musulmane ), ses péchés lui sont pardonnés même s’ils sont aussi nombreux que l’écume des mers. »

Deux minutes suffisent à cela et pourtant, dès que l’imam dit « Assalamou aleykoum », en fin de prière, certains quittent la mosquée ! Pourquoi ? Est-il préférable de parler de ce bas-monde à la mosquée ( commerce, voiture, …). Mes sœurs et frères, nous ne savons pas ce qui nous attend dans l’au-delà. Repentons-nous le plus souvent possible !

7) La maladie :

En effet, cette calamité, par laquelle les croyants sont éprouvés et pour laquelle ils doivent patienter, efface les péché et purifie l’être humain, comme le confirme un hadith du Prophète qui dit : « Il n’est pas quelque chose qui vous touche ( problème, maladie…) même une épine, sans qu’Allah ne vous pardonne vos péchés ! »

 Sachez qu’au jour du jugement dernier, les éprouvés seront rassemblés et tous les autres verront leurs bonnes actions ( hassanates). Ils seront récompensés sans compter car Allah aime les éprouvés et les plus éprouvés furent les Prophètes.

Le repentir efface ce qui précède et Allah nous invite avant que nous ne mourions, car le repentir est auprès de Lui.

Dans le Coran, Dieu dit : « ( Sourate 4, An-nissa, verset 17)

Cependant, en islam, le repentir est délimité dans le temps. En effet, nul repentir n’est possible à l’heure de l’agonie, et c’est un enseignement prophétique, car, à ce moment, il sera trop tard ! Et retenons qu’Allah pardonne à celui qui croit, fait de bonnes œuvres après avoir été guidé.

Pour conclure, retenez ceci : un homme vint voir le Prophète pour se plaindre de ses nombreux péchés. Le Prophète lui conseilla de dire trois fois : Allah, Ton pardon est plus grand que mes péchés et Ta Miséricorde est plus importante pour moi que mes actes.

C’est ce que fit l’homme ; Après quoi, le Prophète lui dit : « Lèves toi, Allah T’a pardonné ! »

 Et la révélation coranique nous dit, en ce sens, que pour ceux qui se repentent, Allah transformes leurs méfaits par de bonnes actions.

Et Allah est le plus Savant !

Mosquée El Feth vendredi 7 avril 2000 – 2 mouharram 1421

49, rue Suzanne Lannoy-Blin

59720 Louvroil

Tél. : (00.33) 03.27.65.23.89

Email : [email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voies iraniennes de la réforme

Le Dieu de l’Islam ne pardonne pas et ne connaît pas l’amour ?