in

Le pasteur irlandais James McConnell inculpé pour “incitation à la haine” suite à son sermon islamophobe

Son prêche outrageant éructé contre l’islam heurta à ce point les oreilles irlandaises que Belfast, plus d’un an plus tard, s’en souvient encore, James McConnell, le pasteur évangélique, fondateur de l’église Whitewell Metropolitan Tabernacle, n’a pas gagné la clémence des juges devant lesquels il a récemment comparu pour « incitation la haine », au grand dam de ses paroissiens en transe.

Sa ligne de défense résonnant de ses dénégations vigoureuses face aux accusations d’islamophobie, et ses quelque 1 000 ouailles survoltées venues le soutenir, pancartes à la main et chantant à tue-tête, n’y ont rien fait : l’homme d’église, furieusement islamophobe, à qui l’adage « l’habit ne fait pas le moine » sied comme un gant, a été inculpé par le tribunal d’instance de Belfast pour ses propos infâmes d’abord proférés en public, puis diffusés sur sa page Facebook, qui, outre la communauté musulmane, choquèrent profondément les trois principales églises protestantes du pays, le vice-Premier ministre Martin McGuinness, issu du parti républicain Sinn Féin, sans oublier les organisations anti-racistes.

Dans sa bouche fielleuse, l’islam, cette « œuvre du diable » engendrée en « enfer », était alors dépeint comme « satanique, païen et barbare », avant de lancer à son auditoire suspendu à ses lèvres : "Les gens disent qu’il y a de bons musulmans en Grande-Bretagne, peut-être, mais moi je n’ai pas confiance en eux".

Sur la sellette et le banc des accusés, James McConnell, dont l’affaire a été ajournée au 3 septembre, se débat comme un beau…diable à l’extérieur des prétoires, devant des médias attirés comme des mouches par cet homme de foi qui n’inspire rien de bon…

Ces "accusations sont complètement stupides", proteste-t-il avec véhémence, se réfugiant, comme tant d’autres, derrière la sacro-sainte liberté d’expression pour s’autoriser à diaboliser l’islam en toute liberté et impunité. Loin de faire profil bas dans l’attente de son procès, le pasteur indigne aggrave un peu plus son cas dans une Irlande qui, elle, a la foi et ne lui pardonne pas son sermon incendiaire et offensant à l’encontre de la troisième religion du Livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’Alhambra: véritable joyau de l’architecture musulmane (reportage)

L’AFPS se mobilise contre l’opération “Tel-Aviv sur Seine”