in ,

Le défi quotidien d’une famille musulmane sous un possible pouvoir du RN !

Le front National est à nos portes !

Les dernières élections européennes ont provoqué une puissante onde de choc, avec un score du Rassemblement national (RN) en France, anciennement Front national (FN), tout à fait inattendu, le plaçant en tête de ce scrutin.

Face à cette situation inédite, Emmanuel Macron a prononcé la dissolution «coup de tonnerre» de l’Assemblée nationale, entraînant l’organisation d’élections législatives anticipées. Le premier tour se tiendra le 30 juin, suivi du deuxième tour le 7 juillet.

L’heure est grave et suscite de nombreuses inquiétudes, notamment pour les musulmans de France, qui redoutent les répercussions de ce bouleversement politique et paient les pots cassés d’une stratégie menée par Emmanuel Macron pendant ses sept années au pouvoir.

À travers cet article, nous nous plaçons dans la peau d’une famille française d’origine algérienne, de tradition musulmane, vivant sous le pouvoir du Front National.

Ce récit imaginaire, présenté en quelques lignes, s’adresse à ceux et celles qui ont appelé à ne pas voter, à celles et ceux qui ont oublié, mais aussi à celles et ceux qui pensent que voter ne sert à rien. Il vise également à montrer l’extrême gravité de la situation, en cas d’accession au pouvoir du Front national.

Le récit

Comme chaque matin, me réveillant tôt pour déposer mon enfant à l’école, je remarque les regards hostiles de certains parents d’élèves. Pourtant, ce n’est pas la première fois que je fais ce dur constat.

Mais ce jour-là, une atmosphère différente règne. J’allume la radio de ma voiture et apprends l’élection de Marine Le Pen à la présidence. Un peu surpris, à mon retour, je croise ma voisine guère amicale, pour ne pas dire franchement acrimonieuse. Elle ouvre sa porte et me regarde en oscillant la tête, comme pour me dire : “Vous allez voir ce qui vous attend.”

Je comprends alors que les mentalités ont brusquement changé pour beaucoup de Français. Une brèche est ouverte et augure d’un vivre-ensemble des plus problématiques.

J’en ai profité pour aller acheter de la viande afin de préparer un barbecue pour les enfants, ce week-end. Je me rends chez mon boucher du quartier, surpris de voir une affiche sur sa vitrine indiquant que le halal est désormais interdit en France. Je me suis approché du gérant qui m’a annoncé qu’il allait fermer définitivement, car il avait reçu une lettre de la préfecture l’informant de cette interdiction.

Un peu sonné, je remonte dans ma voiture pour me rendre à la mosquée comme chaque vendredi, mais je découvre que la mosquée du quartier a été fermée. Un message laconique nous ordonne de faire la prière du vendredi à la maison, la prière étant désormais proscrite dans les lieux de culte musulmans.

En regardant sur ma droite, j’aperçois une sœur, portant un foulard, en train de se le faire arracher violemment par de jeunes racistes, à quelques mètres seulement de policiers qui détournent le regard, faisant semblant de ne rien voir.

Publicité
Publicité
Publicité

Le téléphone sonne. Mon fils aîné m’appelle pour m’annoncer qu’il a été renvoyé de son stage sans aucune explication, et que son responsable a été désagréable avec lui. Quant à ma fille, sa mère, consternée, m’informe qu’elle est rentrée en pleurant, après que certains de ses amis lui ont dit méchamment de retourner dans son pays d’origine.

Une ambiance anxiogène règne, rendant la vie insupportable. Nous sommes devenus comme des souris, la tête baissée, contraints de nous cacher pour éviter les regards et les jugements des uns et des autres.

En rentrant le soir à la maison pour enfin me reposer, j’entends la sonnette retentir. J’ouvre la porte, mais il n’y a personne. Je me dis que quelqu’un a dû se tromper. La sonnette retentit une seconde fois. J’ouvre à nouveau et trouve une lettre accrochée à la porte. Je l’ouvre et lis : « Rentrez chez vous ! »

À la télévision, au journal de 20h de TF1, Marine Le Pen annonce le départ de plusieurs charters vers l’Algérie, la Tunisie et le Maroc. Ces vols sont destinés aux personnes sans papiers, tandis que d’autres vols sont réservés aux résidents dont les enfants ont maille à partir avec la justice.

Des trains, en provenance de toutes les gares de France, ont été mobilisés vers Marseille pour transporter les Maghrébins dont la carte de séjour d’un an n’a pas été renouvelée par les préfectures, afin de les accompagner et les renvoyer dans leur pays d’origine.

J’ouvre mon ordinateur pour me détendre un peu, au terme d’une journée particulièrement oppressante. Je tombe alors sur une information concernant deux décrets : les prénoms arabes ne sont dorénavant plus acceptés en France et une préférence nationale est instaurée pour tous les postes de fonctionnaires… Les mariages mixtes sont interdits, aucun musulman ne sera admis dans l’administration.

Dans les quartiers, les milices citoyennes encouragées par le FN patrouillent. Les contrôles au faciès sont devenus la norme, et les descentes de police se multiplient dans les zones à forte population immigrée. Une simple promenade dans le parc peut se transformer en une confrontation humiliante avec les forces de l’ordre.

Toute ma famille est désemparée, apeurée, mes enfants pleurent et ne veulent plus sortir de la maison, ma femme non plus. Je reçois une dizaine d’appels de la part de mes copains, eux aussi en proie au plus grand désarroi.

Ces familles, autrefois optimistes quant à l’avenir de leurs enfants en France, envisagent maintenant de quitter le pays pour leur offrir une vie meilleure, ailleurs. Mais partir signifie abandonner leurs proches, leur maison et leurs souvenirs, un sacrifice déchirant mais peut-être nécessaire…
.
Ce récit imaginaire n’est qu’une simple illustration de l’ambiance délétère qui peut s’installer dans un univers raciste. Il est stupéfiant de voir à quel point une élection peut transformer notre monde et rendre notre quotidien difficile, invivable, en portant au pouvoir des personnes haineuses, prêtes à tout pour effacer notre passé et notre identité.

Cependant, l’issue dépend encore de nous. Nous avons encore l’espoir de changer les choses. Il reste quelques jours pour se mobiliser et vaincre l’extrême droite !

Publicité
Publicité
Publicité

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. “Nous sommes français nous plus qu’eux sachez le !!”

    @Lh59
    Je vous réponds brièvement car la fatigue m’emporte. Dans mon propre pays, moi qui suis un Français “de souche”, un “souchien” dirait Houria Bouteldja, je suis censuré une fois sur deux chaque fois que je critique la bien-pensance de ce site, quelque peu pro-algérien, pourtant hébergé en France.
    Soyez français, nous ne sommes pas en guerre !

  2. Salam
    Macron est pire que le FN
    Ils vont rien faire de tout ça …., ce n est que cauchemar et fabulations
    Nous sommes français nous plus qu’eux sachez le !!
    Pays laïque ….
    Darmanin a tuer les musulmans et non le FN
    Qui a dégager Hassan iquissen et d autres imam
    Qui interdit le voile darmanin et attal
    QUI NE FAIS RIEN POUR LA PALESTINE 🇵🇸
    LE GOUVERNEMENT EN PLACE
    DONC AVANT DE PARLER ON S ASSEOIT ET ON FAIT UN BILAN
    20 ans que nous faisons barrage

  3. Allez voter ! Allez voter ! Allez voter !

    Le vote devient une obligation religieuse, à partir du moment où il permet d’écarter un grave danger pour les citoyens.

    L’abstention équivaut à un silence face au cataclysme qui se profilera dans notre chère France si le r-haine s’installe au pouvoir. L’incompétence, la haine, la xénophobie et la malhonnêteté risquent de faire partie de notre quotidien. La parole raciste,déjà décomplexée,sera encouragée par des dirigeants r-haineux.

    Un tsunami de votants est indispensable. Les 50% d’abstentionnistes peuvent faire la différence.

    A vos urnes !

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Selon le Coran, Possession, envoûtement et mauvais œil n’existent pas ! Analyse littérale de la Sourate 113

L’Aïd al-Adha et le monothéisme abrahamique