in

1er semestre 2015: augmentation de 281% des actes islamophobes

COMMUNIQUE DE L'OBSERVATOIRE NATIONALE DE LUTTE  CONTRE L'ISLAMOPHOBIE

BILAN DES ACTES ANTI MUSULMANS

1er semestre 2015

IMPLOSION DES ACTIONS, DES MENACES et de la CYBER HAINE

AUGMENTATION de 281 % DES ACTES

Jamais depuis la mise en place de l’Observatoire National de lutte contre l’Islamophobie en 2011, dont le terme a été employé par le Président de la République et qui vient d’être reconnu par la CNCDH (Commission Nationale consultative des Droits de l’Homme) et cela malgré l’opposition d’hommes politiques de droite, comme de gauche, dont le terme dérange, les actes anti musulmans n’ont connu une telle implosion par des actions, menaces ou sur les réseaux sociaux.

Janvier 2014  :    4 actions + 10 menaces : 14 actes

Janvier 2015  : 44 actions + 134 menaces : 178 actes

Février 2014  :    3 actions + 7 menaces : 10 actes

Février 2015  :      2 actions + 16 menaces : 18 actes

Mars 2014  :        5 actions + 8 menaces : 13 actes

Mars 2015  :     10 actions + 16 menaces : 26 actes

Avril 2014  :   2 actions + 7 menaces :   9 actes

Avril 2015  :    9 actions + 11 actions : 20 actes

 

Mai 2014  :      7 actions + 7 menaces : 14 actes

Mai 2015  :      7 actions + 9 menaces :   16 actes

Juin 2014  :     6 actions + 6 menaces : 12 actes

Juin 2015  : 6 actions + 10 menaces             :          16 actes

Le nombre d’actes commis uniquement en janvier 2015 à savoir 178, dépasse largement les actes commis durant toute l’année 2014, à savoir 133.

En définitive pour le 1er semestre 2015 il y a eu 274 actes anti musulmans (78 actions et 196 menaces) contre un total de 72 actes en 2014 (27 actions + 45 menaces), soit 281 % d’augmentation.

Détails : 189% d’augmentation des actions et 335% d’augmentation pour les menaces.

Cette implosion des actes anti musulmans ne peut s’expliquer qu’en raison des actes de terrorisme du mois de janvier 2015 en France et tout récemment lors des évènements qu’a connu la Tunisie. En tout état de cause, cela ne peut, en aucun cas, justifier ce sommet de haine ou de vengeance à l’égard des Français de confession musulmane qui ne sont ni responsables ni coupables des actes terroristes qui ont endeuillé le pays par des « criminels » qui se revendiquent de l’Islam pour commettre de tels crimes.

Nous avons et continuons à condamner avec force ce terrorisme barbare et aveugle qui se proclame d’un projet religieux mais qui est en totale contradiction avec les valeurs de l’Islam.

Concernant les actions, c’est la première fois qu’il a été enregistré des jets de grenade ou des tirs par arme à feu.

Pour le reste, il s’agit des actions contre des lieux de culte, dégradations de commerces appartenant à des Français de confession musulmane ou inscriptions de tags nazis par des « apprentis nazillons » qui passent leur temps « à fleurir les murs de nos mosquées.

LES DISCRIMINATIONS :

L’Observatoire National de lutte contre l’Islamophobie est saisi en permanence depuis l’année 2014 et cela s’est amplifié en ce premier semestre 2015 de Français de confession musulmane, de femmes et d’hommes victimes de discrimination d’origine institutionnelle (dans l’enseignement, la police, les collectivités locales, la SNCF, etc…).

C’est purement et simplement du racisme et le rejet d’hommes et de femmes qui aspirent à être respectés.

Est-ce que le VIVRE ENSEMBLE existe réellement en France ?

Est-ce que la devise de la République « Liberté, Egalité, Fraternité » a un sens ? La question se pose malheureusement.

Tout cela se passe sans aucune réaction de la part de la classe politique, qui, au lieu de dénoncer une telle dérive, essaie de lui trouver des raisons et parfois alimente même ce climat d’islamophobie par des discours de stigmatisation, tels que « islamo-fascisme », 5ème colonne », « 3ème guerre mondiale », « guerre de civilisation », « fichage des enfants musulmans », « repas de substitution », « nouvelle loi sur le foulard à l’université ».

En réalité, un intégrisme nourrit un autre intégrisme et il ne faut pas s’étonner que des jeunes se sentant exclus, marginalisés, accusés de tous les maux, se radicalisent et vont se faire tuer gratuitement, considérant qu’ils n’ont plus d’avenir dans ce pays. On appelle cela le désarroi.

Le Président de l’Observatoire National contre l’Islamophobie,

Secrétaire Général du CFCM

Abdallah ZEKRI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Images spectaculaires de la prière de l’Aid El fitr à la Mecque (vidéo)

Privatisation d’une plage française par la famille royale saoudienne (vidéo)