in

Le Dalaï-Lama condamne les persécutions contre les musulmans de Birmanie

Les semaines, les mois s’écoulent en Birmanie au rythme d’une extermination effroyable menée contre la minorité musulmane de l’Etat d’Arakane, alors même que des voix s’élèvent pour transpercer la chape de plomb du silence et dénoncer ceux qui ont du sang sur les mains : la junte militaire birmane et les moines bouddhistes fanatiques.

La pluie bienfaitrice des condamnations internationales a mis des mots sur une purification ethnique qui ne dit pas son nom, à l’instar de l’ONG Human Human Rights Watch (HRW), a imposé la question brûlante à l’agenda de l’ONU, à l’image de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), et a interpellé Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix et figure emblématique de la résistance à la dictature birmane, sur son silence assourdissant, sous la plume bouleversée du Dalaï-Lama, dans une lettre ouverte à son attention, le 20 août 2012.

Mais rien n'y a fait, aucune intervention, aussi fondée, salvatrice et pressante soit-elle, n’ayant réussi à ce jour à chasser les nuages de la haine interethnique qui obscurcissent l’horizon des familles musulmanes.  La vive émotion exprimée par le plus haut chef spirituel tibétain s’est perdue, elle aussi, devant l’immensité de l’horreur d’une persécution qui ne connaît aucune limite, ni trêve.

C’est depuis les Etats-Unis, où il effectue une tournée, et l’université du Maryland, où il a prononcé une allocution le 7 mai dernier, que le Dalaï-Lama a haussé le ton pour blâmer les moines bouddhistes criminels, tout en appelant à mettre fin à cette tragédie qui s'abat sur les populations musulmanes à la fois en Birmanie et au Sri Lanka  : "Tuer des gens au nom de la religion est vraiment très triste, impensable, dramatique", a-t-il déclaré devant son auditoire, comme la rapporté l’agence Reuters.

Et de poursuivre, visiblement très inquiet et affligé : "Aujourd'hui, même les moines bouddhistes sont impliqués dans ces exactions, en Birmanie et au Sri Lanka également. Les moines bouddhistes … détruire mosquées ou les familles musulmanes. C’est vraiment très triste".

Au Sri Lanka, le sort des musulmans n’est guère plus enviable, victimes eux-aussi d’une campagne de dénigrement tournant à la diabolisation systématique et agressive, sous les coups de boutoirs d’un groupe radical bouddhiste : le "Bodu Bala Sena" ou la Force bouddhiste. Menacée par un boycott organisé de ses commerces, la minorité musulmane n’a eu d’autre alternative que d’abandonner le label halal pour calmer les tensions à leur paroxysme, tout en subissant, au même moment, et de plein fouet, l’impact dévastateur d’une nouvelle campagne délétère, exhortant à la démolition d’une mosquée datant du 10ème siècle dans la région de Kuragala.

La voix de la sagesse du Dalaï Lama parviendra-t-elle à toucher ceux dont l’aridité du cœur les éloigne chaque jour davantage de Bouddha, à sensibiliser ces moines bouddhistes mués en bourreaux dénués de la moindre compassion et humanité ?   

"Je prie pour eux (les moines), afin qu’ils pensent, qu’ils se souviennent du visage de Bouddha, qui a été un protecteur des musulmans", a-t-il insisté. "Quand ils développent ces sentiments hostiles envers la communauté musulmane, alors s'il vous plaît, qu’ils pensent au visage de Bouddha", a supplié la grande figure du Bouddhisme, prix Nobel de la paix en 1989.

Ce n'est pas la première fois que le Dalaï-Lama prononce des paroles d’apaisement en faveur de l’islam et des musulmans dans un concert international chargé d’ondes négatives. En 2010, il plaidait pour que l’harmonie prévale entre tous les croyants, quelle que soit leur religion, décrivant l’islam comme une grande religion de compassion, totalement incomprise, regrettant également que le prisme de l'ignorance et des préjugés altère irrémédiablement le sens originel du concept islamique du Jihad.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Islam Khoualed, un athlète algérien de 14 ans, condamné à un an de prison ferme au Maroc

Ramadan 2013 : du 9 juillet au 8 août