in

Le cri du cœur lancé à Obama par un médecin urgentiste norvégien depuis Gaza

« Monsieur Obama, avez-vous un cœur ? Je vous invite à passer une nuit, juste une nuit, avec nous à Shifa. Je suis convaincu, à 100%, que cela changerait l’Histoire ».

Cette invitation pressante lancée à Obama presque comme une bouteille à la mer, et dont on est sûr, bien malheureusement, qu’elle restera lettre morte, émane du Norvégien Mads Gilbert, un héros en blouse blanche par trop méconnu, comme le sont tous ces êtres purs et valeureux face aux puissants corrompus et veules, qui lutte au quotidien, dans l’enfer de Gaza, pour sauver ces Gazaouis qu’Israël assassine.

Médecin urgentiste chevronné, venu de nouveau prêter main forte à ses confrères palestiniens de l’hôpital de Shifa, après les avoir assistés lors de l’opération « Plomb durci » fin 2008/début 2009, Mads Gilbert tente de mettre des mots sur une réalité effroyablement indicible.

Il se dit fortement impressionné par l’impact de son « cri du cœur », qu’il griffonna d’abord sur un bout de papier pour évacuer la pression, au terme d’une énième nuit blanche passée à opérer près d’une centaine de blessés, tous atteints grièvement, avant d'être lu par cinq amis et d'être diffusé sur la Toile.

L’homme fort de Washington, à l’instar de son homologue français, François Hollande, et des pleutres qui font de la communauté internationale une association de complices d’Israël, s’est drapé dans sa souveraine indifférence et inhumanité, en minimisant la formidable caisse de résonance du Net qui a permis au cri du cœur de Mads Gilbert de faire le tour du monde en un éclair.

"Les leaders et chefs d’état de la communauté internationale, comme ceux des Etats-Unis, ou le gouvernement israélien, sont totalement déconnectés du terrain. Des réalités humaines. Ils sont devenus distants, insensibles, « vaccinés » ignorant la souffrance des populations", dénonce Mads Gilbert, dans un entretien à cœur ouvert accordé à Free Palestine.

A Gaza, "Toutes les conventions internationales, toutes les « lois de la guerre » sont bafouées. La première arme de destruction terrible, c’est le siège de la Bande de Gaza", condamne-t-il, en s'insurgeant contre "L’usage totalement disproportionné de la force. Comparez les bilans! Ceux des civils touchés: des centaines et des centaines de mort d’un côté, moins de 4 où 5 de l’autre. Le troisième point illégal c’est qu’il est interdit de bombarder sans discriminations zones civiles et militaires, en prétextant que le Hamas utilise la population comme « bouclier humain ». Ce territoire est si petit que tout est forcément imbriqué. Les israéliens utilisent toujours le même argument pour commettre le pire."

Mads Gilbert, un chirurgien de renommée internationale au grand coeur 

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dominique de Villepin condamne “le massacre perpétré à Gaza” par Israël

Jérusalem : le coup de sang de Jacques Chirac contre le service de sécurité israélien en 1996 (vidéo)