in ,

L’association des footballeurs professionnels exhorte le Qatar à respecter sa main d’œuvre étrangère

Ce premier avertissement adressé au Qatar et à ses entrepreneurs d’un autre âge fait voler en éclats la vitrine rutilante et futuriste du pays organisateur de la Coupe du Monde de football 2022 : la FiFPro, l’association internationale des footballeurs professionnels, « profondément alarmée » par différents rapports qui font état de l’exploitation brutale, et même fatale, des travailleurs immigrés sur le chantier grandiose de l’événement footballistique le plus prisé au monde, rappelle l’Etat confetti du Golfe à ses devoirs et obligations qui passent notamment par le respect de la personne humaine.

La FiFPro, qui regroupe plus de 50 000 footballeurs professionnels, exhorte la planète football à veiller à ce que la main d’oeuvre étrangère ne creuse pas sa tombe en faisant sortir de terre les infrastructures défiant la chaleur du désert, la pressant d’agir pour s’assurer que l’oasis luxuriante ne viole pas les valeurs universelles du sport derrière l’écran de fumée de son ouverture sur le monde.

La Coupe du Monde de la FIFA 2022 a été décernée au Qatar pour promouvoir le football et, plus important encore, les valeurs universelles du football au Moyen-Orient. Cela ne peut être réalisé que si le Qatar respecte les droits des personnes qui s’attellent à la réalisation de cette Coupe du Monde, c’est-à-dire,  les travailleurs qui bâtissent les stades et les joueurs qui vont y concourir”, a déclaré Brendan Schwab sur le site de la FIFPro.

On nous a signalé le recours au travail forcé systématique“, s’indigne Brendan Schwab, tout en sommant la FIFA de s’ingérer dans les coulisses d’un chantier qui prend forme à la sueur du front des ouvriers mais, pire encore, au prix de leur vie… “Si ces informations sont vraies, alors le football doit agir. Il est en effet inexcusable que  la vie des ouvriers soit sacrifiée, surtout quand on connaît les mesures de sécurité et de santé qui prévalent dans l’industrie de la construction.

La FIFPro considère que l’adhésion aux principes de la FIFA et aux normes internationales du travail sont des conditions sine qua non pour tout pays organisateur de la Coupe du Monde, et que c’est un privilège extraordinaire qui a été fait au Qatar d’accueillir le plus grand tournoi de football de la planète”, enfonce le clou Brendan Schwab.

Scandalisée par les décès de 44 ouvrier népalais durant un été qatari de tous les excès et dangers, la FiFPro considère qu’il est urgent de dépêcher sur place des experts en sécurité et santé, nommés par la FIFA et l’Organisation Internationale du Travail (OIT), afin d’inspecter à la loupe tous les lieux de travail. L’objectif étant de contraindre le Qatar à respecter les normes internationales du travail qui lui sont manifestement étrangères et qu’il piétine avec le même souverain mépris que les vies humaines exploitées sans pitié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le calendrier musulman diffère selon les pays

Résistance en Résidence : Le Caravanserail Café