in ,

L’arrivée de la première Banque Islamique d’Australie retardée, mais confirmée très bientôt

Alors qu’elle avait trouvé son point d’ancrage sous le ciel ensoleillé de l’Australie, la finance éthique par excellence s’est heurtée à un écueil majeur, difficilement contournable… Celui qui s’est soudainement dressé sur sa route, mais en échouant cependant à la détourner de son cap : le pernicieux coronavirus.

Si elle n’a pas encore largué les amarres sur l’îlot lointain du multiculturalisme, Covid-19 oblige, la première Islamic Bank for Australia (IBA) devrait toutefois prochainement, à l’horizon 2021, en faire son nouveau port d’attache. La terre du Bush se targue, en effet, d’accueillir très bientôt la Banque islamique faite par et pour les Australiens musulmans. Elle sera présente physiquement à travers plusieurs agences installées à Canberra, la capitale du pays, et à Sydney, mais aussi virtuellement, sur la Toile.

Un établissement bancaire doté de ce petit supplément d’âme qui « fait et fera du bien », assurent ses fondateurs avec enthousiasme, parmi lesquels deux personnalités éminentes se sont naturellement imposées comme ses ambassadeurs de poids : le Dr Rashid Rasheed, universitaire australien bien connu, titulaire d’un doctorat de la Macquarie University Law School, préside son conseil d’administration de la Charia, tandis que Sultan Choudhury, ancien PDG de la banque britannique Al Rayan, en est l’administrateur aguerri.

Publicité
Publicité
Publicité

A ce petit supplément d’âme s’ajoutera le référentiel juridico-religieux qui constituera, à n’en pas douter, le meilleur rempart contre un capitalisme vorace et prédateur. Celui-là même qui ne nous veut pas que du bien…

Sultan Choudhury

« L’irruption brutale du Covid a contrarié notre lancement officiel. Sans nous décourager, nous avons concentré tous nos efforts autour de l’obtention de la licence bancaire auprès de l’Australian Prudential Regulation Authority (APRA). Notre banque sera prochainement disponible sur Android et iOS d’Apple. Nous avons déjà une longue liste de clients qui trépignent d’impatience, ce qui est un gage de crédibilité », a expliqué le directeur général, Dean Gillespie.

Publicité
Publicité
Publicité
Dean Gillepsie

Lors de sa conférence de presse, ce dernier a indiqué que l’idée de créer l’Islamic Bank for Australia avait d’abord germé dans les esprits d’un groupe de musulmans australiens en 2012, avant de faire son chemin et de se matérialiser en 2017. Convaincus du bien-fondé de l’initiative, des investisseurs musulmans résidant en Australie ont alors fourni 50% du capital, tandis que l’autre moitié a été injectée par un investisseur émirati providentiel, resté à l’ombre des projecteurs. Le capital d’amorçage d’IBA était de 20 millions de dollars australiens (soit 14,6 millions de dollars US).

« La communauté musulmane en Australie continue de croître, mais jusqu’à présent, il n’existait pas de banque islamique. Dans des pays comme le Royaume-Uni, il y a six ou sept banques islamiques qui soutiennent la communauté. En Australie, avec IBA, nous serons les premiers », s’est félicité Dean Gillepsie, ajoutant : « Outre la clientèle musulmane, notre cible prioritaire, nous cherchons également à satisfaire tous les déçus ou les mécontents de la finance dite conventionnelle, de toutes origines et confessions, qui attendent eux aussi, et à juste titre, plus d’éthique de la part de leur banque ».

Loin de la France et de ses cris d’orfraie contre « l’halalisation » de l’Hexagone qui se perdent dans l’immensité des océans, la première banque islamique d’Australie se prépare à accoster sur les rivages de ce grand pays exportateur de produits Halal qui, demain peut-être, sera la nouvelle place forte de la finance éthique à l’autre bout du monde…

Commentaires

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Les refoulements des migrants s’intensifient dans les pays du Maghreb (www.libe.ma)

La charia et les droits de la femme au 21è siècle: Le guide du musulman perplexe