in

L’application “HalalMinds”, l’indispensable boussole des musulmans au Japon

Ingénieuse, pratique, sûre et foncièrement licite, l’application gratuite pour Android « HalalMinds » est née de l’esprit inventif d’un brillant étudiant indonésien, Agung Pambudi, doctorant en ingénierie des ressources de la terre au sein de l'Université japonaise de Kyushu, située dans la localité de Fukuoka, soucieux d’aiguiller au mieux ses coreligionnaires expatriés au Japon vers les bonnes adresses et les bons produits, en tout point conformes aux normes islamiques.

Lancée fin avril sans financement extérieur, cette application, qui regorge de bons tuyaux dûment testés et vérifiés, si difficiles à obtenir à l’épreuve du terrain, a été pensée et élaborée pour faciliter la vie quotidienne des musulmans en immersion au pays du soleil levant, où se mettre en quête d’aliments 100% halal équivaut à chercher une aiguille dans une meule de foin, tant le porc est mitonné à toutes les sauces dans l’art culinaire traditionnel.

Si le Japon reste une source de dépaysement inépuisable, « HalalMinds », qui permet de s'orienter vers la bonne direction de la Qibla, aspire à être l’indispensable boussole des étudiants, des hommes d’affaires, et autres touristes musulmans au Japon, issus pour la plupart du Moyen-Orient, de Malaisie, d'Indonésie, du Bangladesh…, qui y posent leurs valises pour des raisons diverses et variées, et une durée plus ou moins longue.

Localisant les restaurants halal disséminés à travers tout le pays, tout en proposant, à l’aide d’un scanner de codes barres, de s’assurer qu’un produit alimentaire en vente dans un supermarché est bien halal, après avoir été comparé à la base de données de l’application riche de près de 500 000 produits, le concept de l’application, disponible pour l’heure en anglais uniquement, fait florès, tant auprès de son cœur de cible prioritaire, que des chefs d’entreprises et autorités nippones, dont l’intérêt a été aiguisé par son fort impact sur les réseaux sociaux.

"Je pense que la majorité des musulmans au Japon maîtrisent parfaitement l’anglais, cependant, nous envisageons d’ajouter d'autres langues dans un futur proche", a expliqué l’heureux créateur d’Halal Minds, Agung Pambudi, qui projette déjà d’étendre les potentialités de son application à d’autres marchés asiatiques. "Nous travaillons d’arrache pied pour étendre ce service à la Corée du Sud et à Taiwan, car les deux pays présentent des conditions similaires avec le Japon quant à leurs populations musulmanes respectives", a-t-il annoncé en primeur à la presse japonaise.

Conforté par un engouement qui ne se dément pas depuis début mai, et au contraire s’amplifie au fil des jours, Agung Pambudi s’attelle à la mise en œuvre de la nouvelle phase de développement qui requiert la recherche impérative d’investisseurs. Une mission que l’étudiant très prometteur en passe de devenir un chef d’entreprise auréolé de succès s’est assigné, assisté de son ami et co-fondateur Dai Oshiro, qui fait partie de l’aventure entrepreneuriale dès ses prémices, quand « HalalMinds » n’était encore qu’une jolie idée qui trottait dans leurs deux têtes bien pleines, avant d'être esquissée sur un bout de papier. 

Par la rédaction d'Oumma.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un carnage évité de justesse dans la mosquée Assahba de Montréal

Elections européeennes : la déroute cuisante de Geert Wilders, le leader islamophobe des Pays-Bas