in ,

“La santé publique avant tout, quoi qu’il en coûte !”, clame le Dr Bouloudhnine

Après avoir tiré la sonnette d’alarme au sujet de la pandémie de Covid-19 dans sa récente lettre ouverte adressée au président Macron que nous avons publiée hier, le Dr Marouane Bouloudhnine, chirurgien orthopédiste et ancien Secrétaire national du Syndicat des Internes et Chefs de Clinique de France, a accepté d’approfondir sa réflexion sur Oumma.

Ce médecin de renom, fait Chevalier de la Légion d’honneur, apporte son éclairage sur la crise sanitaire que le chef de l’Etat considère comme « la plus grave depuis un siècle » et qui, sans vouloir jouer les Cassandre, s’apparente de plus en plus à une véritable catastrophe sanitaire.

Selon vous, combien de temps durera véritablement le confinement national ? Au-delà des six semaines annoncées ?

Publicité
Publicité

C’est une question à laquelle il est difficile de répondre, tant nous manquons de données sur ce nouveau virus qui nous désarçonne. Pour exemple concret, les habitants considérés comme sains de la province chinoise du Hubei, ont mis deux mois à sortir après le début de leur confinement. Ainsi, il me semble que deux mois serait un délai « raisonnable » si les Français se comportaient comme les Chinois. A ceux qui pensent aux conséquences économiques, je dirai que cette épidémie a modifié les priorités ; c’est la santé publique avant tout, « quoi qu’il en coûte » !

 Faut-il encore durcir ses modalités ?

Ce virus semble vouloir tester notre capacité de résistance et notre pouvoir d’adaptation aux situations nouvelles. Il s’agit d’abord de faire respecter le confinement pleinement, si cette méthode s’avérait être la seule pour pouvoir lutter contre cette pandémie. Il faudra alors être rigoureux dans l’application des règles pour influencer réellement l’évolution des courbes de contagion au niveau national.

Est-ce réellement la meilleure parade contre la propagation du Covid-19 ?

Publicité
Publicité

L’absence de confinement choisie par les Pays-Bas permettrait de favoriser l’acquisition d’une immunité collective. Selon leur Premier ministre, il faut qu’un maximum de personnes développent naturellement des anticorps au virus, créant ainsi une immunité collective. Mais il n’est pas prouvé que la présence d’anticorps protège d’une récidive, cas déjà observé.

Face à l’absence de vaccin et de médicaments efficaces « consensuels », le confinement apparaît comme la seule option envisageable, car il permet de mettre en place la « distanciation physique ». Je préfère parler de « distanciation physique » et non pas « sociale », car cette période est justement propice à recréer du LIEN SOCIAL. Il s’agit de se rendre davantage utile aux autres, même à distance. Ce confinement permet également aux soignants de garantir la meilleure prise en charge pour tous les malades.

Comment voyez-vous la période de l’après-confinement ? A quels types de changement dans notre mode de vie faut-il s’attendre ?

Il va s’agir pour nous de savoir trouver l’opportunité dans la difficulté. Nous sentons déjà un début de prise de conscience de la nécessité d’une autre forme de société plus ouverte sur l’Autre. Ces temps-ci, nous voyons de plus en plus de manifestations d’empathie, de soutien et de partage créées par le confinement. Pourvu que ce comportement  perdure…

Publicité
Publicité

Les critères d’autorité changeront ; l’Homme retrouvera davantage sa place  dans le processus de décision national. Le télétravail se généralisera réalisant de réelles économies d’échelle, tout en renforçant les liens familiaux. Des transferts de moyens seront exigés pour les nouvelles priorités telles : la santé, la solidarité, l’éducation, la recherche et la culture. Les entreprises se regrouperont en plus grand conglomérat encore par des rachats successifs de sociétés en difficulté qui n’auront pas pu faire face à cette pandémie. Les pays riches relocaliseront chez eux leur production stratégique afin de recouvrer leur souveraineté nationale, ce qui améliorera l’emploi local tout en aggravant les déséquilibres mondiaux. L’Intelligence Artificielle permettra de voir surgir une société plus juste, plus équitable et plus fiable, j’ose espérer plus fraternelle.

Le discours officiel assure qu’étendre le port de masque et de gants à l’ensemble de la population française n’est pas nécessaire. Qu’en pensez-vous ? 

Scientifiquement, rien ne nous permet de dire que le port de masques classiques par les non soignants est efficace comme barrière à la contagion. Par contre, la logique voudrait que pendant le pic de l’épidémie, chacun puisse protéger son entourage de ses propres sécrétions à risque, vu le nombre de porteurs sains du virus du Covid19. Nous voyons cette attitude culturelle chez les asiatiques. Dans ce cas, il faudrait éduquer la population au bon usage de ces moyens de protection individuels.

Vous plaidez en faveur d’un dépistage massif et du recours à la chloroquine. Pourquoi y a-t-il des blocages en haut lieu ?

Le blocage peut provenir de difficultés matérielles à obtenir des tests plus simples d’utilisation et moins onéreux que les méthodes d’amplification par PCR.

Je crois, pour ma part, qu’il faut traiter toute atteinte de Covid-19 par la bithérapie à base d’Hydroxychloroquine et d’Azythromycine en attendant mieux. Et cela précocement, et non pas en phase de détresse respiratoire où le traitement serait inefficace, particulièrement pour les patients fragilisés. Le Pr Raoult a eu le mérite de parler de médicaments « prometteurs » qui nous donnent une lueur d’espoir. La recherche scientifique étant en ébullition, d’autres thérapeutiques naîtront vraisemblablement. Il faut permettre aux médecins spécialistes la prescription de ces médicaments pour éviter l’automédication, du fait des risques inhérents à chaque association médicamenteuse. Car sinon les gens l’achèteront par n’importe quel moyen, c’est la raison pour laquelle le gouvernement doit en libérer la prescription.

L’« entêtement » du Marseillais Raoult semble déranger les membres du comité scientifique présidentiel à moins qu’ils ne soient tous supporters du PSG (Lol). Plus sérieusement, je conseillerais au Président Macron de s’entourer de personnes plus courageuses et perspicaces, comme on le fait en temps de « guerre ».

Qu’est-ce qui vous surprend le plus : la rapidité du développement du virus, sa propagation à l’échelle mondiale ou son extrême dangerosité ?

Son extrême dangerosité provient de sa rapidité de propagation à l’origine de la pandémie. Si l’on peut se permettre une touche d’humour dans cette situation grave, je dirai que ce virus qui prône la justice sociale parfaite (il atteint tout le monde sans distinction aucune) nous pousse à davantage de solidarité et d’ingéniosité. Mais ce qui nous déroute c’est toujours l’inconnu.

Connaît-on réellement l’origine de ce nouveau Coronavirus ? Les pistes du pangolin et de l’origine animale sont-elles toujours privilégiées ?

La séquence génétique de ce coronavirus est similaire à 80% à celle du Coronavirus du SRAS. Je vous rappelle que le SRAS est une maladie infectieuse causée par un virus appartenant à la famille des coronavirus, le Sars-CoV à l’origine de la pandémie de 2003 d’origine chinoise. Ainsi, le virus de la maladie actuelle nommée Covid19 par l’OMS s’appelle SARS-CoV-2. Cette similitude génétique, cette origine géographique identique peuvent nous laisser supposer qu’il pourrait être issu d’un accident de laboratoire P4.

Après le SRAS-CoV en 2003 et la grippe H1N1 en 2009, le nouveau Coronavirus était-il prévisible ?

Je ne connais pas d’accident prévisible…

Propos recueillis par la rédaction Oumma.

 

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. Merci pour le commentaire.
    Bien vu comme sujet. Je pense que vos analyses sont bien constructives en matière de référencement, je prend note!
    Merci en tout cas pour l’intervention constructive.
    Bonne journée!

  2. Oui au confinement, seule option envisageable aujourd’hui pour freiner l’épidémie en l’absence de vaccin et de traitement validé.

    Oui pour donner la priorité à la santé à condition que les fonctions vitales de l’économie soient préservées et que l’on déconfine en fonction des cas, sans abandonner tout de suite les gestes barrières.

    Trop tôt pour dire que l’épidémie modifiera quoique ce soit de manière durable. L’impact devra être réellement colossal et le confinement aussi suffisamment long pour modifier profondément les habitudes. Il y a aura sans doute effectivement des conséquences politiques qui iront dans le sens du retour de l’état nation, du patriotisme voire de la montée du nationalisme. Le quinquennat de Macron et probablement mort. Peu de chance qu’il soit réélu en 2022 même si le temps jusque là c’est une éternité en politique. On peut imaginer un duel ecolo / RN. L’UE ressortira affaiblie. Le Brexit pourrait même faire des émules. La Chine a aussi beaucoup à perdre potentiellement.

    Oui l’IA pourrait être boostée mais pas forcément pour plus de justice car la sécurité primera encore plus, y compris en restreignant les libertés. Le communautarisme comme l’individualisme devraient donc prendre du plomb dans l’aide.

    Oui il ne s’agit pas de se focaliser sur l’hydroxychloroquine. Cette approche est en train de montrer ses dangers puisque qu’il n’est qu’une manifestation de la panique ambiańte. Un nouvel effet domino est à l’œuvre : https://www.europe1.fr/sante/je-suis-inquiete-les-malades-chroniques-peinent-desormais-a-se-fournir-en-chloroquine-3958105. Cette promotion irrationnelle de Raoult et de sa potion miracle en l’absence de preuves solides montre qu’il n’y a aucune solidarité réelle et toujours la même irresponsabilité. Les gens n’apprennent rien de cette pandémie. Bien au contraire, ils régressent sur le plan intellectuel et plus fondamentalement sur le plan humain. Les officines sont vidées. Attendons encore un peu et on verra fleurir les arnaques et la vente au marché noir. Pourtant dans 15 jours, des études telles que Discovery permettront d’y voir clair. Par ailleurs, la majorité de la population sera naturellement immunisée. Les gens deviennent donc dingues. Et peu ont la lucidité pour s’en rendre compte.

    On finit donc sur l’origine « chinoise » du virus et la théorie complotiste d’un accident de laboratoire. C’est oublier que les coronavirus ont un réservoir naturel, les chauve souris. Que le SARS-CoV comme le SARS-CoV-2 sont d’origine chinoise mais que le MERS-CoV est d’origine moyen oriental. L’espèce intermédiaire était la civette dans le premier cas, le dromadaire dans le dernier. Et aujourd’hui on recherche celle pour le SARS-CoV-2. Pas besoin d’imaginer des chercheurs fous ou criminels. L’hypothèse d’une recombinaison naturelle d’un virus du pangolin et d’un virus de la chauve-souris est ainsi à l’étude.

  3. Cet article est fort pertinent. J’y adhère à 100%.
    En revanche, Chérif, je ne pense pas que la pollution joue un rôle quelconque dans cette pandémie. Le problème tient au fait qu’on se déplace d’un bout à l’autre de la planète en quelques heures. Du coup, en dépit du progrès scientifique, et de celui de la détection, le mal se répand en quelques semaines.
    On a eu beaucoup de chance d’échapper au SRAS, et à Ebola, ou encore H1 N1. Mais il était inéluctable de voir une pandémie plus performante se développer. Je pense même que ça va nous “vacciner” contre un truc bien pire, genre grippe espagnole. (au moins 50 millions de morts).
    Je pense aussi que, quand il y a le feu, on ne doit pas atermoyer. Il faut foncer, quitte à se tromper. Comme dirait l’horrible Margareth “Tina”. There is no alternative.

  4. Ce que dévoile cette affaire est la fameuse lutte recherche publique VS bigpharma-banques. Bigpharma-Banques tentent une prise de contrôle totale de la recherche publique, car elle a une grande capacité de financement via l’argent de nos impôts.
    La bataille Lévy-Buzyn VS Raoult(+ experts français de réputation mondiale = ses équipes) est emblématique du processus en oeuvre. On voit bien que la finance internationale couplée à bigpharma et d’autres scientifiques véreux sont en train de buter en règle les plus grands scientifiques d’occident.

    Ce que j’aime bien dans cette affaire et qu’elle est très concrète et enfin, tout le monde peut comprendre. Beaucoup de traitements sont étouffés, car pas lucratifs, et beaucoup de médicaments sont inutiles. L’exemple de la chloroquine, au-delà du contexte, dévoile cette lutte. Alors que l’hydroxychloroquine était prescrite à des personnes saines en prévention (les militaires la connaissent très bien) lors d’un voyage en Afrique, aujourd’hui, on nous explique qu’elle est dangereuse et doit être interdite et contrôlée plus sévérement. Le rétropédalage a été contraint et forcé mais imaginez les nombreux autres cas étouffés.

    Ainsi, alors que le système de santé a démontré ses défaillances et ses limites, nous avons non seulement pu constater la casse de ce système mais également la casse de l’intelligence française. Comment, les meilleures scientifiques (pas un, ni deux mais au moins 5) réunis dans un même institut, experts de renommée mondiale, peuvent-ils être ainsi villipendés par les médias et pire étaient en train de se faire étouffer discrètement sur le sujet si cette affaire n’était pas intervenue.
    Eux, ils s’en sortis et sont arrivés à lutter et tenir bon face aux menaces de mort mais combien abondonnent ou se font écraser.

    Actuellement, il existe en Corée, des tests qui décèlent le virus précocément (sensibilité du test), associé à un traitement efficace si il intervient suffisamment tôt, le confinement devrait devenir plus sélectif et moins généralisé. Mais non seulement, l’occident a du mal à digérer que les solutions ne sont pas venus de lui mais en plus il ne peut que constater que la réponse a été plus efficace, plus rapide et meilleure ailleurs. La science n’est plus dominée par l’occident. La peur est évidente et l’angoisse et la non confiance en sa science palpable.

    Ceux qui disaient que les musulmans avaient atteints la décadence car ils transmettaient leurs sciences (maths, chiffres, chimie, etc) gratuitement sans en faire des bénéfices pour devenir plus puissants, qu’ils voient désormais en direct comment ce système du tout bénéfice est en train de détruire non seulement les institutions mais l’intelligence humaine occidentales. Et au-delà de ça, qu’ils voient comment des pays passent devant par le simple bon sens du tout efficacité pas forcément lucrative certes mais qui apporte un gain de compétitivité indéniable. En conclusion : l’argent n’est pas roi, il est un produit, et on ne le produit pas en faisant tourner la planche à billet mais en créant de la valeur, et cette valeur est humaine avant tout et il est normal que la dernière digue qui fait que l’occident tient encore debout sont ses derniers hommes et femmes de valeurs alors que le système est de plus en plus pourri. Ceux qui s’enrichissent de manière honteuse verront bien que leurs acquisitions sont du vent qui ne vaudront plus grand chose à moyen terme sans hommes de valeurs et de convictions. Combien en restent-ils des hommes et femmes de valeurs ? Auront-ils le pouvoir de remettre sur les rails, le train qui à l’évidence a déraillé et est hors circuit pour le futur dès l’après crise ? Est-ce que cette crise apportera un éveil général sur les véritables problématiques afin que les bonnes décisions soient prises sous la pression populaire et scientifique ? Il faut stopper les guerres, s’intégrer dans un dialogue et des relations respectueux et équitables tout en investissant massivement dans la santé, l’éducation et l’humain. Sans quoi dans 30 ans, il n’y aura plus que le bruit d’une certaine mouche, bzzzzzzz, avec pour seule consolation l’histoire romancée de djeser : mais oui vous êtes les meilleurs, vous êtes trop bien, ohhhhhh, splurf (écrasement de la mouche sur le front de djeser).

  5. ,Non les industriels n’ont rien á voir avec ce virus. Ce virus vient des chauves-souris qui ont contaminés
    d’autres animaux sauvages mis en vente sur un marché en Chine. Ce qui est un scandale en soi:
    Et on ne crée pas du tout la pauvreté dans les pays du tiers monde: Ces pays sont parfaitement
    coupables de le faire eux mêmes. Surtout l’Afrique. La contraception ils en ont déjá entendu parlé?
    La démocratie et checks and balances, ils connaissent?

  6. Ceci nous rappelle que ceux qui se considèrent “puissants” économiquement, militairement et scientifiquement ne sont pas aussi “grands” qu’ils le disent.
    Un petit ennemi invisible les a mis à nu ! Ils ont créé la pauvreté au pays du tiers monde et les maladies de tout genre au monde, et maintenant ils sont incapables de se protéger eux-mêmes, car cette “justice sociale” ne les épargne pas !
    Par ailleurs, ce dont on ne parle pas (dans l’hypothèse où ce virus n’est pas l’oeuvre dune invention criminelle) c’est les causes principales de tous les virus. Autrement dit la pollution de la nature que les industries, entre autres, vomissent dans l’air? C’est celle-ci qui contamine toute la nature, et donc la cause de toutes les maladies que nous connaissons. Par conséquent, ce sont les industriels émetteurs de toutes les pollutions qui existent, ainsi les responsables politiques qui les protègent, qui sont les responsables principaux de la mise en danger de l’humanité et de la nature; autrement dit ils sont responsables de ce génocide généralisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0

Les hommes malades du coronavirus

Comment un cordonnier palestinien a lancé la seule fabrique de masques de Cisjordanie du jour au lendemain